Service de réanimation de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon. @Lionel De Souza _ avril 2020

Coronavirus à Lyon : comment les hôpitaux lyonnais se préparent à la 2e vague

2e vague ou pas ? En tout cas, les hôpitaux lyonnais sont prêts. Prêts à accueillir en nombre ces prochaines semaines des malades du coronavirus. Forts aussi, de leur expérience de la terrible 1ère vague au printemps. La situation, à l'instant t, n'a rien de comparable.

La hausse du nombre positifs de cas de covid-19 est évidente depuis plusieurs jours à Lyon et le département du Rhône. Et cela va forcement se répercuter dans les hôpitaux de la région dans les prochains jours.

"La situation n'est absolument pas comparable à la situation des mois de mars et avril", explique Raymond Le Moign, directeur général des Hospices Civils de Lyon (HCL). "Mais le risque, c'est qu'on va devoir s'habituer à vivre avec le virus. Il va falloir gérer une situation (dans les hôpitaux) dans la durée". Sous entendu pendant plusieurs mois.

"Les HCL sont prêts à accueillir un flux croissant de patients"

A Lyon, les HCL sont prêts. 30 patients sont actuellement en réanimation des suites du covid-19 dans les HCL (contre 150 au plus fort de la crise au printemps). 139 lits de réanimation sont disponibles avec un plan de montée en charge jusqu'à 199 lits de réanimation. "Les HCL sont prêts à accueillir un flux croissant de patients", insiste le Professeur Olivier Claris, Président de la Commission Médicale d’Etablissement des HCL.

"La situation est sérieuse mais maîtrisée", explique le directeur des HCL. Pour l'hôpital, le contexte est très différent de celui du printemps (pas de confinement, pas de déprogrammation massive, pas de mesures exceptionnelles pour les professionnels de santé à ce stade). La gestion de la crise n'est donc pas la même". Par rapport à la première vague, les personnels sont également beaucoup plus protégés. Avec un stock de protection de 10 semaines d'avance à Lyon.

Lyon mise beaucoup sur la stratégie de tests massifs

A Lyon, la vigilance est de mise. "Le virus est exactement le même. Il n'y a pas de virus moins virulent. Ce virus n'a pas changé", explique Bruno Lina, virologue lyonnais responsable du centre national de référence virus des infections et membre du conseil scientifique.

Dans HCL, pour la prise en charge en réanimation, une utilisation systématique de la dexaméthasone est désormais pratiquée depuis l'étude RECOVERY.

Les tests vont être aussi de plus en plus nombreux. Ils sont actuellement de 1600 par jour dans les HCL. Ils vont passer à 1800 par jour dans 10 jours et entre 2500 et 3000 par jour d'ici mi-octobre. 4 centres de tests sont actifs aux HCL, aux quatre coins de l'agglomération lyonnaise.

Lire aussi : Coronavirus : des mesures plus strictes à Bordeaux et Marseille, pourquoi la situation est différente à Lyon

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut