aventurier explorateur
Rémi Camus lors de sa traversé de l’Australie ©Rémi Camus

Fortes chaleurs : un aventurier explorateur livre à Lyon Capitale ses conseils

L’outback Australien, le Mekong... Rémi Camus, aventurier explorateur de 36 ans, a dû habituer son corps à des températures extrêmes. Pour Lyon Capitale, il revient sur ses expériences afin de livrer quelques conseils ! 

 Lyon Capitale : Pourquoi être devenu aventurier ?

Rémi Camus : J’ai toujours aimé être dehors et vivre en pleine nature mais, ce qui m’a vraiment donné envie de me lancer dans l’aventure c’est le livre d’un gars qui a traversé l’Amérique en courant. Je me suis dit, "S’il l’a fait, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le faire aussi ! ". J’ai imaginé ma première aventure à 25 ans et, 1 an plus tard, je traversais l’Australie en courant.  Honnêtement, je ne faisais pas vraiment de sport, c’est seulement quand cette idée a émergé que j’ai commencé à m’entraîner de façon intense. Comme quoi, quand on veut on peut ! 

Dans quel territoire avez-vous le plus subi la chaleur ? 

La traversée de l’Australie a été très marquante. Ça a été un vrai challenge physique et mental, un véritable dépassement de soi ! Je connaissais déjà un peu l’Australie mais lorsque l’on se retrouve  sur cette île continent, ça dépasse tout ce que l’on peut imaginer. J’ai tout de même eu beaucoup de chances au niveau des températures parce que je suis partie de Melbourne pour aller jusqu’à Darwin ! Je l’aurai fait dans l’autre sens j’en aurai vraiment bavé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Remi Camus (@remi_camus_explorer)

En partant de Melbourne j’ai au départ eu un climat continental donc mon corps n’était pas trop dépaysé. J’ai ensuite eu un climat méditerranéen et j’ai terminé avec un climat désertique. Je me suis donc adapté au fur-et-à-mesure, attaquer le désert a été moins compliqué que cela aurait pu l’être. Malgré tout, la chaleur extrême dans ce territoire reste impressionnante, le soleil nous brûle ! En 2019, j’ai emmené des stagiaires et je leur ai dit « Vous allez vraiment ressentir une chaleur intense lorsque les portes de l’avion vont s’ouvrir ». Face au soleil, beaucoup se surestiment. Ça m’est arrivé de voir, à Uluru, zone la plus chaude, des gens en short, tee-shirt, claquettes avec seulement une petite bouteille d’eau alors qu’il fait 50°C.

Quels conseils donneriez vous face aux fortes chaleur qui arrivent ?

Il faut avant tout que les gens comprennent comment fonctionne leur corps. C’est ça qui va leur permettre de pouvoir, par la suite, d'adopter le bon mécanisme pour se protéger des fortes chaleur. Les hommes et les femmes n’interagissent pas de la même manière avec l’extérieur. On entend régulièrement les demoiselles se plaindre qu’elles ont froid aux mains ou aux pieds et c’est normal. En effet, celles-ci ont un corps pouvant accueillir un enfant et, pour pouvoir le préserver, la source de chaleur est positionnée au niveau de leur ventre. Chacun ne se protège donc pas de la même manière ! Après, il faut comprendre que notre corps échange avec l’extérieur sur divers  principes. On va avoir la radiation, se cacher du soleil permet de limiter notre température. Ensuite, on a la ventilation, il faut essayer de trouver une source, naturelle ou non, de ventilation. Après, il y a l’évaporation, en cas de forte chaleur il faut essayer de garder une certaine humidité. Cela peut se faire en mouillant un turban que l’on place autour de notre tête ou en faisant sécher notre linge, à l’intérieur, à côté du ventilateur.

Ensuite, il faut être capable de maintenir sa température corporelle constante, que l’on soit dans un froid ou dans un chaud extrême ! Tout dépend où l’on se trouve mais quand il fait très très chaud il est préférable de se mettre en manche longue afin de se protéger du soleil et de maintenir notre corps à une température correcte, notre transpiration restant à l’intérieur de nos vêtements.

Se baigner est très important mais il faut le faire en respectant son organisme, cela ne sert à rien de se jeter d’un coup dans l’eau car on va avoir une différence de température trop importante et cela n’est pas bon !

Bien évidemment il faut beaucoup boire. Cependant, cela ne sert à rien de boire 3 litres d’eau d’un seul coup car votre corps n’est pas capable d’assimiler une si grosse quantité, la majeure partie de ce que vous viendrez d’ingurgiter repartira donc directement dans votre urine.  Il vaut mieux boire des petites gorgées régulièrement afin de ne pas ressentir la déshydratation. De toute manière, le simple fait de se dire que l’on a soif prouve que c’est déjà trop tard. Bien évidemment, il y a plusieurs degré de déshydratation ! Dans le bush Australien, par exemple, j’ai vécu une déshydratation très très avancée. J’ai bien cru ne pas m’en sortir puis j’ai fini par boire mon urine. Evitez de boire de l’eau glacé quand vous êtes déshydraté ! Il vaut mieux, au contraire, boire de l’eau chaude car ça évite à notre organisme de d’utiliser de l’énergie pour la faire chauffer. 

En pleine canicule il faut éviter de sortir à l’heure où le mercure est le plus fort. Privilégiez les activités en intérieur ou à l’ombre entre 13h et 17h.

La climatisation est une façon d’avoir une régulation thermique agréable à l’intérieur de la maison. Cependant, fermer ses volets la journée en laissant seulement des interstices afin de faire rentrer le vent est également une solution très efficace. En plein été, alors que je suis en appartement, je réussis à maintenir mon intérieur à 22°C ! La clim c’est bien mais il faut savoir doser, il faut y aller progressivement. 70% des personnes sont malades en été car leur corps a subi une différence thermique trop importante. En voiture, par exemple, il faut essayer de couper la clim 5-10 min avant l’arrivée puis descendre au fur-et-à-mesure les vitres. Cela permet de faire rentrer le vent et de s’adapter de nouveau à la température extérieure.

Pensez vous que tout le monde est capable de s’adapter aux fortes chaleur ? 

Franchement, vous n’imaginez même pas ce que le corps humain est capable de faire ! L’Homme peut s’adapter à des conditions extrêmes de vie et réaliser de véritables prouesses. Notre corps humain est une machine très sophistiquée, la plupart des gens ne sont qu'aux balbutiements de leurs capacités physiques et mentales. Il faut simplement essayer de se faire confiance et d’écarter les barrières que l’on se met. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut