@WilliamPham

Les conducteurs TCL se mettent en grève contre l'insécurité et pour leurs conditions de travail

Lundi 13 septembre, les conducteurs de bus des dépôts de l'ouest lyonnais vont se mettre en grève. Ils protestent contre le manque de sécurité, après l'attaque d'un bus à l'arme à feu début septembre, et souhaitent une amélioration de leurs conditions de travail.

Mercredi 1er septembre, un conducteur du bus C20 termine son service. Sur son itinéraire de retour, dans les rues de Sainte-Foy-lès-Lyon, son bus est visé par quatre coups de feu, près de La Gravière. Indemne mais choqué, il sera arrêté cinq jours. De quoi déclencher la colère des conducteurs de bus, déjà fatigués des incivilités et tensions de leur quotidien.

"On a pris le temps de cogiter et nous avons mis en place une grève", explique Christophe, conducteur receveur depuis plus de dix ans. Lundi 13 septembre, une partie des conducteurs de deux dépôts de bus de l'ouest-lyonnais seront en grève. Christophe ajoute que la grève n'a pas été appelée par les syndicats mais qu'elle découle d'une concertation entre les chauffeurs. Il estime qu'entre 160 à 180 agents seront en grève sur le dépôt de Vaise, et entre 100 et 120 au dépôt de Perrache.

Un sentiment d'insécurité

"Il y a beaucoup de gens qui viennent au boulot avec un sentiment de peur", déplore Christophe. Il regrette que les conducteurs soient devenus des "cibles privilégiées" des agressions et incivilités. "Pourtant l'ouest-lyonnais c'est un endroit relativement tranquille, imaginez dans l'est-lyonnais. Les conducteurs en ont ras-le-bol", conclut-il.

Plus encore, les grévistes reprochent à Kéolis, la société de transport public qui les emploie, un manque de communication et de ne pas les soutenir face à l'insécurité qu'ils subissent. "Le 1er septembre, les chauffeurs en circulation sur la zone n'ont pas été informés tout de suite de ce qui s'est passé. La ligne a seulement été interrompue près du secteur des coups de feu", explique Christophe. Les grévistes demandent à pouvoir recevoir "un message clair" dès qu'un incident se produit, afin de pouvoir exercer leur droit de retrait en cas de danger.

Keolis explique de son côté que sur le réseau TCL, lorsqu'un incident se produit, un système de communication en interne et une procédure informe les agents de ce qu'il s'est passe. "C'est très grave et l'entreprise condamne ce qu'il s'est passé. La direction a apporté son soutien aux conducteurs", affirme d'emblée Keolis sur l'agression du 1er septembre. La société assure que les conducteurs ont bien été prévenus. "Peut-être que sur la journée du 1er septembre, des conducteurs considèrent qu'ils n'ont pas été informés assez vite", concède la société de transport.

L'entreprise ajoute que des "plans de sécurisation" sont actuellement à l'étude pour sécuriser le réseau TCL, en lien avec la police, la préfecture et le Sytral.

Derrière l'insécurité, la question du salaire et des conditions de travail

"Pour 1550 euros par mois accepteriez-vous de vous faire tirer dessus à balles réelles, vous faire mordre par un client, vous prendre un coup de tournevis, un coup de poing, un coup de tête ou seulement dans le meilleur des cas de vous faire insulter ?", interpelle Christophe. Outre la lutte contre l'insécurité, la hausse des salaires est l'une des revendications majeures des conducteurs en grève.

Ils souhaitent également pouvoir poser leurs heures de repos "sans qu'on nous dise qu'on ne peut pas car il manque du personnel" car les dépôts fonctionnent en sous-effectif, et que les temps de parcours soient recalculés car ils sont "trop serrés", détaille Christophe. 


"Pour 1550 euros par mois accepteriez vous de vous faire tirer dessus à balles réelles, vous faire mordre par un client, vous prendre un coup de tournevis, un coup de poing, un coup de tête ou seulement dans le meilleur des cas de vous faire insulter ?", interroge Christophe, conducteur receveur de Keolis.


Sur les salaires, Keolis explique ne pas avoir d'éléments à nous apporter, et que des échanges se font régulièrement avec les syndicats. "Il y a des périodes où on a du mal à recruter, explique la société, car les conducteurs ne font pas un métier facile, les gens ne sont pas toujours faciles avec eux". Selon Keolis, cela se double d'un "absentéisme assez fort" sur les deux dépôts qui seront en grève lundi 13 septembre. "L'absentéisme est multi-factoriel, à cause de maladies, de retour de congés, de conducteurs cas contact... et ce sont les conducteurs qui travaillent qui pâtissent de ça", détaille Keolis.

Pour l'heure, des discussions ont eu lieu avec les syndicats, et les grévistes auto-organisés vont décider de la suite à donner au mouvement le lundi lors d'une assemblée. Ils espèrent pouvoir faire des liens avec d'autres dépôts et avec les syndicats.

Des perturbations à prévoir sur les lignes

Dès 4h30 lundi 13 septembre, des conducteurs des dépôts de Vaise et Perrache seront en grève. Des lignes ne circuleront plus tandis que d'autres seront allégées ou modifiées.

  • Les lignes qui ne circuleront pas :
    5, 10E, 15E, 20, 20/22, 21, 22, 46, 55, 65, 66, 89D, S1 et S11
  • Les lignes qui circuleront avec des fréquences allégées :
    C6E, C11, C19, C20, C21, C24, 2, 3, 8, 10, 19, 37, 40, 43, 45, 49, 52, 67, 68, 71, 73, 89, 90, et 98
  • Les lignes dont les parcours seront modifiés :
    La ligne C6 circule uniquement entre Campus Lyon Ouest et Gare de Vaise
    La ligne C14 circule uniquement entre Les Sources et Gare de Vaise
    La ligne 31 circule uniquement entre Cité Edouard Herriot et Gare de Vaise

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut