Auberge du Pont de Collonges Paul Bocuse
Sous le service à la cloche, la menace d’un procès entre Jérôme Bocuse et l’institut pour usage abusif du nom du “pape de la gastronomie”. La fin des haricots pour la grande école française ?

L’année où Paul Bocuse a récupéré son nom

De neuf tables en 1962 le groupe Bocuse est aujourd'hui passé à près de 8 000 couverts par jour dans ses restaurants. Une revanche sur l'histoire, la famille Bocuse ayant perdu le droit d'utiliser leur nom à des fins commerciales et publicitaires

L’histoire se répète un peu. Alors que l’institut Paul-Bocuse, via son directeur général Dominique Giraudier, prend des libertés avec l’usage du nom Bocuse (lire Enquête. L’institut Paul-Bocuse dans la tourmente),  la famille de cuisiniers avait par le passé déjà perdu le droit d’utiliser son patronyme à des fins commerciales et publicitaires… avant de le récupérer.
Il faut remonter aux années 20, quand le grand-père de Paul cède le restaurant familial, fonds et patronyme, à un cuisinier russe prénommé Borissof. L’établissement a beau être racheté une quinzaine d’années plus tard par Georges (le père de Paul) à ses beaux-parents, Borissof lui interdit d’apposer le nom Bocuse sur le fronton du restaurant.
Un crève-cœur pour Paul qu’on chambre du sobriquet de “Bocusoff”. L’affront est insupportable. Il n’en fait rien paraître, serre les dents et travaille de plus belle. En 1966, un an après l’obtention de sa troisième et ultime étoile, la première chose qu’il fait est de “récupérer le nom de Bocuse qui a été écrit en lettres de deux mètres et de le visser au-dessus de l’Auberge”.
Trente ans plus tard, l’École d’arts appliqués de Lyon se voit confier la décoration de l’Auberge. Ce sera une façade bariolée, explosive, surchargée et démesurée, avec des pièces montées néoclassiques façon Antonin Carême. Une sorte de Las Vegas féerique en bord de Saône. Désormais, on n’oubliera plus Bocuse, dont les immenses lettres ont été peintes en or pour les rendre encore plus flamboyantes.

Lire aussi :

 

 

 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut