Image 1

Grève des cantines et sureffectif d'élèves à Jean-Macé (7e)

Fin d'année militante pour les parents et les enseignants de l'école maternelle Jean-Macé (Lyon 7e). Depuis quelques mois déjà, ils s'inquiètent des classes surchargées et redoutent la rentrée 2013 avec encore plus d'élèves.

Cette année, la maternelle comptait 352 enfants et 10 de plus étaient prévus pour septembre. Une perspective qui n'enchante personne : des classes à 34 élèves, non merci. Pour pallier la grève des cantines, un pique-nique un peu particulier était organisé ce jeudi 4 juillet. Environ 80 personnes (parents, enfants et enseignants) se sont rendues à la mairie du 7e arrondissement pour faire part de leurs revendications. Une délégation a été reçue et, selon Linda Da Costa, déléguée de parents d'élèves, "la mairie s'est engagée à envoyer des notes d'information aux parents déjà inscrits à Jean-Macé pour leur indiquer qu'ils pouvaient aller à l'école Jean-Pierre-Veyet (7e), qui est moins surchargée, et également de bloquer le seuil maximum d'enfants de la maternelle Jean-Macé à 350 élèves".

“La grève des cantines : une des conséquences du sureffectif”

Pour Sylvie Deléglise, enseignante en moyenne section à l'école Jean-Macé, "les enfants sont trop nombreux, trop serrés à la cantine, il n'y a pas assez de personnels, les ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) absents ne sont pas remplacés". Ces conditions difficiles de travail sont une des causes de la grève, pour Linda Da Costa, déléguée de parents d'élèves.

L'année scolaire se termine cette semaine, mais parents et enseignants seront vigilants à la rentrée. D'autres actions sont envisagées en septembre si les effectifs sont trop importants et que la grève des cantines se poursuit.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut