18 proches d’Axelle Dorier se sont constitués partie civile pour le procès qui débute ce mardi 17 janvier à 9h30. Ils se sont présentés devant la cour d’assises avec un portrait d’Axelle. (Photo Nathan Chaize)

Lyon : début du procès 2 ans et demi après la mort d’Axelle Dorier

Renversée puis traînée sur 800 mètres par le conducteur d’une voiture, Axelle Dorier, 25 ans, avait perdu la vie sur la colline de Fourvière le 18 juillet 2020. Le procès du conducteur débute ce mardi 17 janvier à la cour d’assises de Lyon. 

Ce mardi 17 janvier marque le début du procès de l'affaire Axelle Dorier. Le 18 juillet 2020, cette aide-soignante de 22 ans célébrait son anniversaire avec ses frères jumeaux et des amis, au parc des Hauteurs de Fourvière. Après une altercation, elle avait été renversée puis traînée sur 807 mètres par Youcef Tebbal, co-accusé, au côté de son cousin, le passager, Mohamed-Amine Yelloule. 

Lire aussi : Procès de l'affaire Axelle Dorier : l'épilogue d'un drame national

Le conducteur, âgé de 24 ans, sera jugé à partir de 9h30 par la cour d’assises de Lyon pour "violence avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner", il encourt jusqu'à 20 ans de prison. Son avocat Me David Metaxas devrait tenter d’obtenir une requalification en homicide involontaire, un délit et non un crime, et ainsi réduire ainsi la peine maximale encourue de son client à cinq ans de prison.

La défense plaidera l'homicide involontaire

"Mon client n'a jamais contesté avoir conduit le véhicule, ni avoir entraîné Axelle dans sa fuite", assure Me Metaxas. "Il n'a jamais voulu tuer Axelle, cela est certain. Mais je me pose même la question de savoir s'il a voulu la blesser", poursuit l’avocat connu pour l’autorité de ses plaidoiries. Selon lui, son client a été pris à partie "par une vingtaine d'individus éméchés qui voulaient en découdre avec deux maghrébins".

Lire aussi : Affaire Axelle Dorier : comment la défense pourrait obtenir la requalification en homicide involontaire

Du côté de la partie civile, Me Versini fera tout pour que "la cour ne revienne pas sur l'homicide involontaire", mais surtout, pour obtenir des réponses pour les proches d’Axelle Dorier, une famille "meurtrie, en souffrance, et à la recherche de réponses à la hauteur". Au total 18 membres de la famille de la jeune femme se sont constitués partie civile. Ce matin, ils se sont présentés devant le tribunal avec un grand portrait d'Axelle.

Le verdict doit être rendu vendredi 20 janvier au terme de quatre jours de procès.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut