“Quand on est élu local, on n’est pas hors-sol”

Hubert Julien-Laferrière, le candidat LREM dans la 2e circonscription du Rhône, est l’invité de L’Autre Direct.

Lyon Capitale : Avez-vous l'impression de porter le renouveau qui était la promesse d’En Marche ?

Hubert Julien-Laferrière : Le renouveau, c'est d'avoir des élus à l'Assemblée nationale qui représentent la diversité de la société française. Avoir 25 à 30 % d’élus locaux qui ont une expérience de terrain depuis plusieurs années, c'est plutôt une richesse pour l'Assemblée nationale. Et le renouveau, on peut le porter dans sa pratique politique même si l'on est élu depuis longtemps. Il est vrai que c'est très important d'avoir des élus locaux qui ont été artisans ou qui ont entraîné des réussites locales. Ce qui sera important demain, ce sera d'avoir des lois connectées avec le terrain pour qu'elles ne soient pas simplement construites dans les cabinets ministériels.

Certains “marcheurs” vous ont reproché d’être un professionnel de la politique. Ils critiquent aussi le fait que le “système Collomb” ait mis en place ses hommes dans les 4 circonscriptions lyonnaises. Vous sentez-vous investi seulement par la volonté de Gérard Collomb ?

“Professionnel de la politique”, il faut faire attention aux slogans. Moi, j'ai un métier, je suis prof de sciences économiques à côté. Quand on est élu local, on n'est pas hors-sol. Au contraire. Dans la même journée, on rencontre des jeunes de la Duchère en recherche d'emploi, des startupeurs qui s'installent sur Vaise, des retraités qui sont au minimum vieillesse, des dirigeants de clubs sportifs. Être un élu local, c'est être encore plus connecté à la réalité.

Retrouvez l'intégralité de notre entretien avec Hubert Julien-Laferrière dans la vidéo ci-dessous.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut