@WilliamPham

Sécurité, Guillotière, mobilité... ce qu'il faut attendre du conseil municipal de Lyon du 7 juillet

Plusieurs sujets importants sont sur la table lors du conseil municipal de Lyon ce jeudi 7 juillet. Vidéo-verbalisation, sécurité, ou création d'une SPL mobilités, l'hémicycle promet d'être animé pour ce dernier conseil municipal avant l'été. Tour d'horizon.

Les 73 conseillers municipaux des 9 arrondissements de Lyon s'apprêtent à vivre une nouvelle journée de conseil municipal, juste avant l'été, ce jeudi 7 juillet. Plusieurs sujets sont sur la table et seront délibérés tout au long de la journée. En conférence de presse de pré-conseil, le maire de Lyon Grégory Doucet et un adjoint ont mis l'accent sur les questions de sécurité et de vidéo-verbalisation.

Par ailleurs, David Kimelfeld fait son retour dans l'hémicycle après la décision de Sylvie Palomino de démissionner de ses mandats politiques pour "raisons personnelles et professionnelles". À 4 ans des prochaines élections locales, l’élu veut "peser sur les débats" et proposer une alternative. 24 heures avant le début du conseil municipal, Lyon Capitale a pris la température de l'ancien maire du 4e arrondissement, désormais membre de l'opposition. Une interview à retrouver ICI.

Lire aussi : David Kimelfeld de retour au conseil municipal de Lyon pour "proposer une alternative"

Autre fait marquant de ce jeudi 7 juillet : le retour du port du masque demandé dans l'hémicycle, au moment où le nombre de cas de covid-19 a été multiplié par cinq en quatre semaines.

La sécurité, enjeu du conseil municipal

Les écologistes passent la vitesse supérieure en termes de vidéo-verbalisation. Expérimenté sur certains quartiers de la ville depuis 2019, et initié par la précédente majorité, le dispositif va être largement élargi. Une délibération devrait être votée en conseil municipal : elle vise à étendre la démarche de vidéo-verbalisation sur l'ensemble des voies couvertes par les caméras de la vidéo-surveillance de la ville de Lyon jusqu'au 31 décembre 2026.

L'expérimentation menée semble être une réussite. La Ville de Lyon explique que depuis le début de l'expérimentation menée il y a presque 3 ans sur plusieurs secteurs de la cité rhodanienne, plus de 15 000 verbalisations ont été effectuées. 6865 procès-verbaux ont été dressés pour des infractions à la conduite des véhicules ne respectant pas la fermeture à la circulation de certaines rues et 8725 contraventions ont été relevées pour des infractions au stationnement.

Cette délibération devrait être largement adoptée, les écologistes ayant une large majorité au conseil municipal de Lyon. Et la droite lyonnaise ne devrait pas s'opposer à une telle délibération.

En début de semaine, Lyon Capitale a consacré un long article sur cette délibération qui sera sur la table ce jeudi 7 juillet en conseil municipal. À lire ICI.

Lire aussi : À Lyon, les écologistes vont élargir la vidéo-verbalisation sur l'ensemble de la ville

La place Gabriel Péri, bientôt transformée ?

Elle est connue partout dans Lyon. La place Gabriel Péri, hypercentre multiculturel entre Rhône et Saône, devrait également être évoquée ce jeudi. Jean-Luc Girault, 20e adjoint chargé de l'action citoyenne et politique de la ville doit rapporter un texte sur le futur du secteur.

Dans l'ordre du jour du conseil municipal, la Ville de Lyon explique vouloir voter une "attribution de subventions de fonctionnement à des associations dans le cadre du projet de transformation de la place Gabriel Péri pour un montant total de 127 044 euros".

La création d'une SPL mobilités crée des remous

La création d'une nouvelle structure - la SPL mobilités - pour intervenir dans les domaines du stationnement, de la mobilité, des transports, de la voirie et de l'espace public devrait être votée en conseil municipal. Elle doit notamment reprendre la gestion des parcs relais du Sytral, le stationnement payant dans les rues à Lyon, la gestion, l'exploitation et la maintenance de 15 parcs métropolitains de stationnement ou encore la gestion, l'exploitation et la maintenance des parkings relais de gares TER et d'aires de covoiturage. Mais aussi le déploiement à large échelle d’un dispositif d’autopartage en stations en lien avec l’amplification de la ZFE (Zone à faibles émissions).

Pour la Ville de Lyon, il s'agira notamment de recourir à la SPL Mobilités "dès juin 2023", dixit la délibération proposée au vote des élus, "pour les activités d'exploitation du stationnement payant sur voirie (collecte, régie de recettes, maintenance des horodateurs, accueil du public)".

Le vote de la délibération devrait être animé avec une opposition, de droite comme du centre, vent debout contre la méthode. Il faudra également surveiller la position du groupe de la majorité de l'adjointe à la culture, Nathalie Perrin-Gilbert, Lyon en commun. Mais les écologistes ayant, aussi, une large majorité à la Ville, la délibération devrait être entérinée sans surprise.

Lire aussiCréation de la SPL mobilités : remous à la Métropole, au Sytral, et bientôt à la Ville ?

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut