© photomontage
Article payant

House of Collomb épisode 6 : Petits meurtres entre amis

Le retour de Gérard Collomb a engendré une épidémie de rencontres secrètes. L’ancien ministre ratisse large pour ramener à lui des élus qui commençaient à s’épanouir dans la gouvernance Kimelfeld. Il cherche aussi à se recréer une garde rapprochée, la précédente n’ayant pas souhaité rentrer dans ses bagages. David Kimelfeld aussi rencontre beaucoup d’acteurs. Notamment sur sa gauche. Ce week-end, il a ainsi, d’après nos informations, échangé avec Jean-François Debat, le patron du PS régional qui a déclaré la guerre à Collomb. Leur précédent rendez-vous (en juin) avait enflammé la politique lyonnaise. Qu’en sera-t-il cette fois ? Réponse la semaine prochaine, dans le 7e épisode de House of Collomb.

Kimelfeld-Debat, épisode II

David Kimelfeld multiplie les rendez-vous depuis quelques semaines. Le retour de Gérard Collomb n'a pas ralenti sa dynamique. Trois jours après un tête-à-tête avec le ministre démissionnaire, il a rencontré, pour la deuxième fois en trois mois, Jean-François Debat, le président du groupe PS au conseil régional. Ce dernier se démène depuis le printemps pour tenter d'organiser le réveil des socialistes à Lyon. Et il mise sur David Kimelfeld pour l'incarner. Leur précédent rendez-vous, à la métropole et inscrit à l'agenda de son président, avait eu le don d'agacer Gérard Collomb. Dans la foulée, celui-ci avait lancé son association “Prendre un temps d'avance” et amorcé son voyage-retour vers Lyon. Comment va-t-il réagir à ce nouveau crime de lèse-majesté ? Surtout que le sujet de la rencontre Kimelfeld-Debat tournait encore autour de 2020. Contactés, les deux élus nient s'être rencontrés. Peut-être que Collomb les croira…

Il vous reste 86 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Lyon, 7 décembre 2018 – Gilets jaunes à l’hôtel de région © Tim Douet
Les Gilets jaunes sont devenus le cauchemar de La République en Marche. Cette fronde les a marqués au fer rouge, ou plutôt jaune. Les prochaines élections, surtout les européennes, sont d’ores et déjà considérées comme perdues. La résignation gagne même les rangs des “marcheurs” quant à une possible dissolution de l’Assemblée nationale. Les autres partis s’en réjouissent. Finalement, seul Laurent Wauquiez a trouvé les moyens de se prendre les pieds dans le tapis jaune.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut