Fromages

Selon les scientifiques, le fromage est l'ingrédient le plus détesté

Selon des chercheurs lyonnais et parisiens le fromage serait l'ingrédient qui les gens détestent le plus. Une aversion qui utiliserait le même circuit que celui de la récompense dans le cerveau indique leur étude.

Odeur, visuel, goût, vous n'aimez pas le fromage ? Eh bien sachez que c'est scientifique, le fromage est l'aliment le plus clivant. Des chercheurs du Centre de recherche en neuroscience de Lyon (CNRS/INSERM/Université Claude Bernard Lyon 1/Université Jean Monnet) et du laboratoire Neuroscience Paris Seine (CNRS/INSERM/UPMC) ont réussi à décrypter le phénomène du dégoût.

6% des personnes ont une aversion au fromage

Leur étude s'est d'abord faite sur un échantillon de 332 personnes. Première conclusion : le fromage est l'aliment pour lequel l'aversion est la plus fréquente. Elle concerne 6% des personnes interrogées contre 2,7% pour le poisson et 2,4% pour la charcuterie. Parmi ces personnes aversives au fromage, 18% se disent intolérantes au lactose et dans 47% des cas, au moins un des membres de leur famille n’aime pas non plus le fromage.

Des chiffres qui ont mis les chercheurs sur la piste d'une aversion qui serait génétique. Ces derniers ont alors étudié ce qu'il se passe dans le cerveau de quinze personnes qui aiment le fromage et quinze qui n'aiment pas. Tous ont été confrontés simultanément à l’image et l’odeur de six fromages différents et de six autres types d’aliments. Face à cette nourriture, elles devaient affirmer si elles appréciaient ou pas l’odeur et la vue de ces aliments, puis si, à ce moment précis, elles avaient envie de les manger.

Dégoût et récompense dans le cerveau

Les résultats ont été pour le moins étonnants. "Les chercheurs ont observé que le pallidum ventral, une petite structure habituellement activée chez des personnes qui ont faim, restait totalement inactif chez les personnes aversives au fromage alors qu’elle était activée par tous les autres types d’aliments", expliquent les chercheurs. Plus étonnant encore : "les chercheurs ont constaté que des aires cérébrales, le globus pallidus et la substantia nigra, qui participent au circuit de la récompense (activées quand on adore quelque chose), étaient plus impliquées chez les personnes qui détestent le fromage que chez celles qui l’apprécient."

Les zones du cerveau impliquées dans le traitement de la récompense seraient donc aussi sollicitées en cas d'aversion. Une découverte qui s'expliquerait par le fait "Selon des chercheurs lyonnais et parisiens le fromage serait l'ingrédient qui les gens détestent le plus. Une aversion qui utiliserait le même circuit que celui de la récompense dans le cerveau indique leur étude". Le circuit de la récompense pourrait donc être aussi celui du dégoût.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut