confluence

Nouveau programme à Confluence : vers la fin des fantaisies ?

confluence ()

Hikari se dressera en 2014 à l'intersection de la place nautique et du cours Charlemagne. Pour réaliser cet ilot P, c'est l'équipe Kengo Kuma/CRB architectes/Bouygues qui a été choisie. Le programme se distingue par sa sobriété énergétique. Mais aussi une certaine sobriété esthétique. Explications.

C'est déjà le chouchou des élus. Oubliées l'Hôtel de Région, les constructions legos qui surplombent la darse et les audaces du quai Rambaud. A l'intersection de la place nautique et du cours Charlemagne, l'ilot P (12'500m2) "sera un des bâtiments de France les plus regardés pour son engagement énergétique", prévoit déjà Gérard Collomb. Le chantier va démarrer début 2013 pour une livraison mi 2014.

Trois bâtiments, une mixité d'activités

C'est finalement l'équipe Kengo Kuma/CRB architectes/Bouygues qui a emporté le concours, coiffant notamment Shigeru Ban/Icade. Son projet Hikari, - "lumière" en japonais - a séduit le jury. L'ensemble respecte, selon le fameux architecte japonais, 'l'enveloppe" tout en opérant des cassures pour "apprivoiser" le soleil.

La façade ondulée qui apparait sous un camaïeu de gris est habillée de pierres (bleue de Savoie) et de bois - le peuplier. Le socle est composé de grands éléments vitrés, offrant au piéton une vue sur les commerces, les entrées de bureaux et le jardin intérieur. Kengo Kuma accorde dans ses réalisations une grande place à la nature. Il a par exemple exécuté le siège social de LVMH au Japon et le fonds régional d'art contemporain de Marseille. Ici, trois bâtiments contigus émergent, l'un dédié aux 42 logements (compter près de 5000 euros le m2), l'autre aux bureaux, le dernier offrant une mixité de fonctions, avec des professionnels aux premiers étages et des "villas suspendues" en haut. Avis aux intéressés : le bâtiment de bureaux pourrait abriter un siège social, réservé à un seul groupe.

confluence ()

"Chaque bâtiment parle à un autre bâtiment"

Plus que son esthétique, c'est sa sobriété énergétique qui est mise en avant. Pour atteindre l'objectif d'énergie positive, ce programme associe la géothermie, des panneaux photovoltaïques (en toiture et sous les balcons) et une centrale de cogénération à l'huile de colza. Au final, la consommation énergétique (environ 42 kwatt/h/m2/an) devrait être de 50 à 60 % de moins que la règlementation thermique de 2005. Et encore inférieure à la norme BBC (50 kwatt/h/m2/an).

Pour réussir ce qui est présenté comme une prouesse, la Ville a eu recours à NEDO, une agence paragouvernementale japonaise responsable du soutien à l'innovation et à la R&D dans les énergies nouvelles. Ils ont ici planché sur un réseau énergétique (smart-grid) qui couvre l'ensemble. "Chaque bâtiment parle à un autre bâtiment", échangeant sur leurs productions et leurs besoins respectifs, résume le constructeur Bouygues. "Par exemple, lors d'un dimanche ensoleillé, le bâtiment de bureau, vide, enverra l'énergie vers les habitations". Ces prouesses n'engagent un surcoût que de 15% environ.

La fin des gestes architecturaux ?

"On rejoint ce qu'il y a de plus performant au niveau mondial", souligne Gilles Buna, adjoint à l'urbanisme. Félicitant ce travail, l'élu critique en creux la phase précédente. A l'instar des programmes qui voient le jour en Suisse, il appelle à "penser l'architecture de façon plus rigoureuse et moins fantaisiste". Evoquant les bâtiments qui dominent la darse, il estime que "leurs formes torturées peuvent causer des déperditions énergétiques". Les architectes sont prévenus : l'heure des gestes artistiques et des appendices improbables est peut être révolue.

confluence ()

Adjoint à l'urbanisme à la mairie du 2e arrondissement, Bruno de Carbonnières lui s'en prend au massif siège de la région, louant "l'élégance", "le mouvement" de l'ilot P qui contraste avec "la rigidité de l'Hôtel de Région". Jean-Jack Queyranne appréciera.

L'an prochain, plusieurs concours seront lancés pour la 2e phase du Confluent, sur 450.000 m2, a annoncé Gérard Collomb.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut