Bruno Bernard, la tête de liste écologiste.

Des maires envisagent de quitter la Métropole de Lyon : "je demande à chacun d'être raisonnable", clame Bruno Bernard

Le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, "ne veut pas polémiquer". Des maires, principalement LR, menacent de faire sécession, de quitter la mastodonte Métropole de Lyon aux multiples compétences.

"Oui, on s'interroge sur la présence de Charly dans la Métropole de Lyon. Car si sur tous les sujets, ils décident pour nous sans nous concerter... Si à chaque fois qu'on demande la participation de la Métropole sur leurs sujets de compétence qui est par exemple la voirie, on nous dit non... Quel est l'intérêt de rester ?", confiait, vendredi Olivier Araujo, le maire de Charly (4500 habitants), à LyonCapitale.fr. Mécontent du manque de concertation et de transparence autour d'un projet de cimetière métropolitain sur sa commune du sud lyonnais.

Lire aussi : Un projet de cimetière sème la discorde à Charly : nouveau point de crispation entre la Métropole de Lyon et les maires

Mais cette hypothétique sortie de la grande Métropole de Lyon, c'est une réflexion, vraiment ? Ou surtout une menace ? "C'est vraiment une réflexion, insiste Olivier Araujo, le maire de Charly. J'étais cette semaine (la semaine dernière, NDLR) avec d'autres maires du secteur. Nous avons clairement évoqué le sujet. Ce n'est pas du tout une question d'opinion politique, c'est une question de travail en cohérence. C'est comme dans un couple, quand vous n'arrivez plus à faire de compromis, c'est qu'il n'y a plus d'avenir. Et là, on est vraiment dans une impasse. Quel que soit le sujet, ça ne fonctionne pas, on n'est pas concerté, on apprend des choses qui sont particulièrement impactantes. Ce n'est pas correct. On ne peut pas imposer ce type de sujet comme ça du jour au lendemain à notre population. Bien sûr, l'exécutif de la Métropole est légitime. Mais sur le terrain tous les jours, c'est le maire qui voit les administrés, qui doit expliquer les choses, qui doit expliquer les projets".

L'épisode "Charly" intervient après un été sous tension entre de nombreux maires de l'agglomération lyonnaise et la Métropole de Lyon. Notamment, fin juin, après la découverte par les maires des projets locaux retenus par la Métropole de Lyon dans leurs communes pour la PPI, le document qui recense les projets d’investissements que la Métropole va porter jusqu’en 2026. Les maires, principalement de droite, ne décolèrent pas. Mécontents des financements alloués à leurs communes. Ils menacent même de faire sécession, de quitter la mastodonte Métropole de Lyon aux multiples compétences.

Lyon Capitale avait traité longuement le sujet début juillet. Retrouvez notre décryptage ici.

Lire aussi : Des maires menacent de quitter la Métropole de Lyon


"Je demande à chacun de respecter les résultats des élections"

Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon


Ce lundi 30 août, pour sa rentrée politique, Bruno Bernard était à Rillieux-la-Pape, pour évoquer sa politique agricole. Il a été interrogé sur le sujet. Sur ces "menaces" de sécession. "Je ne veux pas polémiquer, ni avec le maire de Charly, ni avec aucun maire. Je respecte tous les avis. Je demande à chacun d'être raisonnable, de respecter les rôles des uns et des autres, de respecter les résultats des élections", a insisté le président de la Métropole de Lyon. "Nous arriverons à travailler ensemble comme nous le faisons avec la plupart des maires de la Métropole", a-t-il ajouté.

Plus généralement, Bernard a défendu sa méthode, souvent décriée par l'opposition. "Je continue à être dans l'échange permanent avec tous ceux qui le souhaitent : associatifs, élus, habitants. Nous sommes là pour avancer dans nos politiques. Il y a une urgence sociale et climatique qui nécessite d'aller vite. Nous savons pourquoi nous avons été élus et nous mettons en oeuvre nos politiques : de façon pragmatique et en concertation continue".

Lire aussi : Un projet de cimetière sème la discorde à Charly : nouveau point de crispation entre la Métropole de Lyon et les maires

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut