"Si Macron était candidat à 100%, on lui reprocherait", souligne Sarah Peillon (LREM) - vidéo

Sarah Peillon, référente départementale de LREM dans la métropole de Lyon, est l’invitée de 6 minutes chrono. Elle évoque les grandes lignes de la drôle de campagne d’Emmanuel Macron.

À moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron mène campagne pour sa réélection en parallèle de la gestion du conflit ukrainien. Une double casquette qui relègue parfois la campagne au second plan. Une difficulté dont se plaignent régulièrement les opposants au président sortant. “Nous sommes dans un contexte inédit. C’est la première fois qu’un président doit gérer un contexte de guerre sur le continent européen. S’il était candidat à 100%, on lui en ferait le reproche”, explique Sarah Peillon.

Elle réfute aussi l’idée d’un président sortant qui mène campagne sans dérouler son programme. “Les Français le connaissent. Le programme arrive. Nous l’avons élaboré avec les Français. En cas de crise très grave, les gens doivent choisir la personne en qui ils auront confiance pour prendre les décisions en leur nom”, pointe la référente départementale du parti présidentiel. Pour Sarah Peillon, après le “en même temps” de 2017, la campagne de 2022 s’écrira dans la continuité et promet des réformes comme celle des retraites

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut