Free Mobile : tout illimité à 19,99 € /15,99 € pour les abonnés

Après une introduction composée d’une vidéo humoristique rappelant la situation du paysage mobile français, le couperet est enfin tombé : une offre tout illimité à 19,99 € par mois, 15,99 € pour les abonnés Free, un forfait 1h à 2 €, gratuit pour les abonnés. Il est indéniable que les opérateurs concurrents vont devoir se serrer la ceinture et changer leurs offres. Après avoir bouleversé l'ADSL en 2002, Free révolutionne le forfait mobile en 2012.

Voilà deux ans exactement que Free a été choisi comme quatrième opérateur mobile. Depuis début décembre, l’effervescence s'est emparée du Net. Les fausses annonces montées de toutes pièces par des fans ou des plaisantins ont envahi le réseau, tandis que l'opérateur a fait monter le buzz. Plusieurs offres viennent d'être dévoilées :

- Tout illimité, y compris les appels vers l'Europe et les États-Unis, Internet Fair Use de 3 Go à 19€99, par mois, 15€99 pour les abonnés Free (0.50€ la minute en cas d'appel depuis l'étranger).

- 60 minutes de voix et 60 SMS pour 2 €, gratuit pour les abonnés Free (5 centimes d'euro la minute hors forfait, 1 centime le SMS).

Les offres sont limitées aux 3 millions de premiers abonnés, une seule réduction “abonné Free” par foyer. Comme Apple, Free crée ainsi un sentiment de possible pénurie qui devrait lui réussir.

Les futurs clients peuvent dès à présent s'inscrire sur le site mobile.free.fr. Nous reviendrons en détail sur ces offres. Ainsi, Lyon Capitale vous propose son guide pour changer facilement d'opérateur.

Dès le départ, Xavier Niel a joué la provocation réaliste, affirmant que Free Mobile n’a pas besoin d’engager ses clients : "Nous avons les meilleures offres, on ne s’inquiète donc pas que vous quittiez Free […] Ras le bol de vous faire arnaquer, les prix sont les plus élevés d’Europe, voire du monde". Se moquant de la complexité des grilles tarifaires, il n’a pas hésité à écorner les conditions générales de vente des autres opérateurs, ainsi que le grand nombre de forfaits proposés : "Marre qu’on vous embrouille, chez nous les conditions générales de vente font une page […] Nos offres sont simples". Xavier Niel n'aura pas manqué de répéter plusieurs fois : "Vous avez été pris pour des pigeons, des vaches à lait".

Ainsi, les forfaits Free sont inédits dans le paysage français. En 2009, les opérateurs se vantaient de mettre en place des forfaits tout illimité à moins de 99 euros. 2011 fut l'année du réveil avec des offres à moins de 40 comme Sosh et B-and-You. Pourtant, cela n'aura pas suffi à concurrencer le bulldozer Free, qui visiblement a choisi de faire ses marges sur l'ADSL, quitte à rogner celles sur le mobile.

Côté mobile, l'opérateur ne proposera pas de téléphone “subventionné” à petit prix de départ, mais dont le coût réel est par la suite facturé dans l'abonnement. Cependant, il sera possible d'acquérir un terminal plein tarif puis de le régler en plusieurs mensualités (12, 24 ou 36 mois). Les mobiles ne seront pas verrouillés et n’auront aucun logo de la marque rajouté dessus.

Reste une inconnue. Faute de test à grande échelle. Que vaudra le réseau ? Sera-t-il exempt de bug ? Aucun débit 3G n’a été annoncé. Actuellement, Free couvre plus de 30 % du pays avec ses propres antennes. Pour ceux qui ne sont pas dans une zone desservie, un accord d'itinérance, signé avec Orange à raison d'un milliard d'euros, permettra de faire transiter les communications par le réseau de l’opérateur historique. Le basculement sera-t-il sans incident technique ? L'heure de la révélation des offres est désormais passée, place au test à grande échelle. Les petits prix ne feront pas tout, et seul un fonctionnement sans failles permettra à Free de s'imposer.

Retrouvez la vidéo de la conférence.

à lire également
Téléphone vintage
Le géant de la téléphonie, Orange, a annoncé la fin des téléphones fixes traditionnels d’ici 2023. Il faudra alors avoir une box internet, pour pouvoir continuer d’utiliser sa ligne fixe.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut