(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Coronavirus : des mesures plus strictes à Bordeaux et Marseille, pourquoi la situation est différente à Lyon

A Bordeaux, à Marseille mais aussi à Lille, des mesures plus strictes pour tenter de limiter la circulation du covid-19 ont été prises lundi. Ce n'est pas le cas (pour le moment) à Lyon, où le nombre de cas de covid-19 a pourtant considérablement augmenté ces derniers jours. Explications.

Lundi, la Préfete de la Gironde, à Bordeaux, a demandé aux Bordelais de limiter les rassemblements familiaux et amicaux à 10 personnes maximum. Elle a aussi recommandé de reporter les anniversaires et les mariages. A Bordeaux, il a aussi été annoncé l’abaissement de 5 000 à 1 000 du nombre maximum de personnes pouvant assister à des événements publics, comme des matchs de foot. Et aussi l'annulation des sorties et fêtes scolaires.

Des mesures identiques ont été prises à Marseille et à Lille. Mais à Lyon, aucune mesure supplémentaire. Pour le moment. Et ce même si la circulation du virus est de plus en plus importante dans le département du Rhône (lire notre point ici).

A Lyon, la situation est moins inquiétante (pour le moment)

Mais alors pourquoi ? "Les taux d'incidence sont beaucoup plus élevés à Marseille et à Bordeaux. Ce sont les 2 foyers les plus importants, avec la Guadeloupe. Ces mêmes mesures pourraient arriver à Lyon si jamais les indicateurs deviennent les mêmes à Lyon", indique ce mardi le Professeur Bruno Lina, virologue lyonnais responsable du centre national de référence virus des infections et membre du conseil scientifique.

Le taux d'incidence, qu'est-ce que c'est ? Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants. Au-delà de 50, le département est placé en zone rouge, en zone de circulation active du virus. Ce taux est de 76,2 à l'échelle nationale ce mardi. Mais il est très hétérogène de ville en ville et de région en région. Ainsi, il est de 160 à Lyon ce mardi. Il est de 300 à Marseille.

"Les signaux aujourd'hui (à Lyon) nécessitent une vigilance. Ils ne sont pas forcément inquiétants. Il est encore tant d'agir et de maîtriser. Ce qui s'est passé à Bordeaux et à Marseille n'est pas forcément ce qui va se passer à Lyon. Bordeaux et Marseille ont été les plus touchés au début de la recirculation du virus", poursuit le Professeur Lina, membre du conseil scientifique.

Tout reconfinement est inenvisagé

"On n'est pas obligés de fermer des bars, de fermer des restaurants. Aujourd'hui, ce n'est pas du tout dans le calendrier. On est davantage sur le renforcement des stratégies de dépistage. Avec comme idée d'apporter le diagnostic à tous ceux qui sont infestés pour qu'ils s'isolent et que ça casse les chaînes de transmission. Cette recirculation du virus est hétérogène en France, elle est importante à Marseille et à Bordeaux, elle est significative si vous comprenez la nuance à Lyon", ajoute le virologue lyonnais.

Pas de nouvelles mesures restrictives, à très court terme donc, à Lyon. "A ce jour, par rapport à la situation lyonnaise, il ne semble pas nécessaire d'aller au delà de ce qu'il existe. Il est probablement beaucoup plus intéressant de mettre en place une politique de dépistage avec une capacité de réponse rapide des laboratoires pour qu'on contrôle par le biais de l'isolement la diffusion du virus. A Lyon, on est dans cette position-là", conclut Lina.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut