82 000 résidents du 7e arrondissement vont recevoir un seau de 7 litres et des sacs en kraft afin de pouvoir utiliser ces bornes, dont la mise en place a coûté 500 000 euros. Le budget annuel de fonctionnement est de 350 000 euros dans le 7e © Merlet
Article payant

Métropole de Lyon : les bornes à compost arrivent dans les rues

La majorité écologiste de la Métropole de Lyon soutient le développement d’un réseau de bornes à compost. Comment cette poubelle d’un nouveau type pourrait-elle s’installer durablement dans la métropole ? Les Lyonnais sont-ils prêts ?

Certains auront des sueurs froides au moment de trier leurs déchets. Après les poubelles grises, jaunes et les silos à verre, un quatrième bac pourrait apparaître dans les rues de la métropole lyonnaise : les bornes à compost. 30 % du contenu des poubelles grises sont des déchets alimentaires. Autant d’ordures qui devront bientôt aller au compost si les Verts parviennent au bout de leur projet. Autrement dit : peaux de fruits, légumes, restes de repas, coquilles… pourraient éviter l’incinérateur. Aujourd’hui, 20 % des déchets incinérés sont des déchets alimentaires à Lyon, soit deux fois et demie le volume de la Part-Dieu, selon les chiffres de la Métropole. Problème : l’incinération génère beaucoup de pollution à cause des fumées. Un défi qui inquiète toutes les sensibilités politiques à l’heure des alarmes sur le réchauffement climatique.

Le compostage afin de limiter l’incinération

La solution miracle pour la majorité écologiste de la Métropole de Lyon ? Les bornes à compost. Concrètement, ce sont des bacs en fer permettant de récupérer les déchets alimentaires, de les faire maturer en dehors des villes, puis d’utiliser ce compost pour les agriculteurs de l’agglomération. Une expérimentation a lieu, depuis le mois de septembre, dans le 7e arrondissement de Lyon tenu par Fanny Dubot, élue sous la bannière des écologistes. Un succès selon les services de la Métropole : “Nous avons installé 150 bornes à ce jour, soit 1 pour 550 habitants”, explique Isabelle Petiot, la vice-présidente de la Métropole en charge du traitement des déchets et de la propreté.
À l’échelle de la métropole, 600 sites de compostage partagé existent déjà, permettant de détourner… seulement 2 % des déchets alimentaires de l’incinérateur.

Il vous reste 76 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut