Vue Crayon à Lyon
DR

Les métropoles de Lyon et Saint-Étienne veulent développer l'industrie grâce à un fonds de près de 100 millions d'euros

Les métropoles de Lyon et Saint-Étienne ont annoncé conjointement, ce lundi 17 mai, leur volonté de développer un fonds de 80 à 100 millions d’euros afin d’aider les entreprises à passer le cap de l’industrialisation. À terme, il pourrait bénéficier à une centaine de sociétés. 

Lyon et Saint-Étienne travaillant main dans la main pour réinventer et développer le secteur industriel sur leurs territoires, c’est la vision présentée ce lundi 17 mai par Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, et Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne et président de Saint-Étienne Métropole. Pour réaliser ce projet, les deux collectivités veulent mettre en place un fonds d’amorçage industriel afin d’aider de jeunes entreprises locales à passer le cap de l’industrialisation, tout en étant «  moins polluantes et plus sobres ». « Cette alliance territoriale, évidente et indispensable, créera les conditions favorables à l’émergence des futurs leaders industriels », se félicite Gaël Perdriau. 

Subventionner 80 à 100 entreprises

Estimé entre 80 et 100 millions d’euros, ce fonds permettra de subventionner la pré-industrialisation de 80 à 100 entreprises désireuses de « prendre leur part et [de] relever nos défis communs [que sont] la sobriété énergétique, l’insertion dans l’emploi pour le plus grand nombre, l’autonomie et le bien-être de nos territoires », explique Bruno Bernard. 


"Cette alliance territoriale, évidente et indispensable, créera les conditions favorables à l’émergence des futurs leaders industriels."

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne et président de Saint-Étienne Métropole


Respecter des critères sociaux et environnementaux 

Pour bénéficier de l’aide, elles devront obligatoirement être implantées sur les aires métropolitaines de Lyon et Saint-Étienne et répondre à un certain nombre de critères « d’impacts socio-économiques », comme le lien fait avec les filières de l’emploi locales ou encore les démarches menées en faveur de l’insertion de personnes en recherche d’emploi. Toutefois, le conditionnement de cette subvention ne devrait pas s’arrêter là, puisque les entreprises devront également remplir des critères environnementaux, à savoir le niveau de déchets qu’elles traitent et valorisent, la part d’énergies renouvelables qu’elles créent et utilisent, l’économie circulaire, etc. 

Sélectionner les entreprises d’ici la fin de l’année

Pensé sur une période de 12 à 14 ans, ce projet doit permettre de développer les entreprises sur les territoires des deux métropoles, mais aussi en attirer de nouvelles. Pour le moment, la Métropole de Lyon a annoncé qu’elle y contribuerait à hauteur de 17 millions d’euros, la Métropole de Saint-Étienne devrait quant à elle apporter 5 millions d’euros et la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts) 7 millions. Le reste de la somme est actuellement recherché et la moitié devrait provenir « d’investisseurs privés qui se joindront prochainement au tour de table ».

Les deux collectivités espèrent sécuriser la totalité des fonds d’ici la fin du mois de septembre 2021, afin de pouvoir commencer à sélectionner les premières entreprises industrielles lors du dernier trimestre de l’année. 

Lire aussi : Lyon : la Métropole va retirer sa subvention de 70 000 euros à la French Tech

La filière vélo peine à se fournir en pièces dans la région de Lyon

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut