Vue depuis les berges de Saône sur le Vieux Lyon et la colline de Fourvière @WilliamPham

La Métropole de Lyon veut créer une navette fluviale sur la Saône d’ici 2025

L’organisateur des transports en commun lyonnais vient d’ouvrir la voie à la création d’un transport public sur la Saône. Le projet est encore assez flou, mais des navettes fluviales accessibles avec un titre TCL pourraient voir le jour en 2025.

Alors que le projet semblait avoir sombré dans les profondeurs du fleuve avec l’arrivée de la majorité écologiste à la tête de la Métropole de Lyon, la création d’un transport public fluviale a fait un retour inattendu cette semaine. À l’occasion du dernier conseil d’administration du Sytral, l’organisateur des transports en commun lyonnais,  le lancement d’une étude pour envisager un tel projet a été dévoilé.

Une enveloppe de 26,5 millions d'euros

Absent du programme des écologistes lors de la campagne pour décrocher la Métropole de Lyon en 2020, ce projet semble avoir germé au cours des deux dernières années. "À l’époque, nous savions que c’était totalement impossible techniquement. Mais nous avons travaillé dès notre arrivée sur ce dossier et nous avons obtenu des avancées notamment de la réglementation de voies navigables de France qui nous permettent de dire aujourd’hui c’est possible", explique à Lyon Capitale Jean-Charles Kohlhass, le vice-président du Sytral. 


"Nous pensons qu’il est possible de mettre en oeuvre une première navette de transport public sur la Saône d’ici la fin du mandat en 2025", Jean-Charles Kohlhass, vice-président du Sytral


Pour le moment le projet est encore assez flou, car les études viennent tout juste d’être lancées, mais, s’il veinait à se concrétiser, il pourrait bénéficier d’une enveloppe de 26,5 millions d’euros. Celle-ci devrait être affinée par la suite et devrait finalement se situer entre 15 et 25 millions d'euros. "Les études sont en cours donc je ne peux pas vous dire quel sera le trajet exact, où seront les arrêts ou encore le type de bateaux, mais cela va être déterminé dans l’année qui vient", précise l’élu écologiste. 

Le Vaporetto circule sur la Saône de Confluence à Vaise, mais sa fonction est principalement touristique. @WilliamPham

De Vaise à Confluence

Une chose est certaine, cette navette fluviale devrait voguer sur la Saône et non sur le Rhône. "Il nous semble qu’il y a un vrai besoin entre la région de Vaise et la Confluence. Sur cet axe il n’y a pas de ligne de métro ou de tramway parallèle qui seraient plus rapides qu’une navette fluviale donc ça nous semble très intéressant", justifie Jean-Charles Kohlhass, en soulignant que cet équipement serait accessible avec un titre TCL. À l’inverse du Vaporetto qui circule actuellement sur la Saône entre Vaise et Confluence et qui est "vraiment un objet touristique".


"Le Vaporetto est vraiment un objet touristique, il n’y a pas de notion de rapidité, ce n’est pas accessible avec un titre TCL donc ce n’est pas la même chose", Jean-Charles Kohlhass, vice-président du Sytral


Outre la construction de pontons pour permettre aux navettes d’accoster sur les berges de Saône, le Sytral doit aussi réfléchir à l’acquisition des bateaux. Selon Jean-Charles Kohlhass "il y a plusieurs solutions techniques et technologiques différentes. Les prix peuvent aller du simple au triple, après cela va aussi dépendre de la capacité que l’on voudra donner à ces navettes, un bateau de 50 places coûte moins cher qu’un bateau de 100 places".

Pour mémoire, en 2020, à la fin de la campagne des élections municipales, Étienne Blanc avait présenté un projet de navette fluviale à hydrogène sur les fleuves lyonnais. Grâce à des bus développés par la start-up SeaBubbles, le candidat LR à l’Hôtel de Ville espérait pouvoir transporter jusqu’à une quarantaine de personnes sur l’eau à une vitesse de 40 à 50 km/h. Un projet finalement tombé à l’eau à la fin de la campagne, à l'instar de ceux d'autres candidats, et que le Sytral veut désormais remettre au goût du jour, sous une forme qui reste donc encore à préciser.

Lire aussi : Lyon : 5,1 millions d’euros pour développer le tourisme fluvial

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut