Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet

Kimelfeld se sépare de deux collaborateurs proches de Collomb

Jérôme Payen et Arabelle Chambre-Foa, respectivement chef et directrice de cabinet à la métropole de Lyon, ont été congédiés ce lundi par David Kimelfeld, le président de la collectivité. Il estime que la confiance est rompue avec ces deux collaborateurs fidèles à Gérard Collomb.

David Kimelfeld a signifié de manière très claire ce lundi à Gérard Collomb la manière dont il concevait désormais leurs rapports de travail, à une semaine du conseil municipal qui verra l'ancien ministre de l'Intérieur redevenir maire de Lyon. Le président de la métropole veut être libre de ses mouvements et de ses décisions. Il a signifié, rapporte Le Progrès, à ses deux principaux collaborateurs, qui étaient les yeux de Moscou (de Gérard Collomb), qu'il mettait fin à leurs fonctions. “Le courrier est parti aujourd'hui. Le motif du licenciement, c'est que la confiance était rompue. Depuis quelques semaines, le cabinet bloquait des dossiers que David Kimelfeld voulait porter. Il commençait à en avoir marre. Mais ce n'est en aucun cas un coup de tête”, précise-t-on dans l'entourage du président de la métropole.

Un scénario planifié

Comme nous l'expliquions dans notre rubrique House of Collomb, David Kimelfeld envisageait effectivement depuis trois semaines de se séparer de l'un de ces deux collaborateurs accusés de rouler pour Gérard Collomb. En septembre, le président de la métropole avait aussi demandé à son chef de cabinet d'arrêter d'exercer ses activités politiques à La République en Marche sur son temps de travail. Jérôme Payen est en effet le bras droit de Caroline Collomb, la référente départementale du parti présidentiel. Arabelle Chambre-Foa s'était vu épingler la Légion d'honneur, mi-septembre, par celui qui était encore ministre de l'Intérieur. Une cérémonie à laquelle n'avait pas participé David Kimelfeld. Depuis des mois, tous ceux qui encouragent David Kimelfeld à s'émanciper de Gérard Collomb lui conseillaient de poser un acte fort en faisant le ménage dans son cabinet.

Déclaration d’indépendance et/ou de guerre ?

À une semaine du début de leur cohabitation, le ton monte désormais entre David Kimelfeld et Gérard Collomb. Officiellement, ils sont toujours sur le même bateau. Mais celui-ci tangue sévèrement. “Cela peut être perçu comme une déclaration d'indépendance”, admet-on dans l'entourage du président de la métropole. Chez les collombistes, on préfère parler de déclaration de guerre : “David Kimelfeld montre un peu trop les muscles. Il devrait faire attention. Il manque vraiment de loyauté envers Gérard Collomb, sans qui il n'aurait jamais été président de la métropole. La guerre est déclarée. C'est stupide. Je ne sais pas comment on va terminer le mandat.” Ce lundi midi, selon nos informations, Gérard Collomb s'est entretenu avec Arabelle Chambre-Foa et Jérôme Payen. Les évincés de la métropole devraient atterrir à l'hôtel de ville. “Il y a sans doute une recomposition du cabinet municipal qui aura lieu. Gérard Collomb veut reconstituer une équipe solide autour de lui”, précise-t-on dans l'entourage de l'ancien ministre ce lundi soir. La cohabitation s'annonce musclée et pas seulement entre les élus.

à lire également
Un sondage Ifop publié ce jeudi par Paris Match renforce l’idée d’une double investiture de Gérard Collomb à la ville de Lyon et à la métropole. Une enquête commandée par un mystérieux think tank “Lord Nelson”, qui s’avère être une conciergerie du 6e arrondissement.
1 commentaire
  1. Marc Antoine - 30 octobre 2018

    Kimelfield est le pendant masculin des Vallaud Belkacem et Perrin-Gilbert, tous initiés par Collomb. Même causes même effets.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut