CHRS
Les acteurs privés et publics pour l’inauguration du CHRS à Croix-Rousse @Cheyenne Gabrelle

Le premier centre de réinsertion réservé au genre féminin réhabilité à la Croix-Rousse

Le premier centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) réservé au genre féminin de La Croix-Rousse existe depuis 2003. Il était en travaux depuis 4 ans.

Plus qu'un simple centre d'hébergement, le "Point nuit maison pluri'elles" est le premier à être réservé uniquement au genre féminin. C'est-à-dire que le centre est aussi ouvert aux personnes transsexuelles de genre féminin. A destination des personnes en situation de précarité (personne en situation de demande d'asile, personne sans logement, femme isolée...), ce centre peut accueillir jusqu'à 38 femmes.

Ouvert en 2003, ce centre a fait l'objet d'une réhabilitation par des acteurs privés et publics, tels que la Ville de Lyon, la fondation Caisse d'épargne et l'association Alynea. Les travaux qui ont débuté en 2018, ont permis la création d'espaces de détente inclusifs, des chambres individuelles ou partagées à deux, toutes équipées de sanitaires privatifs. L'extension du bâtiment s'étend sur 380 m² de surface de plancher. Les 38 résidentes du CHRS ont accès à une cuisine semi-professionnelle mise à leur disposition.

CHRS
Les chambres partagées dans le CHRS
@ Cheyenne Gabrelle

Des acteurs privés et publics sur le coup

L'association Alynea travaille sur l'accompagnement social des personnes, notamment par le biais de l'antenne BaklAAva, traiteur solidaire, qui va accueillir dans ses équipes une personne du Point Nuit Pluri'elles.  Une embauche qui devrait se tenir "la semaine prochaine", révèle Elise Picard, chargée de projets chez BaklAAva. Pour le président d'Alynea, développer en masse le logement social et promouvoir ces lieux font partie du combat à mener : "le but c'est que ces femmes puissent reprendre confiance en elles". En 2021, sur 35 résidentes, 29 d'entre elles ont réussi une réinsertion.

Le centre s'inscrit dans un programme de vie culturelle lyonnaise grâce aux "rencontres internationales de dessin de presse ça presse". Quesako ? Un collectif d'artistes, de chercheurs et de passionnés mobilisés autour des questions liées à la liberté d’expression via le dessin de presse.

Grégory Doucet, maire de la Ville de Lyon était également présent lors de l'inauguration. "C'est un nouveau départ pour le CHRS et celles qui sont hébergées", se réjouit-il. Conscient du danger qui peut peser sur la vie des femmes isolées, le maire rappelle les actions de prévention que la ville a mises en place, dont le dispositif Angela - un réseau de commerçants se mobilisant pour aider les femmes en situation d'insécurité dans la rue - ou l'arrêt d'un bus entre deux arrêts.

A lire aussi : Reconversion de l’ancien collège Maurice Scève : 105 logements sociaux vont sortir de terre

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut