Le virus continue de se propager à Lyon et dans le Rhône. Un important foyer de contamination a notamment été recensé à l'Ecole Centrale de Lyon, à Ecully.
Le département du Rhône est classé en "zone rouge" depuis le 31 août avec la flambée des nouveaux cas de coronavirus dans le département. Lundi soir, l'Ain est aussi passé en "zone rouge". Explications.
Depuis le 31 août, les Lyonnais et habitants de la Métropole de Lyon peuvent se faire dépister gratuitement à proximité des stations de métro, tram et gares. Des zones dédiées ont été installées et un test PCR est effectué. Mais dans quelles stations ?
Les derniers chiffres sur la progression de l'épidémie de coronavirus dans le Rhône sont assez paradoxaux. Il n'y a toujours pas d'augmentation du nombre de malades à l'hôpital (peu ou pas de formes graves). En revanche, le nombre de cas explose dans le département. Il a plus que doublé en une semaine.
241 cas positifs de coronavirus ont été recensés du 3 au 9 août dans le département du Rhône, sur 15 117 tests. Des chiffres en augmentation.
Paris et le département des Bouches-du-Rhône (qui inclue Marseille) sont désormais classés en zone active de circulation du virus. Les préfets peuvent prendre des mesures plus restrictives. A Lyon, la zone active de circulation du virus n'est pas atteinte. Pour le moment.
Le R0, ou taux de reproduction, permet de connaître le nombre de personnes contaminées par un patient positif au COVID-19. Dans la région, il reste assez stable depuis plusieurs semaines.
Plus de 50 000 tests ont été effectués la semaine dernière dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Avec 687 cas positifs de covid-19. Près de la moitié des cas positifs sont asymptomatiques.
Le centre de dépistage de la Croix-Rousse a rouvert ce mercredi. Les tests PCR sont désormais totalement pris en charge par l'assurance maladie. Plus besoin d'ordonnance.
Santé Publique France a publié son rapport hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus en France. Dans le Rhône, les personnes testées positives au covid-19 sont en augmentation. Les jeunes sont particulièrement touchés. Par contre, dans les hôpitaux, pour les formes graves, la baisse se poursuit.

Posts navigation

1 2 3