Jérôme Kerviel
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Kerviel : expertise sur les pertes de la Société Générale ?

Jérôme Kerviel sera ce mercredi de retour devant un tribunal, 10 jours après le début de sa liberté conditionnelle. Cette fois, la cour d’appel de Versailles débattra de sa demande d’expertise indépendante sur les pertes enregistrées par la Société Générale en 2008.

Jérôme Kerviel ()

©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Après avoir obtenu un aménagement de peine sous bracelet électronique, Jérôme Kerviel a de nouveau rendez-vous avec la justice ce mercredi.

"L'affaire Kerviel devient l'affaire Société Générale", avait déclaré Me Koubbi lorsque la Cour de cassation, en mars dernier, avait cassé le volet civil de l'affaire qui portait sur 4,91 milliards d'euros de dommages et intérêts. En revanche, la plus haute juridiction avait confirmé la condamnation pénale de l'ancien trader, à cinq ans d'emprisonnement, dont trois fermes.

“La banque n’a pas perdu d’argent”

Dans ce cadre, Jérôme Kerviel et son conseil ont fait la demande d'une expertise indépendante dans cette perte, correspondant au montant perdu déclaré par la banque. En mai dernier, l'ancien opérateur de marché avait déjà expliqué lors d'une audience combien "cette expertise [était] primordiale pour [lui]". Elle "démontrera que la banque n'a pas perdu d'argent. Il n'y a pas de perte", avait-il ajouté. Les conseils de la Société Générale avaient, eux, estimé que cette demande était "réchauffée" et rappelé qu'elle avait toujours été refusée par la justice.

Quel scénario ?

Pour donner corps à la thèse qui prête à la banque un rôle actif, Jérôme Kerviel et son avocat Me Koubbi veulent obtenir cette expertise indépendante. Ils contestent, en priorité, le montant de la perte tel que chiffré par la Société Générale. La banque a toujours assuré qu'après avoir découvert une exposition de 50 milliards d'euros, attribuée à Jérôme Kerviel, elle avait confié à l'un de ses traders la mission d'en sortir le plus rapidement possible. Sur des marchés agités, un autre trader avait mis trois jours pour s'exécuter, concluant sur une perte de 6,3 milliards d'euros, ramenée à 4,9 en déduisant 1,4 milliard, gagné par Jérôme Kerviel au terme de l'exercice précédent. Ce scénario a toujours été contesté par l'ancien trader et sa défense.

De Mélenchon à Fenech

Seulement voilà, depuis plusieurs mois, le coup de force de Jérôme Kerviel est d'avoir engendré des soutiens issus d'univers très différents. Un comité de soutien très actif l'entoure depuis 2008, le présentant comme une victime des dysfonctionnements de la finance mondiale.

Le député (LR) du Rhône Georges Fenech © Tim Douet

© Tim Douet
Le député (LR) du Rhône Georges Fenech.

Ainsi, Mgr Di Falco, évêque de Gap, ou Jean-Luc Mélenchon appuient dans son combat l'ancien trader. Lors de la fête de L'Humanité, l'ancien coprésident du Parti de gauche a même dressé un parallèle entre Jérôme Kerviel et Alfred Dreyfus, connu pour être une victime de l'une des plus célèbres erreurs judiciaires.

Plus récemment, Georges Fenech, député UMP du Rhône et ancien magistrat, lui a également apporté son soutien. Reste à savoir si la justice est sensible à un tel entourage, ce qui est loin d'être acquis.

Faire défiler vers le haut