Carte-ticket-restaurant

Tickets restaurants : la fin des petits arrangements ?

Depuis mercredi 2 avril, les entreprises ont la possibilité de passer aux chèques restaurants virtuels – leur version papier faisant objet de nombreux arrangements. À Lyon, leur numérisation ne fait pas l’unanimité.

La carte, c’est quand même plus pratique

Numérisés les chèques restaurants seront transférés sur une carte qui s’utilisera soit comme une carte bancaire, comme c’est le cas de la carte Moneo Resto, soit comme un badge avec la carte Ticket Restaurant et son système sans contact. Une application délivrant des titres restaurants, Resto Flash, est même disponible. Malika Bechina, directrice du Carrefour City d’Ampère Victor Hugo, y voit là un gain de temps : « Ce sera plus pratique pour nous, professionnels, qui devons comptabiliser, noter et scanner chaque titre restaurant donné pour prouver leur authenticité.  » Mais ce n’est pas l’avis de Laurent Dédier, serveur à la Pizzeria Napoli, dans le 2ème arrondissement de Lyon : « Le passage à la carte va poser de gros problèmes, car nos clients n’auront pas toujours de monnaie sur eux, pour compléter l’addition. Alors qu’avec les chèques restaurants papier, il nous arrivait d’en prendre un supplémentaire pour ne pas que le client soit embêté et contraint de retirer de l’argent. »

Une numérisation au détriment des faibles revenus ?

« Recevoir un ticket restaurant, ça me permet d’éviter de faire les poubelles au moins une fois et garder un semblant de dignité » déclare Jean-Jacques, 68 ans, résidant au foyer Notre-Dame des Sans-Abri dans le 7ème arrondissement de Lyon. En effet, les employés possesseurs de titres restaurants dématérialisés ne pourront plus en faire cadeau aux personnes dans le besoin, ni même à leurs enfants. Anaïs, étudiante de 21 ans témoigne : « Ma mère partage ses tickets restaurants entre mon frère et moi. Cela nous permet de faire les courses sans dépenser trop d’argent. Cet argent, économisé, nous l’utilisons pour payer nos fournitures scolaires ou les diverses factures.  » Avec la carte à puce, fini donc les élans de générosité, les arrangements avec les restaurateurs, et l’aide financière apportée aux jeunes par leurs parents.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut