Bruno Bernard, président du Sytral et de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet

Gratuité des TCL : Bruno Bernard renvoie David Kimelfeld à une étude de 2019

Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon et du Sytral a réagi à la demande de l'opposition de créer un groupe de travail sur la gratuité des TCL.

Ce jeudi 8 décembre, David Kimelfeld, président du groupe Progressiste et Républicain à la Métropole de Lyon, a demandé à Bruno Bernard la création d'un groupe de travail transpartisan pour étudier la gratuité dans les transports en commun.

Quelques minutes plus tard lors du conseil d'administration du Sytral, dont Bruno Bernard est président, ce dernier a tenu à rappeler : "Il me semble qu'il a eu lieu (le groupe de travail, Ndlr) au Sytral en 2019, qu'un certain nombre de membres du conseil à l'époque ont dit que ça n'était pas possible, donc il faudra que l'on reprenne le conseil qui était présent et qui aujourd'hui demande des choses qui ont été étudiées en 2019."

Perte de mémoire ?

Quatre élus du groupe Progressiste et Républicain étaient dans le conseil du Sytral en 2019.

David Kimelfeld, Jean-Luc Da Passano, Thomas Rudigoz et Michel Le Faou étaient effectivement membres du conseil d'administration du Sytral à l'époque présidé par Fouziya Bouzerda. Ce dernier avait commandé une étude dont les résultats étaient sans équivoque. Selon le groupe de chercheurs qui l'avait menée, la gratuité des TCL nuirait à la qualité du réseau, voire entraînerait sa dégradation, aurait un impact réduit sur la réduction de la voiture en ville, se ferait au détriment du vélo et de la marche à pied et freinerait les investissements.

Lire aussi : Chiffres du métro à Lyon : la ligne B arrêtée une fois tous les trois jours en moyenne

324 millions d'euros nécessaires

Toujours selon cette étude, avec un scénario d'une hausse de la fréquentation de 15 %, la contribution des collectivités devrait s'accroître de 324 millions d'euros. Dans son communiqué, le groupe Progressiste et Républicain appuie sa proposition en évoquant notamment les exemples de Dunkerque et Aubagne.

Or l'étude de 2019 avait montré que la situation du réseau TCL "diffère très fortement de celle de ces villes moyennes" et les échelles ne sont pas comparables. Même en additionnant l'ensemble des dix grands réseaux gratuits en France, le paysage lyonnais compte toujours 1,5 fois plus d'habitants, trois fois plus d'offres de transport en commun, 11 fois plus de voyages et cinq fois plus de coût d'exploitation.

"Tous les débats sont possibles. On a des débats d'orientation budgétaire dès lundi en conseil de métropole, donc je pense que ceux qui défendent cette idée s'exprimeront pour nous expliquer où-est-ce que l'on prend ces 300 millions nécessaires et s'il les trouvent naturellement on pourra étudier l'idée", a asséné Bruno Bernard. Reste tout de même qu'une seule étude ne peut enterrer un sujet politique aussi complexe.

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut