Cour d’assises de Lyon lors du procès Axelle Dorier. Photo : Nathan Chaize

Procès Axelle Dorier : "Skinhead", manœuvres de l'accusé… Ce qu'il faut retenir avant le troisième jour d'audience

Retour sur la deuxième journée d'audience dans le procès de l'affaire Axelle Dorier à Lyon.

A quelques heures du début de la troisième journée d'audience dans le procès de l'affaire Axelle Dorier, Lyon Capitale fait le point sur les éléments à retenir de la première journée.

  • "Etes-vous un Skinhead ?"

Cette deuxième journée d'audience a permis d'éclairer le contexte qui entoure la mort d'Axelle Dorier. Au cœur des témoignages, le petit ami d'Axelle Dorier. Ancien militaire, c'est lui et ses amis, dont le propriétaire du chien renversé, qui dégradent la Twingo dans laquelle se trouvait quatre filles. Selon les frères d'Axelle, c'est également ce dit petit ami qui extrait la conductrice du véhicule, avant que le propriétaire du chien ne lui assène un coup de poing.

Selon plusieurs témoignages, c'est également lui qui est allé en premier à la rencontre de Youcef Tebbal et son cousin dans leur Golf. Son profil questionne la défense. Tatoué et ancien militaire, l'éventualité d'une agression raciste de sa part n'a pas encore été évoquée, mais elle pourrait l'être. L'avocat général a lui directement demandé : "Etes-vous un Skinhead." "Non", a-t-il répondu.

  • Le rapport d'accidentologie fait la lumière sur les circonstance du décès

L'expert en accidentologie était très attendu pour éclairer les circonstances du drame. A la lumière des documents présentés, la thèse selon laquelle Youcef Tebbal n'aurait pas réalisé qu'il avait emporté le corps d'Axelle Dorier semble s'éloigner.

A l'aide de reconstitutions et de visualisations 3D, l'expert a d'abord montré que lorsqu'Axelle Dorier a posé son pied sur la Golf, cette dernière était bien à l'arrêt. Elle ne s'est donc pas interposée sur le chemin de fuite des accusés. Il a également ajouté qu'il était hautement improbable que Youcef n'ait pas vu Axelle devant son véhicule.

Dans un second temps, il a reconstitué le parcours effectué par l'accusé. Selon les traces de sang photographiées au sol par les policiers, l'accusé a effectué une première marche arrière, avant de continuer son chemin, puis une nouvelle manœuvre de stationnement, avant, là aussi, de poursuivre sa route.

Selon l'expert, Youcef Tebbal et Mohamed Yelloule aurait pu voir, lors de ces deux manœuvres, du sang devant le véhicule. Les deux avocats de la défense ont formellement réfuté, arguant que la reconstitution effectuée il y a plusieurs mois n'avait pas permise de valider cette thèse.

Le programme du troisième jour de procès
Ce jeudi, le co-accusé, Mohamed-Amine Yelloule et l'accusé, Youcef Tebbal, subiront un interrogatoire. Des experts psychologues et psychiatres viendront ensuite à la barre pour apporter leur regard sur le profil des accusés. En fin de journée, les parties civiles seront entendues.

  • Les témoignages des frères d'Axelle assomment la salle d'audience

Appelés à témoigner à la barre en tant que parties civiles, les frères d'Axelle Dorier ont livré un récit poignant. Quelques secondes après que sa sœur ait été renversée, Evan raconte dans un débit lent : "J'ai sprinté, j'ai vu au sol du sang, des cheveux et un morceau de robe."

Théo a raconté son "après". Une vie chamboulée : "J'ai eu 40 points de suture au mollet", a détaillé le jeune homme qui trouvait dans cette automutilation le moyen "d'exprimer une colère".

Nos articles sur l'affaire :

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut