Conseil municipal de la ville de Lyon © Tim Douet

“Un autre Lyon est possible”

Souhaitant lancer un “appel pour le lancement d’une plateforme citoyenne pour construire la ville et la métropole de demain”, le Gram a transmis à Lyon Capitale le texte d'une tribune que nous publions ci-dessous.

Jeudi 24 mai, la Mairie du 1er arrondissement de Lyon et le mouvement européen DIEM 25 ont organisé une rencontre intitulée “Des villes rebelles” pour échanger autour du municipalisme, des mouvements citoyens, et des nouvelles formes de démocratie. De nombreux/euses membres du GRAM étaient présent.e.s à cette rencontre. L’appel que nous lançons aujourd’hui s’inscrit dans une démarche citoyenne nécessaire pour penser la métropole de demain. Parce que d’autres villes l’ont fait, nous pensons au GRAM (Groupe de Reflexion et d'Actions Métropolitaines), qu’un autre Lyon est possible. Parce qu’à Paris, Grenoble, Rennes ou Saillans, ou encore Barcelone, Lausanne et Madrid, d’autres formes de fonctionnement démocratique voient le jour, nous pensons qu’un autre Lyon est possible, plus citoyen, écologique, social et humaniste.

Nous sommes convaincus que Lyon et sa Métropole peuvent être gouvernées différemment. Les possibilités pour transformer nos villes sont nombreuses et souvent même encadrées par l’État : contrôle des loyers, régies municipales de gestion de l’eau et de l’énergie, mesures restrictives en cas d’épisodes de pollution de l’air, élaboration de budgets participatifs... Aucune de ces mesures essentielles n’a pourtant été mise en place par les exécutifs successifs de la Ville de Lyon et de la Métropole.

Pourtant, à Grenoble la municipalité transforme les modes de déplacements pour favoriser les transports en commun et les mobilités douces ; la Ville de Rennes a délégué 5 % de son budget au vote direct des citoyen.ne.s ; Paris a pris des mesures fortes pour encadrer le montant des loyers et lutter contre la pollution de l’air. Barcelone s’est proclamée “ville hors TAFTA” (traité transatlantique), Lausanne, Barcelone et Madrid se sont déclarée “villes refuge” pour l’accueil des migrant.e.s.

Le municipalisme et l’écologie sociale font référence à une nouvelle forme de démocratie dans la ville, portée par les citoyen.ne.s. Elle est fondée sur l’exercice d’une participation plus directe, constante, et rendue possible par une répartition du pouvoir horizontal et assembléiste à l’échelle d’une municipalité. Cela signifie concrètement la reprise en main citoyenne et collective des “biens communs” et une opposition à la privatisation à outrance.

Nous pensons qu’un autre Lyon est possible, c’est pourquoi nous – citoyen.ne.s lyonnais et militant.e.s du GRAM – lançons cet appel pour créer une plateforme ouverte afin d’initier une mobilisation citoyenne large et co-construire la ville et la métropole de demain. Les citoyen.ne.s seront individuellement les acteurs/trices de cette plateforme qui aura comme point de départ la construction d’un projet commun. Les artisans, les commerçant.es, les collectifs, les associations, les partis politiques, sont invité.e.s à se saisir collectivement de cet outil pour permettre une reprise en main citoyenne de nos institutions. La plateforme aura pour objectif de recueillir les propositions, les contributions et les énergies pour construire un projet citoyen, social, écologiste et humaniste lors des prochaines élections locales et au-delà.

Rejoignez-nous dès maintenant sur www.unautrelyonestpossible.org

à lire également
Le maire des Lyon qui avait autorisé la publicité sur les trottoirs en consignant le décret fin 2017 en tant que ministre de l’Intérieur a jugé ce lundi lors du conseil municipal que l'expérimentation ne lui “semblait pas la meilleure possible”.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 25 mai 2018

    Les mesures proposées peuvent aller dans le bon sens, à condition que la monnaie pour l'Education ne soit pas comme actuellement, principalement dirigée vers le secteur du BTP.
    Il ne faudra pas oublier le volet Energie. C'est scandaleux qu'on continue à se fournir chez le producteur du nucléaire. Heureusement il existe d'autres fournisseurs qui n'utilisent pas la radioactivité.
    Reste à savoir si les Lyonnais veulent un "autre Lyon" car la plupart ont le nez dans le guidon, se contentent de la "verdure" des gazons, n'ont rien à faire de l'autonomie alimentaire des villes, et sont des automobilistes pollueurs invétérés. Seul compte leur confort à court terme et "la sécurité mentale".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut