La commune de Saint-Fons @villedeSaint-Fons

Métropole de Lyon - Horizon 2021 : tout ce qu'il faut savoir sur les défis et la transformation de Saint-Fons

"Saint-Fons souffre de son image, de son environnement, de son enclavement", souffle le maire de la commune, Christian Duchêne. Après Rillieux, Villeurbanne, Décines, Vaulx-en-Velin ou encore Oullins, LyonCapitale.fr s'arrête à Saint-Fons, commune limitrophe de Lyon. Les défis sont immenses à Saint-Fons. Décryptage.

Après Rillieux-la-Pape (lire ici), Vaulx-en-Velin (lire ici), Caluire-et-Cuire (lire ici), Meyzieu (lire ici), Oullins (lire ici), Villeurbanne (lire ici), Décines-Charpieu (lire ici), Ecully (lire ici) et Sainte-Foy-lès-Lyon (lire ici), place à Saint-Fons.

Saint-Fons, 19 000 habitants, souffre d'une image écornée au sud-est de la Métropole de Lyon. A la fois si proche, et si loin, de la ville-centre. Une ville souvent oubliée, qui s'est beaucoup paupérisée.

Quels sont les projets et les défis de demain à Saint-Fons ? Quid de la transformation de la commune ? Eléments de réponse avec le maire divers-gauche de Saint-Fons depuis 2020, Christian Duchêne, ancien directeur d'une école de la commune.

LyonCapitale.fr : Saint-Fons souffre aujourd'hui d'une image écornée. Les défis sont immenses. Que faut-il faire ?

CHRISTIAN DUCHÊNE : Je vais être cash : Saint-Fons doit se transformer. Ce n'est pas une ville qui va changer, c'est une ville qui doit changer. On est dans l’obligation. Saint-Fons, socialement et économiquement, a des difficultés, avec une population très fragile. Saint-Fons s’est beaucoup paupérisée, est un peu oubliée. Il faut faire changer Saint-Fons. Saint-Fons souffre de son image, de son environnement, de son enclavement. La ville a une place très importante dans la Métropole de Lyon, elle a sa place, en particulier d’un point de vue économique avec la Vallée de la Chimie. On doit vraiment exister dans la Métropole.

Le début du désenclavement va-t-il s'opérer avec l'arrivée du tram, le T10, attendu pour 2025-2026 ?

On est la dernière commune de la première couronne à obtenir un transport lourd. Toutes les autres ont ou un métro ou un tram. On avait rien jusqu’à présent. Ce tram, c'est une chance extraordinaire pour nous. Cette ligne va arriver à la fin du mandat (2025-2016), les travaux vont commencer en 2023. On sera à 10 minutes de Gerland, du métro, et on a obtenu que la ligne T10 aille jusqu’à la Halle Tony Garnier. Notre population a besoin d’aller très rapidement sur Lyon. Je parie, et ça toujours été le cas dans la construction des tramways, que ça va aider à transformer la ville. Ce tram va traverser Saint-Fons sur l’axe est-ouest, de Gerland à Vénissieux. Il na vous faire disparaitre des voies de circulation automobile. Sur cette zone-là, on aura ou une seule voie de voiture, ou plus de voie du tout. En revanche, on aura le tram, des pistes cyclables, de grands trottoirs. Ca va continuer à apaiser la ville. Quand je vous dis qu’il faut transformer la ville, c’est aussi de ce point de vue-là.

Plusieurs tracés sont encore à l'étude pour cette ligne T10 entre Vénissieux et Gerland ? Où va passer le tram à Saint-Fons ?

Dans Saint-Fons, il y a deux possibilités de trajets. Pour traverser notre zone industrielle, le tracé le plus court passerait à côté d’un stockage de produits dangereux. On suppose que le Préfet ne donnera pas l’autorisation dans le cadre du PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques) pour que le tram passe aussi près. Je comprends tout à fait, la sécurité des usagers doit être la priorité. On est en train de voir si la protection peut être suffisante pour avoir l’autorisation. Si tel n’est pas le cas, on a un petit crochet qui nous rapprocherait un peu du port Edouard-Herriot et qui rajoute une minute du trajet pour rejoindre Gerland.

Christian Duchêne, le maire de Saint-Fons @VilledeSaint-Fons

Qui dit arrivée du tram dit aussi de gros travaux pendant plusieurs années, des engorgements de la circulation. Il faudra aussi que les Saint-Foniards prennent leur mal en patience pendant un moment ?

C'est un très gros sujet en effet. Pendant deux ans, il faut qu’on travaille sur une étude de la circulation automobile et du stationnement, qui sont sur notre petite superficie - Saint-Fons est un petit territoire -  un vrai problème. Saint-Fons est traversé par des gens qui n’habitent pas Saint-Fons mais qui veulent rejoindre le périph, l’A7, le boulevard urbain sud. Pour ne pas se "taper" les bouchons sur l’autoroute, on passe par Saint-Fons. On a un gros travail à faire pour anticiper au mieux cette arrivée du tram.

Non seulement on a l’arrivée du tram qui va engendrer des travaux, à partir de 2023, mais on a aussi un quartier en pleine RU (rénovation urbaine), Carnot-Parmentier. Ce quartier se trouve sur la ligne future de tram et il va aussi entraîner de travaux conséquents. On a déjà débuté les démolitions. On en a d’autres à faire, et on a de la construction à faire, en particulier la construction d’une école. Si possible avant la fin du mandat. On déplace une école. Saint-Fons va être très impacté par les travaux. Un projet comme ça, avec une énorme transformation urbaine, c’est un projet qui doit porté par les habitants. Pour être supporté, il faut qu’il soit porté.

On va avoir tout un travail à faire, pour communiquer, pour que les Saint-Foniards portent ce projet, soient vraiment adhérents et se disent « ce sont deux années intensives, qui vont nous pourrir la vie, mais on va dans le bon sens. Supportons ces désagréments".

Il faut aussi revoir le plan de circulation. On veut éviter que tous ces véhicules qui passent actuellement d’est en ouest, par la rue Carnot - elle sera réservée au tram dans 6 ans - on ne veut pas qu’ils aillent encombrer nos petites rues secondaires. On est une ville avec un centre très dense, des rues étroites, des trottoirs minuscules, des problèmes de stationnement, il faut vraiment que tout soit traité en amont de l'arrivée du tram.

Il y a moins d'un an, vous étiez encore le directeur d'une école de la commune. Depuis juin 2020, vous êtes maire. Qu'est-ce que l'ancien directeur d'école compte faire dans le domaine éducatif à Saint-Fons ?

On met en place un plan école. La première chose, c’est la question du rythme scolaire. Nous sommes l’une des dernières communes de la Métropole à travailler 4 jours et demi, à avoir école le mercredi matin. Des parents se sont manifestés pour qu’on passe à 4 jours. Nous allons faire une consultation auprès des familles en 2021. Je veux que ça soit un exercice démocratique parfait, que tout le monde puisse s’exprimer, les parents, les enseignants, les animateurs périscolaires, la ville. On a aussi un conseil municipal des enfants, renouvelé en décembre 2020, je veux que les enfants se questionnent. Et en novembre-décembre 2021, les parents voteront. Pour une application en septembre 2022 si changement.

Nous avons passé le budget « rénovation des écoles » de 50 000 euros/an à 250 000 euros/ an. Sur mon mandat, ça sera comme ça. On multiplie par 5. On est en situation très tendue à Saint-Fons(sur l’accueil des élèves). Dans le projet urbain Carnot-Parmentier, on a une école qui s’appelle Parmentier, un groupe scolaire en deux écoles, une maternelle et une élémentaire. Dans le projet, l’école va déménager. Là où elle est actuellement, il y aura de la construction. Il faut qu’on reconstruise une école de l’autre côté de la rue. Actuellement, il y a 600 élèves. Et aura sans doute pas la place pour faire une école capable d’accueillir 600 élèves. On va sans doute avoir la nécessité de construire une nouvelle école. Pas dans le même quartier, car on n’aura pas la place.

On a une augmentation de population énorme, +10 % et peut-être même plus en 7-8 ans (17 600 habitants en 2013, 19 300 en 2018). Ca veut dire des élèves en plus. Une école s’est construite sous le mandat précédent, en préfabriqué. Les écoles en "préfa", ça ne plaît pas à tout le monde. Elle est déjà "blindée". Et on aura sans doute besoin sur le mandat (d'ici 2026), et si ça n’est pas sur le mandat, ça sera au début du mandat suivant, de construire une autre école, on devra toucher sur les périmètres scolaires pour avoir une répartition équilibrée.

Quid du collège de Saint-Fons, va-t-il être rénové prochainement ?

Oui. Nous avons un collège à Saint-Fons, un seul, le collège Alain. Il est aux Clochettes. Ce collège ne va pas très bien, il n’est pas très attractif. Mais il va être rénové pendant trois ans. Et dans la PPI de la Métropole, un nouveau collège est prévu à la limite Saint-Fons – Vénissieux, il sera sur Vénissieux, mais il va accueillir des enfants de Saint-Fons. Ce qui permettra de désengorger un peu notre collège. A horizon 2023-2024.

On a un taux de décrochage scolaire important. On va développer une politique jeunesse orientée sur l’insertion, la formation, l’anti-décrochage scolaire. On a un gros travail en politique jeunesse à faire.

Le nouveau gymnase, livré à l'automne 2022 @VilledeSaint-Fons

Le quartier en rénovation urbaine de Carnot-Parmentier, quelles sont les échéances ?

On en a pour 7-8 ans. On aimerait que l’école soit construite d’ici 2026. Dans le projet Carnot-Parmentier, il y a des constructions individuelles, de l'accession privée, un peu de logement social, mais très peu. Le principe du projet en RU, c’est de diminuer le nombre de logements sociaux. Des pôles de constructions sont prévus. On veut que les gens soient attirés pour venir habiter à Saint-Fons.

344 logements vont être démolis, il y aura 420 logements neufs répartis en accession sociale, accession privée et location/accession pour les salariés du secteur privé plus un un projet d’habitat coopératif (environ 30-35 logements). 360 arbres seront plantés, il y aura 52 000m² de surfaces d’espaces publics réaménagés.

La livraison du futur gymnase à l’entrée de ville est aussi prévue pour l'automne 2022.

Vous voulez attirer de nouveaux habitants à Saint-Fons ?

Dans les projets en rénovation urbaine, on diminue le pourcentage de logements sociaux. Ce qui est le cas depuis plusieurs années sur Saint-Fons, ça diminue tout doucement. Les logements sociaux sont construits ailleurs, dans d’autres communes. La Métropole de Lyon est très attentive à cet équilibre territorial. Nous, à Saint-Fons, on a été très gâtés en logement sociaux. On a deux projets de rénovation urbaine, un dans le centre et un aux Clochettes. On a vraiment besoin de faire baisser ce taux de logements sociaux. L’idée, c’est de devenir une ville avec une mixité sociale améliorée.

Il faut vraiment qu’on travaille sur l’image de Saint-Fons, qui a une image détériorée. Il faut aussi transformer aussi la ville dans ce domaine-là. Il faut travailler dans tous les domaines, tous les registres, tirer sur tous les leviers possibles. Pour améliorer l’image. On parle d’insécurité à Saint-Fons. En terme de police municipale, on est les champions du monde. On a un policier municipal pour 700 habitants, une trentaine. On a aussi 46 caméras, un centre de supervision urbain. On a aussi décidé de mettre en place la vidéo-verbalisation. Au printemps 2021. Avec 12 infractions en tout qui sont pénalisables. Les habitants de Saint-Fons, ils sont comme ailleurs, ils veulent être tranquilles. C’est simple. Ils veulent se balader avec les gamins sans que les voitures aillent trop vite. Dans une ville très dense, très concentrée, ça prend vite de grosses proportions. Le cadre, il y est. Après, on fera de la pédagogie. On ne va pas faire de la politique à coups de menton. Mais pour qu’il y ait de la pédagogie, il faut que le cadre existe. En associant les habitants. On a mis en place un comité d’éthique pour la vidéo-surveillance, où sur 9 personnes présentes, il y a 3 élus et 6 habitants de la ville.

La ville de Saint-Fons @VilledeSaint-Fons

Vaulx-en-Velin a décidé de miser sur la justice de proximité, avec une réponse rapide pour lutter contre l’intranquillité publique et la petite délinquance du quotidien. Allez-vous aussi mettre en place cette stratégie, en lien avec le Parquet ?

C’est quelque chose qui nous intéresse énormément. On présente cela comme une expérimentation. Nous, on était pas sur la ligne de départ. Ce sont des communes un peu plus importantes que nous. On va travailler là-dessus. On est pour que les actions se fassent le plus rapidement possible. L’idée, c’est d’agir le plus rapidement possible. Pour l’expérimentation, on est prêt. Dès qu’ils ouvrent les portes, on ira. On comprend très bien que l’expérimentation débute sur des villes plus importantes comme Vaulx-en-Velin ou Villeurbanne.

Quid du centre-ville ? Comment le rendre plus attractif ?

Cela rentre dans le projet de transformer et d’apaiser la ville. Là où va passer le tram, on aura des pistes cyclables, et les rues Charles Plasse et Carnot, traversées par le tram, seront refaites de façade à façade. Cela va complètement changer l’image de la ville sur cet axe principal.

Le quartier Carnot-Parmentier va aboutir à un écoquartier. On a de l’ambition avec cet écoquartier de travailler sur le respect de l’environnement. A partir de ce quartier et jusqu’à notre place centrale, la place Durel, la place du marché, on va construire un ensemble piéton et arboré. On est bien accompagné par la Métropole de Lyon. On a les mêmes ambitions. On va accompagner la transformation de la ville, qui va passer d’une ville très minérale à une ville un peu plus protégée.

C'est important aussi de rappeler que l'écologie, ce n'est pas seulement dans le centre de Lyon, mais aussi dans les communes "populaires" ?

Les élus actuels de la majorité de la Métropole de Lyon m’ont soutenu pendant la campagne électorale de 2020. Je les ai soutenus. Les écologistes, ils ont des principes politiques qui fonctionnent.  Mais pour qu’ils soient vraiment crédibles, il faut que ça fonctionne aussi de l’autre côté du "périph", dans les villes un peu plus compliquées, un peu plus difficiles, là où on a pas envie de parler écologie. Ils faut qu’ils montrent que la politique fonctionne aussi là-bas. C’est mon enjeu en tant que maire. Ils en sont tous très conscients. Il faut aussi que ça marche pour des habitants qui sont en difficulté.

Nous les habitants de Saint-Fons, quand ils nous interpellent, c’est pour nous dire, notre ville est sale. Pour la propreté, le tri, tout est lié. Le tri sélectif, limiter les déchets, travailler sur le compostage, ce sont de beaux projets. Il faut développer ça chez nous, venir faire de l’animation chez nous et il faut en même temps dire que c’est écologique de ne pas balancer les papiers par la fenêtre. C’est là où on peut attirer tous les habitants, qu’ils soient riches ou pas riches.

C’est de la vraie politique au service du public. Je ne veux pas faire de la politique pour ceux qui m’ont élu. Un quart des électeurs se sont déplacés (taux de participation au 2e tour de 25,87 %) et j’ai fait un peu plus de 50 % (51,67 % lors d'une triangulaire). Je ne fais pas le malin. Si je suis là, c’est pour tout le monde. Même pour ceux qui s’en foutent de la politique publique.

Où est en le développement du maillage vélo à Saint-Fons ?

Ce qu’on a obtenu, c’est que le REV (réseau express vélo) traverse Saint-Fons du sud au nord. Tout au long, jusqu’à l’échangeur et le périph, il n’y aura aucun problème, on aura des pistes cyclables protégées. Pour traverser cet échangeur, pour l’instant, il n’y a pas de solution. C’est à l’étude. Mais juste de l’autre côté, ça redémarre, piste sécurisée. Le long du Rhône, il y a des pistes cyclables qui viennent jusqu'à Saint-Fons. On pourra aussi passer sous le périphérique là où passera le tram. J’ai même demandé à ce qu’on ait la piste cyclable avant que le tram arrive, pour l’instant c’est un peu un "no man’s land". Il faut aménager.

Du côté des usines, à la vallée de la Chimie, il y aura aussi un développement des pistes cyclables. On a des centaines de chercheurs, de travailleurs, qui viennent tous les jours dans nos entreprises, beaucoup veulent venir à vélo.

@VilledeSaint-Fons

La Vallée de la Chimie, justement, c'est l'un des marqueurs de Saint-Fons. Solvay devait doubler la taille de son centre de recherche, finalement ça ne s'est pas fait. Vous attendez désormais avec impatience l'arrivée de Symbio ?

Oui, on a rêvé. Solvay devait rassembler tous ses chercheurs de France sur Saint-Fons (et passer de 500 à 1000 personnes sur site). Malheureusement, ça ne s’est pas fait. Symbio, c’est une filiale de Michelin, elle se lance dans la production de piles à hydrogène. C’est complètement novateur. Ils sont dans la course internationale, en concurrence avec des entreprises chinoises et américaines. Leur intérêt, c’est de s’installer très vite pour produire le plus vite possible. C'est très intéressant pour Saint-Fons, on nous promet 500 emplois sur le site. Des emplois de tous niveaux de formation. Ca peut permettre à des Saint-Foniards de venir travailler dans notre vallée de la Chimie. C’est prévu pour 2023.

Ce qui est incroyable, c’est que nous avons des entreprises très performantes sur Saint-Fons, à l’innovation technologique de pointe, qui n’embauchent pas de Saint-Foniards. Car nos Saint-Foniards, ils ne savent même pas ce que font nos usines. On vit dans deux mondes différents. Saint-Fons est né, a grandi, a prospéré - quand j’étais gone Saint-Fons était une ville d’ouvriers mais une ville prospère, grâce aux usines -. Aujourd’hui, Saint-Fons est coupé en deux.

Solvay a changé d’avis, vous n’avez pas peur aussi que Symbio n'aille pas au bout de sa démarche ?

J’espère que ça va aller jusqu’au bout. On a été échaudé avec le projet Solvay, on a toujours cette épée de Damoclès de voir Symbio dire « on laisse tomber ». S’ils laissent tomber, ils laissent tomber la pile à hydrogène, ils laissent tout tomber. Ce n’est pas pour aller ailleurs. C’est qu’ils auront pris trop de retard et qu’ils ne se sentiront plus concurrentiels.

Les usines, c'est une vraie fierté pour la commune ?

Oui, et Symbio, qui est dans une course technologique hyper novatrice, vient s'installer à Saint-Fons. Je trouve ça magnifique.

Après, on doit aussi travailler sur cette vallée de la Chimie. Quand on passe le long de l’autoroute à Saint-Fons, on voit nos usines, et ça donne une mauvaise image de Saint-Fons. On a l’impression d’être à côté d’entreprises du début du XXe siècle. Je dis aux entreprises, c’est l’intérêt de tout le monde de changer d’image, faites-nous quelque chose d’esthétique. L’arrivée de Symbio, ça va être une très belle bâtisse, ça va donner du cachet. On pourra passer à côté sans avoir l’impression d’être dans la France de 1960. On a des usines hyper performantes qui donnent une mauvaise image de la commune et d’elles-mêmes. La-aussi, on a besoin de bosser là-dessus.

@VilledeSaint-Fons

Avec l'arrivée du tram, les biens à Saint-Fons vont sans doute prendre de la valeur ?

Ça va sans doute être vrai. On est en train de lutter contre les promoteurs actuellement. Ils veulent tous acheter des vieilles maisons dans notre centre pour faire des immeubles. Les demandes ont beaucoup augmenté (avec l’annonce de l’arrivée du tram). Mais on ne peut pas toujours lutter, surtout quand les terrains ne sont pas à la collectivité. L’objectif c’est d’avoir un développement maîtrisé de l’urbanisme. Mais, c'est évident, l'arrivée du tram donne plus de valeur à la ville.

Et cela va redorer un peu l'image de la ville ?

La fameuse image de Saint-Fons, il faut que tout contribue à l'améliorer. Les projets de la ville ? On est sur le domaine du défi. Il ne faut pas lâcher le quotidien des gens, l’environnement immédiat. La rénovation urbaine, ça ne veut pas dire on prend les gens, on les mets ailleurs, et on se lave les mains. Ils sont là, on s’occupe des gens qui sont là. On a une population très fragilisée. Ce qui est compliqué à Saint-Fons, c’est qu’on n’a pas de familles qui s’installent. On a un gros turnover. C’est pour ça que nos écoles sont toujours remplies. Les familles ne vieillissent pas à Saint-Fons, on a beaucoup de familles qui sont là temporairement.

Pourquoi les gens ne restent pas à Saint-Fons ?

Je veux faire de Saint-Fons une ville pour les familles. Quand je parle de faire des chemins piétons, c’est pour les familles. Pour les mamans avec les poussettes. On reçoit des familles qui ne sont pas des familles stabilisées, il n’y a pas de raisons qu’elles soient plus stables à Saint-Fons qu’ailleurs. On a une frange de la population qui ne reste pas. Je le répète mais Saint-Fons souffre de son image, de son environnement, de son enclavement. On a des commerces pas assez diversifiés mais nombreux. Il y a de la vie. Mais on n’a pas une vie où les familles s’installent vraiment. Il faut développer les espaces. Développer les parcs. Lutter contre les îlots de chaleur. Il faut que les gens puissent vivre sereinement, d’une manière apaisée. On a des projets à moyen et long terme mais il ne faut pas oublier la population actuelle. On a passé du temps à savoir comment soutenir notre population pendant la crise. Il faut qu’on soit présent sur tous les plans.

 

Prochain rendez-vous : Saint-Genis-Laval

 

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Rillieux-la-Pape

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Vaulx-en-Velin

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Caluire-et-Cuire

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Meyzieu

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Oullins

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : tout ce qu’il faut savoir sur les nombreux projets à Villeurbanne

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : tout ce qui va changer à Décines-Charpieu

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Ecully

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : les projets et les défis de demain à Sainte-Foy-lès-Lyon

3 commentaires
  1. Ecologauchiste - ven 5 Mar 21 à 23 h 02

    Environnement et la qualité de vie devrait être les piliers d'un développement urbain. Si pour certains communes du grandLyon une politique verte est une réponse dans la tendance actuelle pour St fons c'est une évidence pour palier aux expositions à la pollution des voitures très nombreuses et les activités des entreprises de la vallée de la chimie !!
    Côté commerces, pas de diversité , on doit être la seule commune d'européens à avoir plus de 50 salons de coiffure/barbier pour une commune de 19000 habitant, heu.. c'est quoi le plan de développement des commerces dans le centre ville ?! Cela limite vachement l'offre aux habitants et aux familles sainfoniards..
    Mr le maire vous avez du travail !!

  2. Juan Paolo DELYON - sam 6 Mar 21 à 8 h 19

    Il n'est pas interdit d'écrire en respectant les règles de français ... même quand l'article évoque une commune de la périphérie et même si le maire, visiblement, prend un malin plaisir à "parler populaire" !
    Un article de presse, il me semble que l'on doit le relire avant de le publier ....

  3. Denis Ribeyre1 - dim 7 Mar 21 à 15 h 16

    A quand votre étude concernant Givors Grigny, les deux communes du sud lyonnais, doublement oubliées ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut