TCL
TCL © Romane Thevenot

Chiffres du métro à Lyon : la ligne B arrêtée une fois tous les trois jours en moyenne

Depuis la rentrée, les incidents sur le réseau TCL semblent se multiplier. "Le métro lyonnais est toujours en panne" peut-on lire sur les réseaux sociaux. Psychose ou réalité ? Lyon Capitale fait le point.

C'est une mésaventure à laquelle tous les usagers du réseau TCL ont été confrontés au moins une fois depuis la rentrée : le métro à l'arrêt. Le président du Sytral lui-même n'y a pas échappé. Lundi 28 novembre, alors que Bruno Bernard venait de présenter le chantier d'extension du métro B à un parterre de journalistes, le président de la Métropole de Lyon s'est retrouvé bloqué dans le métro B alors à l'arrêt, accompagné de Fabien Bagnon, vice-président chargé des mobilités actives, et Jean-Charles Kohlhass, chargé lui, des déplacements.

Quelques minutes auparavant, Bruno Bernard avait reconnu que le fonctionnement du Métro B en octobre avait été "tout à fait anormal". Le taux de fonctionnement de la ligne n'a été que de 94,92 % et remonte sur les trois premières semaines de novembre à un peu plus de 97,8 %. "Toujours insuffisant", même si l'élu écologiste considère que "les pannes sont mieux traitées". Lyon Capitale fait le point, en chiffres, sur l'état des quatre lignes du métro lyonnais depuis la rentrée.

Depuis le 6 septembre, le métro B a ainsi été arrêté 32 fois, ce qui représente une moyenne d'un incident tous les trois jours. Si le taux de fonctionnement a bien augmenté comme l'évoque Bruno Bernard, les incidents sont eux à un niveau stable entre septembre, octobre et novembre.

Concernant le nombre d'heures pendant lesquelles les lignes de métro ont été à l'arrêt, leur niveau a augmenté sur chaque ligne du réseau entre septembre et octobre. En revanche, il est intéressant de constater qu'environ un tiers des incidents sont le fait d'aléas externes causés par des voyageurs.
A noter que ces données, fournies par l'exploitant du réseau Keolis, ne concernent pas le mois de novembre, ce dernier n'étant pas arrivé à son terme.

Les données présentées ci-dessus répartissent les incidents notables en plusieurs catégories. A lui seul, le métro B représente presque la moitié des incidents répertoriés entre le 6 septembre et le 30 novembre. Environ 56 % des arrêts sont le fait de différents incidents techniques et pannes. Des chiffres qu'il convient de nuancer, Keolis rappelle qu'"un problème de rame (donc catégorisé dans les "incidents techniques et pannes", Ndlr) peut être un voyageur ayant bloqué la fermeture des portes et mis conséquemment le système en défaut".

D'où viennent ces chiffres ?

Les chiffres du nombre total d'incidents et la répartition de ces derniers en fonction de leur nature ont été extraits du compte Twitter TCL Lyon Infotraffic. Ce compte est géré par le gestionnaire du réseau. Selon nos informations, ce dernier est engagé contractuellement à signaler les arrêts de plus de 30 minutes. Mais avec les récentes difficultés du réseau, les pannes de plus de quinze minutes sont également signalées. Les causes "incident technique" et "panne informatique, signalisation, rame" ont été rassemblées en une seule catégorie. A noter que comme l'évoque Keolis, même un incident technique peut être le fait d'un incident voyageur.
Les chiffres concernant le temps d'arrêt total de chaque ligne nous ont été transmis par Keolis. C'est la raison pour laquelle nous ne disposons pas de cette donnée pour le mois de novembre, les chiffres n'ayant pu être consolidés.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut