La marche pour le climat à Lyon le 21 septembre 2019. @Lucas Lemmel / Lyon Climat

A la veille de la présidentielle, une "marche pour le futur" organisée samedi à Lyon, décryptage

Samedi 9 avril, veille du 1er tour de la présidentielle, diverses associations et organisations appellent à une marche "pour le futur", exigeant notamment des mesures radicales pour lutter contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale.

La date n'est évidemment pas choisie au hasard. Dimanche, le 10 avril, c'est le 1er tour de l'élection présidentielle française. Samedi 9 avril, la veille, de nombreuses associations et organisations qui ont l'habitude d'organiser depuis plusieurs années les marches pour le climat à Lyon appellent à une grande marche "pour le futur".

Alors évidemment, certaines revendications des organisateurs sont beaucoup plus proches des idées et des propositions de certains candidats plutôt que d'autres. Mais les organisateurs, à la veille du 1er tour, appuient sur "le caractère apartisan de cette mobilisation". "Nous nous désolidarisons de toute forme de récupération politique et demandons aux représentants et militants de partis politiques de ne pas arborer leurs couleurs", expliquent les organisateurs lyonnais de cette "marche pour le futur".

Cette marche est notamment organisée par plusieurs collectifs citoyens lyonnais : Lyon Climat, une coalition d'associations qui luttent pour la justice climatique à Lyon et qui organise notamment les marches pour le climat à Lyon depuis leur création ou encore le collectif "Plus Jamais Ca Rhône", coalition d'associations écologistes, altermondialistes et de syndicats, créé en décembre 2020 et notamment connu pour une action contre l'implantation d'un entrepôt d'Amazon vers l'aéroport de Lyon.


"On veut des mesures radicales pour lutter contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale"

Tatiana Guille, porte-parole d'Alternatiba


A la veille du 1er tour de la présidentielle 2022, la situation en France est "éprouvante" explique Tatiana Guille, porte-parole de l'association Alternatiba. "Les inégalités se sont encore creusées ces 5 dernières années", explique-t-elle, avec un "gouvernement jugé coupable d'inaction climatique", quelques jours après la sortie d'un nouveau volet du dernier rapport du GIEC, une nouvelle fois alarmant.

"On veut des mesures radicales pour lutter contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale", poursuit Tatiana Guille. Alternatiba défend notamment 4 propositions d'urgence : une sécurité sociale alimentaire, un plan de rénovation thermique des bâtiments, la création de 2 millions d'emplois verts et la taxation des revenus du capital pour plus de justice sociale.

La présidentielle a lieu ce dimanche (1er tour le 10 avril) et le dimanche 24 avril (2e tour). Mais pour les organisateurs de la marche, "on doit continuer à lutter". "On défend une même vision de la société avec toutes les organisations, une société plus juste, plus soutenable, plus solidaire, plus démocratique", avance Tatiana Guille.

L'association des victimes de crimes sécuritaires se joint à l'organisation de cette marche. Pour dénoncer notamment les lois sécuritaires votées sous Macron et les violences policières. "La République se plie aux lois de la police", explique Naguib Allam porte-parole de l'association des victimes de crimes sécuritaires. "Tout le système policier est à revoir. Il y a un déploiement de policiers dans toutes les manifestations qu'on ne connaissait pas auparavant. Ils agissent en totale impunité", ajoute-t-il. L'association réclame notamment la refonte totale de l'IGPN et l'abolition de la BAC, "la BAC qui est en roue libre", selon Naguib Allam.

Les organisateurs veulent croire à la convergence des luttes

Le collectif "Plus Jamais Ca Rhône", coalition d'associations écologistes, altermondialistes et de syndicats, créé en décembre 2020 et notamment connu pour une action contre l'implantation d'un entrepôt d'Amazon vers l'aéroport de Lyon, co-organise également cette mobilisation. "Précarisation des salariés, baisse du pouvoir d'achat, inaction climatique, hausse des discriminations, montée des idées d'extrême droite, le bilan des 5 dernières années est catastrophique", explique Colette Blanchon, porte-parole du collectif.

"Par contre, les profits ont continué d'augmenter", ajoute-t-elle. "Il y a un bilan négatif également pour les droits des étrangers, le droit des femmes. Le démantèlement des services publics continue, la protection sociale est de plus en plus menacée... avant en plus peut-être la réforme des retraites, les conditions de travail se sont dégradées", poursuit Colette Blanchon.

Les organisateurs veulent croire à la fameuse convergence des luttes, tant théorisée. "Elle est en train de se faire. Le gouvernement Macron y contribue", souligne Colette Blanchon, du collectif "Plus Jamais Ca". "Il y a des personnes dans la rue de toutes tendances. Il y a une prise de conscience générale, sur les conditions de vie, que ça ne peut plus durer", ajoute-t-elle.

Le rendez-vous est donné samedi à 14h place Jean-Macé, dans le 7e arrondissement de Lyon. Et quel que soit le résultat dans les urnes, "le combat continuera", avancent les organisateurs. "On continuera à lutter, inlassablement. Pour une vie meilleure", concluent-ils.

Lire aussi : Loi climat votée ce mardi : à Lyon, une grande "marche de sanction" prévue ce dimanche, décryptage

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut