Les anciennes usines Fagor Brandt, à Lyon

Les usines Fagor-Brandt vont devenir un dépôt TCL à Lyon : Nathalie Perrin-Gilbert demande à Bruno Bernard de "réviser sa position"

La Métropole de Lyon a annoncé mi-novembre que les usines Fagor-Brandt allaient devenir un "centre de remisage et de maintenance" pour les TCL. Un dépôt de tramways. Une décision largement commentée par les acteurs culturels. Les Nuits sonores, notamment, se déroulent sur le site. L'adjointe à la culture à la Ville de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert, demande que le président de la Métropole, Bruno Bernard, "révise sa position".

La rumeur courait depuis plusieurs semaines. La collectivité l'a annoncé par communiqué lundi 15 novembre. Les anciennes usines Fagor-Brandt vont devenir un "centre de remisage et de maintenance" pour les TCL.  Un dépôt de tramways.

La Métropole explique que ce choix "répond à l’extension et la création de 3 nouvelles lignes de tramway (T6 nord, T9 et T10) et à l’augmentation de la capacité du réseau tramway". En tout, 46 rames de tramway de 43 mètres de longueur vont être entreposées à Fagor-Brandt. Ce site était "le seul qui permette de disposer à la fois de l’espace nécessaire et des conditions techniques requises en cœur d’agglomération, et sur un site déjà artificialisé", selon la Métropole.

Lire aussi : Lyon : c'est officiel, les anciennes usines Fagor-Brandt vont devenir un dépôt TCL

Problème, le site accueillait depuis 2017 des manifestations culturelles et des festivals comme les Nuits sonores, des biennales et plus récemment le très populaire Lyon Street Food Festival.

Une décision "incompréhensible" pour le parti En Marche dans la Métropole de Lyon. "Cette décision est en totale contradiction avec les promesses de campagne des écologistes, promettant de maintenir une activité sur le site et d’en faire un lieu dédié à l’artisanat local et au made in Lyon !", s'étranglent les représentants locaux du parti présidentiel (à lire ici).

Les manifestations culturelles, comme les Nuits Sonores, devront plier bagage en 2023

Les travaux d’adaptation du site débuteront en 2024, la mise en service du remisage en 2026, et celle du centre de maintenance en 2028. Le travail architectural et de rénovation est en cours d'élaboration avec la Ville de Lyon et la mairie du 7e arrondissement. Il devrait être présenté aux habitants dans les prochains mois. Quant aux manifestations culturelles, elles pourront se tenir jusqu'à fin 2023. "Un travail, en collaboration avec les acteurs culturels, est en cours pour trouver un lieu pour accueillir ces évènements", explique la collectivité.

Le président de la Métropole doit "réviser sa position" (Perrin-Gilbert)

Le sujet s'est invité au conseil municipal de Lyon ce jeudi 16 décembre. L'adjointe à la culture à la ville de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert, et la maire du 7e arrondissement de Lyon, Fanny Dubot, ont été interpellées sur le sujet.

"Les groupes Lyon en commun et Métropole en commun demandent que le président de la Métropole (Bruno Bernard) révise sa position et permette au site de l'ancienne usine Fagor-Brandt de garder des espaces dédiés à la création et à l'expérimentation artistique", a souligné Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe au maire en charge de la culture à la Ville de Lyon et dans la même majorité que Bruno Bernard à la Métropole de Lyon. L'ancienne maire du 1er arrondissement de Lyon a rarement eu la langue dans sa poche au cours de sa carrière politique.

Fanny Dubot, la maire du 7e arrondissement de Lyon, a également évoqué ce sujet : "Le sol est pollué dans les anciennes usines Fagor-Brandt. Cette pollution des sols fait qu'on ne peut pas avoir n'importe quelle activité sur ce terrain. D'ailleurs, l'urbanisme transitoire culturel ne permettait la tenue que de trois évènements par an sur ce site. Je précise que pour moi, c'était une occupation tout à fait intéressante et bénéfique pour le territoire".

"Il n'y aura pas qu'un dépôt de trams, il y aura aussi un atelier de maintenance" (Dubot)

L'élue écologiste a poursuivi : "Néanmoins, la Métropole de Lyon, propriétaire du terrain, a décidé de consacrer une partie de ce lieu au Sytral. C'est pour moi logique quand on souhaite investir massivement dans les transports en commun. Il n'y aura pas qu'un dépôt de trams, il y aura aussi un atelier de maintenance, les élus du 7e arrondissement de Lyon y tiennent. Un atelier de maintenance, c'est une activité en coeur de ville, une activité créatrice d'emplois, de 50 emplois, et les élus du 7e arrondissement se sont assurés que les structures d'insertion locale fassent un travail conjoint avec le Sytral pour que ces emplois bénéficient au territoire".

"Le Sytral n'occupera pas tout le site et des discussions sont en cours entre la ville de Lyon, la mairie du 7e et la Métropole de Lyon pour la programmation urbaine sur le reste du site : nous avons évoqué avec eux des activités productives et artisanales mais aussi d'ouverture au public, avec notamment un aspect culturel cher aux élus de Lyon en Commun" conclut la maire écologiste du 7e arrondissement de Lyon, Fanny Dubot.

Lire aussi : La Métropole choisit les usines Fagor-Brandt à Lyon comme un nouveau dépôt TCL, "incompréhensible" pour En Marche

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut