Le cambrioleur d'une boulangerie du 9ème arrondissement de Lyon est déféré devant le juge en comparution immédiate. LOIC VENANCE / AFP
Le cambrioleur d’une boulangerie du 9ème arrondissement de Lyon est déféré devant le juge en comparution immédiate. LOIC VENANCE / AFP

Accident mortel de chasse dans la région, l’auteure présumée déférée devant la justice ce mardi

L’adolescente de 17 ans qui s’est présentée aux enquêteurs comme l’auteure du tir de chasse ayant coûté la vie à une randonneuse de 25 ans samedi 19 février dans le Cantal doit être déférée au tribunal d’Aurillac, en Auvergne-Rhône-Alpes, ce mardi.

Après le terrible drame survenu samedi après-midi lors d’une battue au sanglier organisée sur la commune de Cassaniouze, dans le Cantal, et qui relance le débat sur la chasse en France, l’auteure présumée du tir qui a coûté la vie à une jeune femme de 25 ans doit être déférée devant le tribunal d’Aurillac ce mardi. Âgée de 17 ans et titulaire d’un permis de chasse en règle, la jeune chasseuse s’était immédiatement présentée comme l’auteure du tir, avant d’être hospitalisée en état de choc. 

Entendue dimanche par les enquêteurs, elle a expliqué aux gendarmes avoir visé un sanglier, tiré, puis entendu le cri d'un homme au niveau d'un sentier où elle s'est alors rendue. La victime, touchée par un tir "en partie haute du corps, au niveau gauche", selon le procureur d'Aurillac Paolo Giambiasi, était "consciente dans un premier temps", avant de finalement perdre la vie sur place "malgré les premiers secours prodigués notamment par l'homme avec lequel elle se promenait". 

Ouverture d'une information judiciaire

Une autopsie de son corps doit être conduite ce mardi 22 février, alors que la jeune chasseuse placée en garde à vue dimanche, dans le cadre d’une enquête ouverte pour homicide involontaire, sera déférée devant le tribunal d’Aurillac. Une information judiciaire doit être ouverte ce mardi, qui "s'attachera notamment à déterminer les positions et moments de tirs" lors de la battue, selon le parquet. Le magistrat a en effet précisé que "plusieurs coups de feu avaient été tirés dans le cadre de cette chasse", comme mis en évidence par "les auditions des témoins des faits et des chasseurs ayant participé à la battue". 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut