MUSICADES

Entretien avec Jean-Frédéric Schmitt qui l'a créé.

Lyon Capitale : Qu'est-ce que la musique de chambre ?
Jean-Frédéric Schmitt : La musique de chambre est née du plaisir que les gens prenaient avec les instruments qu'ils avaient sous la main, un peu comme pour le jazz. Que ce soit en solo, en trio ou en quatuor, il ne s'agit pas d'une musique avec étiquette sociale comme les gens ont tendance à penser. Cela n'a jamais été la musique des classes aisées. Nous, pour les Musicades, on essaye de faire cohabiter le jean troué et le manteau en vison. Et on y arrive !

Va-t-on découvrir de nouveaux virtuoses durant votre festival ?
Il y a une vingtaine de jeunes qui pourraient se produire sur des scènes internationales. Ils sont méconnus en France, et encore plus en Rhône-Alpes. Les impressarios ne veulent pas prendre le risque de miser sur de jeunes espoirs. Aux Musicades, nous essayons de mélanger les jeunes et les artistes mondialement connus, par exemple en accueillant chaque année le lauréat du concours de musique de chambre de la Région. Il y a à Lyon de vrais talents. Francis Gouton, par exemple, est un fantastique violoncelliste, qui a fait ses études à Lyon et qui est aujourd'hui soliste à l'Opéra de Stuttgart.

Les Musicades de Lyon sont consacrées, cette année, aux artistes catalans. Pourquoi ?
Depuis 1989, le responsable culturel de la Generalitat (le Parlement catalan, Ndlr) vient à Lyon, chaque année, pour assister à nos concerts. La Catalogne nous envoie gratuitement des artiste pour qu'ils se produisent aux Musicades. La musique de chambre espagnole regroupe de formidables musiciens et des voix exceptionnelles.
Il était donc normal d'inviter des artistes catalans, d'autant plus que la Catalogne fait partie des quatre régions "moteurs'' en Europe avec Rhône-Alpes, la Lombardie et le Bade-Wurtemberg. A travers les Musicades, nous essayons de développer un esprit européen.

Quels seront les temps forts de cette 18e édition des Musicades ?
Le premier soir sera dédié à une pièce fantastique, La Nuit transfigurée (Verklärte Nacht) d'Arnold Schoenberg, interprété par un quatuor de musiciens catalans. Le vendredi sera une soirée dédiée aux espagnols, avec le pianiste Josep Colom ou la cantatrice Ofelia Sala qui interprèteront des oeuvres du compositeur Joan Guinjoan. Il y aura aussi des improvisations jazz avec le pianiste Yvan Robilliard ou un concert d'un quatuor d'élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM), mardi 18 septembre.

Les Musicades de Lyon,
du 13 au 19 septembre à la salle Molière, quai de Bondy, Lyon 5.
04 72 00 20 98. www.musicades.com

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut