(Photo by FRANCK FIFE / AFP)

Affaire de la sextape : 10 mois de prison requis contre le Lyonnais Benzema, le verdict en novembre

Le procès qui s’est ouvert mercredi 20 octobre au tribunal de Versailles, dans l’affaire dite de la "sextape", qui implique les anciens joueurs de l’Olympique Lyonnais Karim Benzema et Mathieu Valbuena, a conduit le parquet à requérir 10 mois de prison avec sursis contre le natif de Lyon. Le verdict de la justice est attendu le 24 novembre. 

Près de six ans après les faits, l’affaire dite de la "sextape", qui a longtemps agité le football international français devrait connaître son dénouement le 24 novembre prochain. Après s’être plongé pendant trois jours dans l’affaire qui implique les anciens joueurs de l’Olympique Lyonnais Karim Benzema et Mathieu Valbuena, ainsi que plusieurs autres mis en cause, le parquet a requis 10 mois de prison avec sursis contre la star du Real Madrid, originaire de Lyon.

Le jugement a été mis en délibéré au 24 novembre, mais d’ores et déjà les avocats de l’accusé, absent au procès, ont critiqué une "enquête à charge" contre leur client et demandé sa relaxe, rapporte l’AFP. Selon eux, "L'élément intentionnel de l'infraction" reprochée à l'attaquant de 33 ans n'est pas caractérisé, dans cette affaire où Mathieu Valbuena est la victime présumée d'un chantage autour d'une vidéo intime. 

Lire aussi : Affaire de la sextape : Valbuena affirme être la victime du Lyonnais Karim Benzema

Le "ressenti" du joueur passé par l’OL a d’ailleurs été au centre des plaidoiries des avocats de la défense, ce que dénonce la défense qui pointe du doigt les "hypothèses et les spéculations" avancées par l’accusation. De manière générale, tous les avocats de la défense ont stigmatisé un dossier faible, qui ne méritait pas à leurs yeux un tel traitement de la part de l'accusation et un tel écho dans la presse.

Benzema et quatre prévenus attendent le verdict

Néanmoins, pour l’un des procureurs du dossier, Ségolène Marés, les écoutes prouvent que la star du Real Madrid "s'inclut dans cette équipe et s'associe dans ce projet" de tentative de chantage autour d'une vidéo intime. Elle faisait référence à une conversation téléphonique entre Benzema et son ami d'enfance Karim Zenati, au cours de laquelle tous deux se moquent de Valbuena. "Il ne nous prend pas au sérieux", explique notamment Benzema, qui vient de s'entretenir avec Valbuena. Ce à quoi son avocat a rétorqué : "On n'a jamais dit qu'il était bienveillant (...), mais ce n'est pas une infraction pénale", précise l’AFP.

En plus des dix mois de prison avec sursis, l'accusation a requis une amende de 75.000 euros contre l'attaquant de l'équipe de France, candidat au Ballon d’or. Karim Benzema sera donc fixé le 24 novembre, tout comme les quatre autres prévenus de cette affaire, qui gravitent dans le milieu du football et constituent "une vraie brochette de comédiens" selon les mots du procureur Julien Eyraud. Contre eux, le ministère public a requis des peines allant de 18 mois avec sursis à quatre ans de prison.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut