Tramway T1 près de l’INSA. Image d’illustration @WilliamPham

"Une alternative bricolée" : le métro E abandonné, le tram semi-enterré entre Tassin et Lyon fait jaser

Après une consultation fin 2021 autour de l'avenir du métro à Lyon, l'exécutif écologiste à la Métropole de Lyon a présenté la semaine dernière un nouveau projet pour l'ouest lyonnais, un tram semi-enterré entre Tassin et Lyon. Fini le métro E. Une nouvelle solution loin de faire l'unanimité. Et qui pose de nombreuses questions. Explications.

Le Sytral avait lancé pendant trois mois, entre le 21 septembre et le 15 décembre 2021, une consultation autour de l'avenir du métro à Lyon. Avec une question centrale : faut-il encore développer le métro à Lyon ? Et où ?

4 projets de prolongation ou de nouvelle ligne ont été soumis à la consultation :

  • la prolongation du métro A vers Décines-Meyzieu (coût selon le Sytral d'environ 1,6-1,7 milliard d'euro, avec 50 000 voyages/jour)
  • la prolongation du métro B vers Caluire-Rillieux (coût de 2,2 à 2,7 milliards d'euros, avec 70 000 voyages/jour)
  • la prolongation du métro D vers La Duchère (coût 1 à 1,2 milliard d'euro, avec 40 000 voyages/jour)
  • la création d'une ligne E vers Lyon 5e - Tassin (coût 1,5 à 2 milliards d'euros, avec 100 000 voyages/jour)

Après avoir enterré les projets de prolongation des lignes A et D fin décembre 2021 à la fin de la consultation, Bruno Bernard, le président du Sytral, qui est aussi le président de la Métropole de Lyon, a présenté lors d'une commission générale dédiée aux "métros" à la Métropole de Lyon le 3 mars 2022 la synthèse des (nouvelles) propositions de l'exécutif écologiste.

"C'est un débat qui aura lieu au sein de la Métropole de Lyon, le 1er financeur public du Sytral et donc il est important pour moi d'associer la Métropole à ce débat", expliquait avant cette commission Bruno Bernard. Mais c'est bien le Sytral qui devra prendre une décision au 2e trimestre 2022. "Je souhaite qu'on puisse, au 2e trimestre 2022, donner les perspectives et elles doivent être partagées par le plus grand nombre. Ma volonté, si on arrive à avoir des perspectives partagées, avec des financements possibles, c'est de pouvoir donner une perspective à 20 ans", soulignait encore Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, qui est donc aussi celui du Sytral. Avec des solides majorités dans les deux cas.

Un nouveau projet dans l'ouest lyonnais : un tram semi-enterré entre Tassin et Lyon

Bruno Bernard répète à l'envi qu'il souhaite un "large consensus" pour avancer sur ces nouveaux projets de transports. Autant vous le dire tout de suite, le "consensus", il est encore loin... Ce n'est pas gagné. Loin de là. Notamment dans l'ouest lyonnais.

La majorité écologiste à la Métropole de Lyon et au Sytral a notamment un nouveau projet pour l'ouest lyonnais, un tram semi-enterré (enterré pendant 3 kilomètres) entre Tassin et Lyon. Fini donc le métro E qui avait fait l'objet d'une concertation très suivie en 2019. Trop cher, le métro E, pour l'exécutif écologiste. Place donc à ce projet de tram.

Quelques jours avant cette commission générale du 3 mars dernier, dans un article publié le lundi 28 février sur LyonCapitale.fr, Jean-Charles Kohlhaas, vice-président délégué du Sytral et vice-président de la Métropole de Lyon en charge des déplacements, avait fait le point. "Il faut qu’on trouve pour chaque territoire, qui a besoin de mobilité, la bonne alternative, celle qui aura la meilleure efficacité en terme de besoin de mobilité, et au moindre coût. Je pense que sur le plateau du 5e arrondissement de Lyon, il faut un métro léger", expliquait-il alors à Lyon Cap'.

Un métro léger ou un tram enterré pour l'ouest ?

Qu'est-ce qu'un métro léger ? "C’est un métro qui est enterré quand il doit être enterré et qui est aérien quand il doit être aérien. On a des études intéressantes d’un système qui pourrait être aérien à son tout début, jusqu’au Point du Jour (Lyon 5e), puis être souterrain jusqu’aux Quais de Saône, pour arriver en face du cours Suchet. Ensuite, il traverse la Saône en pont, le cours Suchet, se connecte sur T2 et va jusqu’à Jean Macé par exemple. Ca réduirait le prix de moitié et ça permettrait une connexion au métro A et au Métro B. C’est l’une des alternatives possibles", soulignait à Lyon Cap' le vice-président délégué du Sytral, Jean-Charles Kohlhaas.

Alors métro léger, tram semi-enterré, tram express, ce n'est pas toujours facile de si retrouver. Et on ne peut pas dire que les élus nous aident beaucoup, à nous y retrouver. Mais c'est bien (finalement) un projet de tramway qui a été présenté lors de la commission générale à la Métropole du 3 mars. Un tram qui serait aérien de Tassin-Alaï à Ménival puis souterrain pendant 3 km entre Ménival et les quais de Saône (sous le 5e arrondissement) avant de ressortir en surface sur les quais de Saône, de traverser la Saône sur un nouveau pont, sur un viaduc, avant de traverser le cours Suchet et d'aller jusqu'à Perrache, Jean-Macé ou Part-Dieu. Budget estimé par le Sytral : entre 700M d'euros et 1 milliard d'euro. Moins cher qu'un projet de métro entre Tassin et Bellecour (estimé entre 1,2 milliard et 1,4 milliard d'euro) et entre Tassin et Part-Dieu (estimé à 2 milliards d'euros). Le tram, même enterré sur 3 kilomètres, est plus rapide à réaliser. 2030 est visé par la Métropole et le Sytral pour ce tram, contre 2033 au mieux pour le métro.

Jean-Charles Kohlhaas ©PHOTOPQR/LE PROGRES/Joël PHILIPPON /MaxPPP

L'exécutif écologiste justifie notamment l'abandon de projets de métro par des finances en berne après la crise sanitaire et donc des capacités d'investissements plus faibles. "On a quand même été pas mal impacté par la crise sanitaire, on a les prospectives qui sont limitées. On a une enveloppe entre 2 et 3 milliards pour les 20 prochaines années. Il faut qu’on choisisse. Si on fait un métro B prolongé jusqu’à Rillieux comme il l’était imaginé, ça "bouffe" toute l’enveloppe et on ne fait rien d’autre", expliquait le vice-président du Sytral, Jean-Charles Kohlhaas, à Lyon Capitale. La prolongation de la ligne B du métro vers Caluire -Rillieux a elle aussi été abandonnée. Trop coûteuse.


"Les écologistes proposent des solutions alternatives bricolées"

Pascal Charmot, maire LR de Tassin


Ce projet de tram, au lieu du métro, ne passe pas chez les maires de l'ouest lyonnais, tous favorables au métro E. "Les écologistes proposent des solutions alternatives bricolées", explique Pascal Charmot, le maire LR de Tassin-la-Demi-Lune. "Ce tram ne réglera pas le besoin de mobilités sur la Métropole et particulièrement dans l'ouest lyonnais. Le besoin de métro aujourd'hui est essentiel. La politique court terme de gribouille en terme financier de la Métropole et du Sytral n'est pas à la hauteur.

Le maire LR de Tassin poursuit : "Ce tram, qui n'est pas vraiment un tram, pas vraiment un métro, mais une conception des écologistes. Cela va avoir comme conséquence de prélever, de nouveau, de la place en surface".

A Tassin, Julien Ranc, président du groupe d'opposition (union du centre), souligne de son côté. "Sur le papier, certains points de ce projet de tram sont assez séduisants sur le cadencement entre l'ouest et Lyon. Par contre, il faut que ça serve de base de négociations. Ca ne peut pas être le projet définitif si on se base que sur cette étude. Si le projet reste dimensionné à Alaï-Perrache, on est clairement sur un projet adapté aux enjeux de 2025. Si on veut penser la Métropole avec la ZFE et avec tous les autres projets de mobilités, il faut penser à 2030 ou 2040 et il faut un cadencement plus fort en terme de mobilités".

Un projet de tram semi-enterré qui ressort du chapeau après une étude de 2017

L'étude en questions, c'est une étude du cabinet Egis de 2017. Sur un scénario tramway entre Tassin Alaï et Perrache avec donc un tram enterré pendant 3 kilomètres entre Ménival et les quais de Saône. Ce projet avait déjà était présenté au Sytral en février 2018, en même temps que d'autres scénarios pour l'ouest lyonnais. Et qui n'avait pas vraiment été ressorti du chapeau, en tout cas très peu, depuis 4 ans.

Favorable jusqu'à présent au projet de métro E, la maire écologiste du 5e arrondissement de Lyon, Nadine Georgel, penche désormais pour ce projet de tram. Elle le soutient. "L'attente des habitants du 5e, mais aussi des salariés ou des visiteurs de cet arrondissement très touristique c'est de bénéficier de véritables infrastructures de transport en commun, essentiellement souterraines, pour se déplacer facilement, rapidement et confortablement. L'option de tramway express, pour le corridor E, loin d'être une solution au rabais, répond à ces critères. Cette infrastructure permettra aux habitants de quartiers moins favorisés, tels que Ménival, d'accéder plus facilement aux services publics", se réjouit Nadine Georgel.

"Nous soutiendrons ce projet de tram avec conviction et enthousiasme"

Nadine Georgel, maire EELV du 5e arrondissement de Lyon


Nadine Georgel, la maire ELLV du 5e arrondissement de Lyon, poursuit : "Faire le choix d'une infrastructure plus légère que le traditionnel métro lyonnais, c'est contribuer à unifier un territoire, des quartiers assez hétéroclites, enclavés et relativement dépourvus d'identité commune. Un tramway express, dans lequel on entre et sort facilement, favoriserait les courts trajets et de ce fait une plus grande mobilité entre les quartiers du 5e", estime-t-elle. "Rarement un projet d'infrastructure n'a suscité autant d'unanimité que celle exprimé par les habitants de l'ouest lyonnais. Le projet de tram express répond à ses attentes d'une manière équilibrée, responsable et solidaire avec les autres territoires de la Métropole. Nous le soutiendrons donc avec conviction et enthousiasme", conclut la maire du 5e arrondissement.

Cette position de Nadine Georgel est aussi celle du groupe écologiste à la Métropole de Lyon, largement majoritaire à la Métropole comme au Sytral. On peut donc légitimement penser que ce projet est en bonne voie.

Vivement opposée au projet de transport par câble dans l'ouest lyonnais, Véronique Sarselli, maire LR de Sainte-Foy-lès-Lyon, dénonce aussi, comme son collègue de Tassin, ce projet de tram sorti du chapeau d'un coup. "On ne sait pas ce que c'est ce projet. On ne sait pas si c'est un vrai tram ou un faux métro. On nous a parlé dans la presse il y a quelques jours (dans Lyon Capitale à lire ici) d'un métro qui serait en partie aérien. On nous a pris pour des imbéciles", fulmine Véronique Sarselli, largement favorable au métro E.


"On nous a pris pour des imbéciles"

Véronique Sarselli, maire LR de Sainte-Foy-lès-Lyon


Un métro E sur le point donc d'être abandonné. "Encore une fois, je n'ai toujours pas compris qu'elle était était la vision de l'aménagement du territoire métropolitain de la majorité écologiste de la Métropole. Sur l'ouest lyonnais, encore une fois, on se retrouve avec un projet issu de l'étude d'Egis de 2017, un projet qui n'est pas à la hauteur des enjeux de l'ouest. Avec un projet où le nombre de voyages par jour est divisé pratiquement par 3 par rapport à un métro. Cette étude de 2017, qu'ils remettent au goût du jour, elle concluait à l'impossibilité de faire ce projet. On se retrouve avec un projet qui fait l'euphorie des écologistes aujourd'hui et qu'ils vont voter. Il ne correspond en aucun cas aux enjeux de l'ouest", poursuit Véronique Sarselli.

Plusieurs questions se posent notamment sur ce projet de tram. Comme la pente très importante pour un tram sous Fourvière (autour de 7%) qui nécessitera un matériel roulant très particulier. Qui n'est pas utilisé actuellement sur le réseau lyonnais, sur aucune autre ligne de tram. Et qui est plus coûteux. La profondeur de la station Saint-Irénée, aussi, dans le 5e arrondissement de Lyon, interpelle. Elle est estimée dans le rapport de 2017 - le rapport qui fait foi aujourd'hui - à 69 mètres de profondeur. Ce qui est considérable. Et ce qui nécessite de creuser beaucoup. A titre de comparaison, la station de métro la plus profonde actuellement sur le réseau TCL, c'est celle de Vieux-Lyon, elle est à - 30 mètres. Et c'est déjà beaucoup.

Tramway T3. @WilliamPham

A la Métropole de Lyon, la droite ne digère pas non plus le calendrier d'annonce de ce nouveau projet. "Ca fait plus d'un an qu'on est en discussion sur un projet de transport par câble (décembre 2020). Dont on nous dit qu'il ne faut pas le concurrencer avec le projet de métro E. Vous ne croyez pas que depuis décembre 2020 qu'on nous parle pas du transport par câble, il aurait été intéressant qu'on nous parle de ce tram ?", s'étrangle Véronique Sarselli." Ils auraient eu une étude en parallèle, qui arrivent sur leur bureau la semaine dernière... A la limite. Mais là on parle une étude d'Egis de 2017 qu'ils ont entre les mains depuis 2017. Egis est le prestataire qui a fait l'étude du transport par câble. Il y a eu une concertation métro pendant trois mois fin 2021. Pendant trois mois, pendant la concertation de transport par câble (entre novembre 2021 et février 2022), il n'a jamais été question de ce tram. Et ça sort maintenant ? Pendant des mois, Monsieur Kohlhaas m'a pris pour une crétine qui ne comprenait rien. "Mais Mme Sarselli, on ne compare pas un transport par câble à un métro". Et là on se retrouve avec une solution alternative qui n'a rien à voir avec un métro. Ce n'est pas un transport structurant pour l'ouest", s'exclame la maire de Sainte-Foy.


"Le métro n'est pas un projet recevable pour les écologistes. Il faut inventer n'importe quoi d'autre qui permettra de soustraire de la place à l'automobile"

Pascal Charmot, maire LR de Tassin


Pascal Charmot insiste : "Le métro n'est pas du tout un projet recevable pour les écologistes, il ne prend pas de place à la voiture. Il faut inventer n'importe quoi d'autre qui permettra de soustraire de la place à l'automobile".

"Ce qui me chagrine dans ce projet, c'est qu'au final entre la Métropole de Lyon et les maires, les maires de l'ouest hurlent contre Bruno Bernard mais par contre quand il s'agit de s'adresser à Laurent Wauquiez, ils aboient comme des Chihuahua. Alors que nous on a un énorme projet sur le tram-train. Ce projet il n'est absolument pas optimisé. On nous a vendu le ticket unique, l'éventuel doublement du Tunnel des Deux Amants et ça c'est toujours pas fait", insiste de son côté le président du groupe d'opposition à Tassin, Julien Ranc.

Ce (nouveau) projet de tram devrait continuer à faire parler ces prochaines semaines. Comme l'optimisation du tram-train, réclamée par beaucoup mais dont les échanges entre Métropole de Lyon et région Auvergne-Rhône-Alpes tardent à se concrétiser.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut