Palais de justice de Lyon © Tim Douet
Palais de justice de Lyon © Tim Douet

Partie de chasse : la fédération de chasseurs porte plainte contre Super U

La Fédération nationale des chasseurs a décidé de porter plainte contre l’enseigne Super U dans l’histoire du couple de gérants de l’Arbresles critiqué pour avoir réalisé des safaris de chasse en Afrique.

Début juillet, un couple qui gérait le Super U de L'Arbresle était au coeur d'une polémique après la publication de plusieurs photos de 2015, on pouvait les voir avec des fusils poser derrière un lion, un crocodile ou bien encore un hippopotame. La marque de grande distribution avait annoncé le départ du couple du magasin de l'Arbresles dans un communiqué.

Un texte pour lequel Willy Schraen, le président de la Fédération nationale des chasseurs a décidé de porter plainte a-t-il annoncé ce jeudi dans les colonnes du Progrès. “Je suis profondément choqué qu’on puisse détruire la vie de quelqu’un juste parce qu’on n’accepte pas l’activité légale qu’il pratique. Si on devait virer tous les mecs qui travaillent dans des Super U et qui chassent, ça ferait pas mal de monde en moins à la campagne”, a-t-il déclaré. Il a par ailleurs regretté la “stigmatisation” des chasseurs dans le communiqué de Super U. “Le terme ''agissements'' pour parler de leur activité de chasse en Afrique, c’est discriminatoire. On n’est pas face à un braconnage. Leur activité est légale”.

De son côté, Super U s'était dit “totalement opposé à des activités privées de safari de chasse par des associés” de leur marque. 

Quant au couple, il avait fait l'objet d'un déferlement d'insulte sur internet. Leur avocat avait assuré à Lyon Capitale que des plaintes seraient déposées à l'encontre de ceux qui les ont menacés.

Partie de chasse  : l’avocat du couple de L’Arbresle promet des poursuites

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut