Sondage : Emmanuel Macron à 60 %, la participation en hausse

Ce mecredi, le sondage réalisé par Ifop Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et Cnews place Emmanuel Macron vainqueur du second tour avec 60 % des voix contre 40 % pour Marine Le Pen. Le candidat En Marche repasse au-dessus de la barre de 60 % après être tombé à 59 % d'intentions de vote.

Selon le dernier sondage réalisé ce mercredi 3 mai par Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et CNews, le candidat d'En Marche l'emporterait avec 60 % des suffrages contre 40 % pour la candidate du Front national. Ce résultat s'inscrit dans un contexte de prévision d'une participation en légère hausse à 74 %. Dans le détail, l'électorat d'Emmanuel Macron semble se remobiliser. Alors que 82 % déclaraient vouloir aller voter le 1er mai, ils sont 85 % aujourd'hui.

L'électorat Jean-Luc Mélenchon se mobilise de plus en plus pour Macron

Jean-Luc Mélenchon a explicitement appelé faire barrage à Marine Le Pen mais n'a pas appelé à voter pour Emmanuel Macron. Dans le même temps, la consultation des "insoumis" a rendu son verdict et 65,17 % de ceux qui se sont prononcés (243.128 personnes) ont déclaré vouloir refuser de donner leur vote au candidat En Marche (29,05 % d'abstention et 36,12 % de votes blancs ou nuls) et 34,83 % voter pour lui. Pourtant, selon le sondage Ifop-Fiducial 52 % voteront pour l'ancien ministre de l'Économie, 37 % s'abstiendront et 11 % voteront Marine Le Pen (un choix non présent dans la consultation de la France insoumise, Nldr). Enfin, cet électorat semble de plus en plus se mobiliser puisqu'au premier tour, 63 % sont désormais prêts à aller voter contre 57 % le 26 avril dernier.

 

Les électeurs de Nicolas Dupont-Aignan partagés

Alors que l'abstention semblait tenir la corde dans l'électorat de Nicolas Dupont-Aignan, le ralliement de ce dernier à Marine Le Pen a semblé susciter des vocations frontistes chez ses partisans. Seuls 39 % d'entre eux envisageaient de voter pour la candidate FN le 27 avril - la veille du ralliement du candidat Debout la France - ils sont désormais 50 %. Dans le même temps, l'abstention s'est stabilisée entre 31 % et 36 % et le vote Emmanuel Macron a dégringolé en passant de 30 % à 14 %.

 

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 407 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 500 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne.

3 commentaires
  1. FEFI - mer 3 Mai 17 à 18 h 38

    Il repasse sur la barre, pas sous?

  2. Robes Pierre - mer 3 Mai 17 à 23 h 52

    Marine trop vague rabâchant les mêmes raisons se faisant reprendre sur des sujets phares, à loupée son face à face avec un Macron toujours digne, maitre des sujets, prévisions , 70/ 30 pour Macron.

  3. inesP - jeu 4 Mai 17 à 17 h 25

    Marine Le Pen savait que c'est mort pour 2017 même si elle ne pouvait, bien sûr, pas le dire... Elle a planté les graines pour 2022 a commencer par le pactole du second tour 2017. En effet, l'UMPS n'avait pas prévu que le FN trusterait un jour les premières places de l'élection présidentielle. Du coup, les 2 finalistes ont 1€50 par voix et PAR AN ! Si elle fait 8 millions de voix, ca lui fera 12 millions d'euros par an pendant 5 ans soit 60M€ ! Autant dire de quoi voir venir pour 2022. Avec un budget d'ores et déjà bouclé, une centaine de députés, 5 ans de crise mondialisto-européiste de plus et la très jolie Marion Maréchal, l'élection 2022 devrait être beaucoup plus facile que 2017.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut