Le musée urbain Tony Garnier, dans le 8e arrondissement de Lyon (Capture d’écran Google street View)

Lyon : le Musée Urbain Tony Garnier en péril après la perte de sa subvention régionale 

Après l’Opéra de Lyon, la Villa Gillet, les Biennales et alors que la menace de coupes budgétaires des subventions régionales à la culture pèse sur les institutions de Lyon, le couperet est tombé pour le Musée Urbain Tony Garnier. L’établissement perdrait la totalité de son aide régionale, 35 000 euros, de quoi menacer sa survie. 

C’est un nouveau coup dur pour le monde de la culture lyonnais. Depuis l’annonce le 23 avril par la Région Auvergne-Rhône-Alpes d’une coupe des subventions régionales accordées à la Villa Gillet (- 200 000 €), l’Opéra de Lyon (- 500 000 €), les Biennales (- 253 000 €) et l’Institut Lumière (- 100 000 €), l’ombre du couperet planait au-dessus de nombreux autres acteurs culturels de la ville. Celui-ci est finalement tombé cette semaine pour le Musée Urbain Tony Garnier. 

Selon les informations du Petit Bulletin, depuis relayées par la candidate macroniste aux législatives et ancienne membre du conseil d’administration de la structure, Sarah Peillon, l’établissement du 8e arrondissement devrait perdre la totalité de sa subvention régionale. La direction aurait été informée de la perte de ces 35 000 euros par courrier, la Région Auvergne-Rhône-Alpes justifiant cette fois sa décision par "la priorité régionale" à "soutenir la rénovation de patrimoine des territoires éloignés d’une offre culturelle".

Une fermeture en septembre ?

De quoi susciter l’incompréhension de Catherine Chambon, la directrice de la structure, qui rappelle à nos confères que le musée se trouve dans le quartier des États-Unis, estampillé "Politique de la Ville". Par ailleurs, Mme Chambon alerte sur les risques encourus par la structure avec la perte de cette subvention qui "correspond à un salarié à temps plein. Nous ne serions plus que deux et c’est inenvisageable de fonctionner ainsi". "C'est le coup de grâce", estime la directrice du musée, selon des propos rapportés par l'AFP. Elle envisage d’ores et déjà le dépôt de préavis de licenciement d’ici la fin du mois de juin et une fermeture du musée pourrait survenir au mois de septembre.

À la fin du mois de mai, lors de la commission culture de la région d’autres coupes pourraient être officialisées au sujet d’institutions lyonnaises (Maison de la Danse, Théâtre de la Croix-Rousse, Subsistances, TNG, etc.) etdont nous nous faisions l’écho ce jeudi 12 mai ici.

Lire aussi :

 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut