Vue sur les tours Incity, Oxygène et Part-Dieu De Lyon. @WilliamPham

Lyon : ruisseau, poules, hammam ou lac artificiel, les projets les plus insolites du budget participatif

Depuis le lancement du budget participatif en mars dernier, plus de 1 400 propositions ont déjà été déposées sur la plateforme digitale Oyé. Végétalisation, sécurité et projet urbanistique, les propositions foisonnent. Cependant, des idées parfois insolites émergent dans la tête des Lyonnais et Lyonnaises. Lyon Capitale vous propose un tour d'horizon - non-exhaustif - des propositions les plus loufoques.

Un peu plus de trois mois après son lancement le 14 mars dernier, la première édition du budget participatif a déjà récolté plus de 1 400 propositions citoyennes à Lyon. Calqué sur son voisin villeurbannais qui a déjà lancé sa deuxième édition à la fin du premier trimestre 2022, le budget participatif lyonnais, promesse de la campagne écologiste, rencontre un franc succès.

Lire aussi : Lyon : en quoi consiste le budget participatif voté lors du conseil municipal ? On vous explique tout

Pour cette première "saison", l'exécutif écologiste a décidé de confier une enveloppe de 12,5 millions d'euros aux citoyens pour proposer des projets qui seront sélectionnés du 7 novembre au 4 décembre.

Parmi les 1 427 propositions en accès libre sur la plateforme digitale Oyé, Lyon Capitale vous propose les 20 projets les plus insolites des Lyonnais et des Lyonnaises. Cependant, que les habitants se rassurent, toutes ces propositions ne seront pas validées lors des analyses techniques, juridiques et financières des dépôts de projets.

Arrondissement par arrondissement, retrouvez ci-dessous, des projets aussi improbables qu'innovants :

1er arrondissement : 605 850 €*

  • "Les poules des pentes" :

La proposition d'une certaine "Laure" peut prêter à sourire, mais elle n'en est pas moins sérieuse. Cette Lyonnaise souhaite mettre en place un poulailler dans les pentes, en haut de l’amphithéâtre des Trois Gaules". Entretenu par les riverains, le poulailler produirait alors des œufs pour "les fermiers citadins". Les Lyonnais savent pondre des idées.

  • Une visite virtuelle du mystérieux réseau souterrain des Arêtes de poisson :

Grand mystère lyonnais, les Arêtes de poisson des pentes de la Croix-Rousse alimentent tous les fantasmes des habitants. "Antonin" propose d'en faire une visite virtuelle "consacrée à ce réseau souterrain : état des lieux, état de la recherche à ce sujet, hypothèses ayant parfois pu être émises sur cet ouvrage souterrain qui défie l'entendement". Original.

  • Peindre le pont Morand :

"Cizeron" en a visiblement ras-le-bol du patrimoine lyonnais. "Qu'il est vilain ce pont..., alors qu'avec un peu d'imagination, une bonne peinture et des artistes motivés (Lyon n'en manque pas), il pourrait être sublime et être un symbole de la ville", détaille-t-il dans sa proposition.

Poules ©Unsplash

2e arrondissement : 622 180 €*

  • Création d'espace(s) canin(s) :

Les projets de végétalisation ne manquent pas. Les propositions d'espaces canins non plus. "CPA" propose même d'implanter un "WC canin". L'objectif : "éviter les crottes sur la voie publique qui ne sont pas souvent ramassées". Elle a clairement "du chien" cette proposition.

  • Refaire la place Bellecour :

C'est le grand leader des propositions du 2e arrondissement de Lyon. Des dizaines de Lyonnais souhaitent refaire la place Bellecour. Implanter des arbres, des bancs, un coin d'ombre, "un espace nature", ils sont une dizaine à avoir proposé leur solution pour voir la plus grande place piétonne d'Europe transformée. Des idées "vertes" qui peuvent mettre du baume au cœur de la mairie écologiste.

La place Bellecour à Lyon (2e) @WilliamPham

3e arrondissement : 2 063 992 €*

  • Une ferme urbaine sur les toits des Halles de Lyon :

Tout est dans le titre. "Johan M." souhaite mettre en place "des potagers urbains et des petits animaux (poules..) de la ferme" sur les toits des célèbres Halles de Lyon. "Une première pour la ville de Lyon", insiste ce Lyonnais. Avoir une basse-cour sur des toits, belle ironie.

  • Partir à la découverte des fruits comestibles dans nos rues :

Les amoureux de la nature les ont déjà repérés. "Plusieurs espèces d'arbres dont les fruits sont comestibles sont présentes dans la ville", explique "Fabien Noyé", à l'origine de la proposition. Il souhaite alors notamment "cartographier et réaliser un parcours pour les découvrir".

  • Retrouvons-nous :

"Jagnoux" a une vraie idée originale, observée nulle par ailleurs en se baladant sur la plateforme Oyé. "Créer des espaces de danse, des tables pour boire sans alcool , et de l'amitié bonne enfant... pas besoin d'antidépresseurs, des psychiatres, de cliniques... on se retrouve, enfin...". Un nouveau projet sur la table... sans alcool.

Roy'Halles de Lyon
Les Halles de Lyon

4e arrondissement : 725 294 €*

  • Hammam traditionnel :

Idée loufoque clairement inspirée d'outre-Méditerranée. "Un hammam traditionnel en non-mixité permettrait de créer de la mixité dans ces quartiers où les communautés sont parfois cloisonnées. Ces lieux renforcent la sororité", détaille "Al Desj".

  • Une brigade de nettoyage de quartier :

Une belle ville est aussi une ville propre. Le Lyonnais "Rfkp" en a bien conscience. "Pour garder notre cadre de vie propre et sensibiliser adultes et enfants à la pollution de rue et au recyclage, créons une brigade de ramassage composée de citoyens actifs et riverains de quartier".  Définitivement, c'est une idée à ne pas jeter à la poubelle.

5e arrondissement : 1 016 423 €*

  • Refaire de la tour métallique de Fourvière un monument touristique :

La petite tour Eiffel de Lyon devient un monument touristique. C'est en tout cas ce que propose "Juju" qui voudrait étudier la proposition de rachat de la tour à TDF. Ensuite, "il faudra sûrement qu'on finance une étude pour voir comment l'exploitation de l'antenne (qui reste nécessaire) peut être rendue compatible avec l'usage touristique". Pas sûr cependant qu'elle n'attire autant de visiteurs que sa grande sœur parisienne.

6e arrondissement : 1 065 161 €*

  • Panneau d'affichage de la qualité de l'air :
Grand enjeu ces derniers temps avec les vagues de chaleur consécutives, la qualité de l'air concerne tous les Lyonnais. "Alain" propose "d'informer les habitants et de les associer à ces problématiques environnementales, en installant un affichage grand public (sur un panneau dédié)".
  • Piscine intérieure au Parc de la Tête d'Or :

Le lac ne suffit plus. "Amélie Clémentine Berthelot" propose la création d'une piscine intérieure au parc de la Tête d'Or. Mais ce n'est pas tout : "idéalement un bassin extérieur pour les chaudes journées d'été". Histoire que la ville de Lyon plonge, une bonne fois pour toutes, dans le grand bain.

7e arrondissement : 1 645 860 €*

  • Création d'un lac artificiel

Cette proposition, encore un peu floue, mériterait peut-être d'autres études. "Création d'un lac artificiel à Lyon même. Avec baignade autorisée et surveillée l'été et coin ombragé. Au niveau de la localisation, éventuellement à proximité du parc de Gerland". Une proposition de "Eynard" encore un peu trop vague.

  • Un mégaphone aux dealers, toxicomanes et squatteurs

Elle relève plus du troll d'un habitant exaspéré que d'une réelle proposition. Plein d'ironie, "Double Dee", à l'origine de la publication, souhaite fournir des mégaphones "aux dealers, toxicomanes et squatteurs" de la place Mazagran. L'objectif : "permettre aux riverains [...] de mieux profiter des tapages quotidiens commis par les hommes présents sur cet espace public, une belle initiative du vivre-ensemble serait que la Ville de Lyon fournisse à chacun de ces individus en errance, un mégaphone".

  • Food-trucks sur la place Gabriel Péri

Particulièrement clivante, la place Gabriel Péri de Guillotière suscite souvent de nombreuses réactions. "Aïda Sané" propose "de diversifier l'offre de restauration de la place (beaucoup de kebabs actuellement), et de donner leur chance à de jeunes restaurateurs". Comment ? "Des food trucks originaux", propose l'intéressé. En espérant que la mayonnaise prenne.

Place Gabriel-Péri @WilliamPham

8e arrondissement :  1 723 045 €*

  • Cuisine ouverte à tous :

Encore de la nourriture. "Chatel" propose "d'aménager une salle de cuisine dans laquelle les personnes pourraient utiliser des appareils électro ménager". Du pain béni pour les étudiants.

  • Des sapins pour les fêtes de fin d'année :

L'idée semble nouvelle. "Gilles-Di Pierno" propose de "planter dans tous les quartiers de Lyon des sapins qui pourraient servir de support aux fêtes de fin d'année". On vous laisse avec le croquis.

Plateforme Oyé.

9e arrondissement : 1 032 196 €*

  • Des plantes grimpantes sur les city-stades :

Pas sûr que la municipalité écologiste l'ait vu venir celle-ci. Justine Swordie-Borie, propose de faire grimper du "lierre, chèvrefeuille, vigne vierge" sur les grilles des city stades. L'objectif : "proposer un peu d'ombre et de fraîcheur aux joueurs, et une végétation nourricière pour les insectes et oiseaux".

  • Réouverture à l'air libre d'un ruisseau :

Un ruisseau qui sort de terre en plein du centre du 9e arrondissement de Lyon ? C'est l'idée un peu folle de "Philippe Namour". Elle n'en est pas moins sérieuse. "Le projet vise à retrouver notre patrimoine hydro-écologique en ouvrant à l'air libre le Littré et ainsi à restaurer un point de biodiversité, de fraîcheur et de repos en plein centre de Vaise en reconnectant le Parc Montel avec la Cressonnière, source du Littré et hot-spot de biodiversité aquatique et terrestre", explique cet habitant lyonnais qui précise qu'au début du siècle, le ruisseau était à l'air libre. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts.

*Chaque montant est calculé au prorata du nombre d'habitants dans chaque arrondissement.

Vue de Lyon depuis le jardin des Curiosités. @WilliamPham

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut