Les plus grands artistes internationaux vont se produire à l'Arena de l'OL, toutes les explications

L'Olympique lyonnais a signé un contrat commercial d'une quinzaine d'années avec Live Nation, la première entreprise de divertissement au monde. La future Arena de Décines - qui devrait voir le jour fin 2023- accueillera donc de nombreux artistes internationaux. Les explications de Xavier Pierrot, le directeur général adjoint en charge du stade et du projet Arena chez OL Groupe.

Lyon Capitale : Pouvez-vous nous expliquer les contours de cet accord avec le tourneur Live Nation ?

Xavier Pierrot : On est sollicités par différents tourneurs qui souhaitent s’associer à l’Arena et organiser des concerts sur la saison 2023-2024. On a fait le choix historique puisque Live Nation est le premier promoteur de concerts à avoir organisé un concert au Groupama Stadium avec Rihanna après les demi-finales de l’Euro 2016. On vient de signer avec eux un accord commercial de 15 ans. Il nous permet un minimum garanti concernant le nombre de concerts programmés à l’Arena si le nombre n’est pas suffisant. Pour Live Nation, cela permet d’avoir des conditions commerciales et de nous accompagner sur l’exploitation de l’Arena, étant donné que c’est l’un des leaders mondiaux dans ce domaine. Cela nous permet d’avoir de belles perspectives d’organisation de grandes tournées internationales qui passeraient par l’Arena. L’un des plus beaux succès au stade a été fait avec ce promoteur puisqu’on a eu les trois concerts d’Ed Sheeran. C’est la première fois qu’en Province, qu'on a pu réunir 165 000 spectateurs sur trois jours.

On est ravis de collaborer avec Live Nation France et Angelo Gopee (Directeur général France de l'entreprise de divertissement, Ndlr). C’est un accord non exclusif, donc comme dans toutes les Arenas, ce n’est pas parce que le groupe AEG (géant mondial de la gestion d'équipements polyvalents) est propriétaire d’une partie de la salle Accor Arena (Paris-Bercy) que Live Nation ne fait pas beaucoup de concerts aussi là-bas. Ce sera la même chose pour l’Arena d’OL Vallée. Nous aurons tous les tourneurs, que ce soit locaux, je pense à Eldorado par exemple, ou d’autres promoteurs, Olivier Darbois, Jackie Lombard...Tout le monde sera le bienvenue dans l’Arena, mais on a un accord de coopération avantageux avec Live Nation.


"L’impression d’être dans un amphithéâtre"


Dans le monde culturel lyonnais, certains se demandaient si avec l’Arena, vous alliez être capables d’attirer de grands artistes. On imagine donc que vous êtes très satisfaits de signer avec un tel tourneur. Peut-on dire que ça crédibilise votre projet ? 

Nous n’avions pas d'inquiétude car on a l’expérience du stade. On nous avait toujours dit qu’on regretterait notre business model. On avait prévu de faire 3 ou 4 concerts par an, et en fin de compte, depuis que le stade est ouvert, on a aucun problème quand la pandémie nous laisse tranquille pour organiser plus que 3, 4 événements, alors qu’à Gerland on en a fait 2 en 15 ans. Ça démontre que lorsque l’outil, l'infrastructure répond aux attentes des différents tourneurs, et que la qualité est au rendez-vous, ils n’hésitent pas à se déplacer sur la métropole lyonnaise. Lyon est une place forte, que ça soit économique ou culturelle. C’est vrai que la Halle Tony Garnier, qui est la seule salle de plus de 3000 places sur la Métropole, est très belle et historique, mais dans les grandes configurations à plus de 12-13 000 spectateurs est quand même un couloir où la sonorité n’est pas très bonne. L’avantage là, c’est qu’on est sur une Arena moderne, multifonctions, mais qui est avant tout faite pour les concerts. Vous avez donc un peu l’impression d’être dans un amphithéâtre avec les 16 000 spectateurs devant vous, très proches puisqu’on est sur un U. On a travaillé avec l’ancien patron de la Halle Tony Garnier, Thierry Téodori.

On a aussi collaboré depuis de nombreux mois avec les équipes de Live Nation, et je crois qu’on va faire une belle Arena. On a aussi un cabinet anglo-saxon qui nous épaule pour l'architecture et un assistant en maîtrise d'ouvrage pour tout ce qui est scénique et audio, dont l’un des actionnaires est celui qui s’occupe de tout ce qui est son pour le groupe U2. On a donc pris les meilleurs et je pense que les artistes voudront vraiment venir se produire dans notre Arena. Nous ne sommes pas très inquiets, mais ce deal avec Live Nation peut venir rassurer des investisseurs financiers ou des personnes qui sont moins connaisseurs de ce milieu. Cet accord démontre que notre stratégie est la bonne, et on est convaincu que dès fin 2023, le calendrier répondra à nos attentes en matière d’organisation de très beaux événements.


"On a été à l’écoute et on va continuer"


Quid des plus sceptiques et contestataires parmi le voisinage de cette future Arena ?

Le projet de l’Arena a débuté il y a plus de deux ans. Pendant un an et demi, on a passé énormément de temps à faire de la concertation, à discuter avec les élus locaux de Décines, Meyzieu, Vaulx-en Velin et de la Métropole, mais aussi avec les habitants du quartier du Prainet, du Mathiolan, les associations : la Ville à Vélo, Montout Environnement… On a rencontré beaucoup d’acteurs locaux avec qui on a échangé. ç’a été très constructif, on a appris. Cela nous a permis de faire évoluer certaines choses dans l'organisation, je pense essentiellement à ce qui est autour du stade, où on a amélioré le marquage, la signalétique, les ouvertures des portes d’accès… On a aussi répondu aux attentes des élus par rapport à la taille de l’Arena, on l’a réduite un peu, on a augmenté les surfaces végétalisées, baissé le nombre de places de parking. On a été à l’écoute, et on va continuer car pour nous, ce n’est pas une fin en soi. Ce n’est pas parce que le PLU (plan local d'urbanisme) est révisé ou que demain on aura notre permis de construire qu’on va s’arrêter d’échanger avec toutes ces personnes proches d’OL Vallée. On souhaite être en totale harmonie avec nos voisins. On a plusieurs projets d’ouverture avec, par exemple, la salle annexe de l’Arena qui pourrait être mise à disposition d’associations locales de Meyzieu ou de Décines. On a des contacts réguliers avec les services de la Métropole et des Villes de Décines et de Meyzieu pour organiser différents événements.

Je crois que cette Arena a servi d’élément déclencheur sur le fait qu’on devait aller plus loin dans la relation avec nos voisins. On l’a mis en place sur notre site Internet où il y a une rubrique “nos voisins”. Ils ont accès à des promotions pour les matches de l’OL, des réservations prioritaires pour les concerts qui seront mis en place avec l’Arena… On est à l’écoute avec un référent concertation proximité au sein de notre équipe. Il y a une logique maintenant d’ouverture d’esprit qu’on avait peut-être pas assez sur les premiers mois d’exploitation du stade.  Aujourd’hui, on veut être un acteur important et à l’écoute de nos voisins, que ce soit des quartiers prioritaires ou des autres associations présentes sur l’Est lyonnais.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut