Tribunal du Puy-en-Velay
(Capture écran Google streetview

Nouvelle menace de renvoi du procès Fiona, pour un apéritif

La défense pourrait former un recours après que le président de la cour d'assise du Puy-de-Dôme a participé à un apéritif informel avec des avocats des parties civiles. L'intéressé s'est justifié en affirmant que des avocats de la défense étaient également présents.

Un apéritif informel entre le président de la cour et les avocats des parties civiles. Il n'en fallait pas plus pour faire planer la menace d'un nouveau recours de renvoi du procès Fiona. Cette petite réunion pouvant évoquer un manque d'impartialité. A la reprise de l'audience, vendredi, le président de la Cour a reconnu avoir pris part à cet apéritif indique France 3. "Une information en partie erronée", soutient-il, arguant que des avocats de la Défense étaient également présents. Ce que ces derniers démentent. Une réunion, très formelle cette fois, entre le magistrat et les avocats a été provoquée vendredi matin, retardant la reprise de l'audience.

Cécile Bourgeon absente

La Défense a dit prendre le temps de la réflexion, ce week-end, pour voir les suite à donner à cette affaire. D'autant que, autre motif de renvoi potentiel, la mère de Fiona, Cécile Bourgeon était absente ce vendredi. Particulièrement éprouvée par son audition de la veille, lors de laquelle elle avait frôlé le malaise provoquant une suspension temporaire d'audience, elle n'était pas présente devant la cour vendredi.

Le verdict de ce procès en appel est attendu pour le 9 février si aucun recours de renvoi n'est formulé. Au mois d'octobre dernier, un incident entre avocats des deux parties avait déjà abouti au renvoi de l'audience.

à lire également
Capture d’écran d’une vidéo AFP – Nicolas Sarkozy quittant les locaux de la PJ de Nanterre après deux jours de garde à vue, le 21 mars 2018 © AFP
En dépit de la création, au lendemain de l’affaire Cahuzac, d’un parquet national financier, les brigades économiques et financières restent le parent pauvre de la police française. En région, les limiers manquent pour lutter contre cette délinquance invisible, qui peut coûter gros à l’État, comme lui rapporter beaucoup.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut