David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon entre 2017 et 2020.

Képénékian et Kimelfeld dénoncent eux aussi les décisions "dévastatrices" pour la culture de Wauquiez

Après les mots très forts du maire de Lyon, Grégory Doucet, Georges Képénékian (ancien maire de Lyon) et David Kimelfeld (ancien président de la Métropole de Lyon) dénoncent eux aussi les décisions "dévastatrices" pour la culture de Laurent Wauquiez.

La baisse ou la coupe totale des subventions qu’accordait jusqu’ici la Région Auvergne-Rhône-Alpes aux acteurs culturels lyonnais n’en finit plus de faire couler de l’encre.

Grégory Doucet, le maire écologiste de Lyon, a vivement attaqué Laurent Wauquiez, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce mercredi 18 mai : "Faire de la politique sur les arts et la culture c’est ce que font les régimes autoritaires. Ce sont les orientations de l’extrême droite. On a aujourd’hui à la tête de la région un exécutif qui se comporte comme un exécutif d’extrême droite", a dénoncé l’édile écologiste avant de franchir un cap. "Attaquer la culture, c’est par ça que commencent tous les régimes fascistes. C’est pour ça que nous sommes inquiets".

Kimelfeld et Képénékian demandent à la Ville de Lyon de repousser la création du nouveau festival "entre Rhône et Saône"

Les coupes des subventions de la Région pour de nombreux acteurs culturels lyonnais scandalise aussi une partie de l'opposition à Doucet à la ville de Lyon. "Le clientélisme et le sectarisme de Laurent Wauquiez sont inacceptables et nous devons désormais agir pour sauver nos acteurs culturels ! Si elles sont dévastatrices pour la culture et ses acteurs, les décisions de Laurent Wauquiez n’ont malheureusement rien de surprenant. Elles sont l’aboutissement  des politiques clientélistes et sectaires menées par la Région depuis plusieurs années", dénoncent de concert l'ancien maire de Lyon, Georges Képénékian, et David Kimelfeld, l'ancien président de la Métropole de Lyon.

Les groupes de Képénékian et de Kimelfeld, à la ville et à la Métropole, demandent à la mairie de Lyon de suspendre la création du nouveau festival "entre Rhône et Saône" prévu début juillet 2002 (pour tout savoir sur ce festival, rendez-vous ici). "Dans ce contexte qui s’aggrave encore, nous regrettons que le Maire de Lyon n’ait pas retenu notre proposition de suspendre la création du nouveau festival municipal "entre Rhône et Saône" afin d’en conserver les 600 000 € de budget pour répondre aux urgences des acteurs immédiatement menacés", écrivent les deux groupes d'opposition "Progressistes" à la ville de Lyon comme à la Métropole.

Lyon Capitale a réalisé de nombreux articles sur les coupes régionales aux acteurs culturels. A retrouver ci-dessous :

Lire aussi : 

à lire également

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut