Façade d’immeuble du quartier de la Part-Dieu. © Tim Douet

Crise de l'énergie : "les bailleurs sociaux nous disent que quelque chose d'énorme leur arrive sur la tête"

Le 82e Salon HLM se tient à Eurexpo dans l'Est lyonnais du 27 au 29 septembre. Alors que les bailleurs sociaux font face à une hausse exponentielle de leur facture énergétique, plusieurs acteurs proposent des solutions écologiques pour faire coïncider "fin du monde" et "fin du mois".

Il est arrivé au pas de charge à 11h20 avec son convoi devant l'entrée VIP du centre Eurexpo à Chassieu dans l'Est lyonnais, avant de repartir vers Paris tout juste une heure plus tard. Le passage du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Christophe Béchu au 82e Salon HLM a été pour le moins rapide. Face à un parterre de plusieurs centaines d'acteurs du logement social, le membre du gouvernement a promis le soutien de l'Etat pour accélérer la rénovation énergétique du parc social, qui représente 5,1 millions de logements en France, sans rien annoncer de très concret.

"La réalité de nous passer d'un gaz russe, c'est la nécessité de nous passer des énergies fossiles qui contribuent aussi au réchauffement climatique. Votre job, c'est le logement pour tous en faisant en sorte que la mixité soit la réalité dans nos quartiers. S'il y a bien un endroit où il ne faut pas se faire affronter "fin du monde" et "fin du mois", c'est dans nos quartiers. Il faut amplifier la rénovation. Au quotidien, votre objectif c'est de trouver des solutions pour vos locataires et mandataires et non d'éviter les problèmes", a notamment affirmé Christophe Béchu. Le ministre a précisé que le gouvernement allait discuter avec les parties prenantes pour soutenir la rénovation des bâtiments du parc social.

Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu donne un discours lors du 82 Salon du logement HLM à Eurexpo, le 28 septembre 2022. @Camille Belsoeur

Une solution : l'autoconsommation collective

Dans l'immense centre des conventions d'Eurexpo, les bailleurs sociaux en quête de solutions concrètes pour faire face à la hausse mois après mois de leur facture énergétique se tournent vers d'autres acteurs. Dans le coin dédié aux start-ups, plusieurs acteurs proposent ainsi des solutions clefs en main et innovantes pour réduire la facture de chauffage de logements collectifs. La jeune entreprise Enogrid, qui dispose de bureaux à Paris et Grenoble, joue la carte de l'autoconsommation collective. Ecogrid aide le bailleurs social à à partager l'électricité qu'il produit à partir des panneaux solaires ou d'une pompe à chaleur par exemple. Une production électrique que le baillleur partage ensuite avec ses locataires.

"Aujourd'hui pour les locataires, l'autoconsommation réduit de 25 à 50% leur consommation énergétique", vante Rémi Bastien, fondateur d'Enogrid. Au Salon du logement HLM, cet entrepreneur est assailli de demandes. "Les bailleurs voient leur facture et celles de leurs locataires grimper, donc ils cherchent des solutions. Pour cette édition 2022, on voit beaucoup de bailleurs sociaux qui ont déjà engagé des projets, alors que les années précédentes ils venaient plutôt à la pêche aux informations", poursuit Rémi Bastien.


"On a des clients qui sont passés de 30 à 400 euros le kWh"

Hadrien Flon, fondateur de la start-up Carbon


À quelques mètres de là sur un autre stand, le fondateur de la jeune pousse Carbon fait le même constat : "les bailleurs sociaux nous disent que quelque chose d'énorme leur arrive sur la tête, mais qu'ils ne savent pas trop par où commencer". Son entreprise leur propose de s'occuper de la rénovation énergétique de leur immeuble clefs en main. "Si vous changez les chauffages, l'éclairage et que vous ajoutez du photovoltaïque, le bailleur peut réduire sa facture de 20 à 50%. On a actuellement un projet à Villeurbanne sur un immeuble qui fait 12 000 mètres carré. Dans trois mois, tout sera changé", témoigne Hadrien Flon, le CEO de Carbon.

Face à la hausse brutale des coûts de l'énergie ("on a des clients qui sont passés de 30 à 400 euros le kw/h", dit Hadrien Flon), de plus en plus de bailleurs sociaux sont tentés d'opérer leur transition écologique. Mais attention aux abus. "On voit vraiment des entreprises qui se font des marges délirantes dans la rénovation énergétique. Ils motivent des hausses de coûts exorbitantes en disant parfois abusivement que c'est à cause de la guerre en Ukraine", prévient le fondateur de Carbon.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut