Un campement de fortune devant l’hôtel de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet

Hébergement des sans abris : Lyon envisage de poursuivre l'État

Après Strasbourg, la Ville de Lyon serait prête à engager des poursuites envers l’État pour sa "défaillance" à mettre à l’abri les personnes à la rue. Paris, Bordeaux et Marseille pourraient suivre.

Lundi 5 décembre, la maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a annoncé que sa ville allait poursuivre l’État, lançant un appel national aux "élus" et "associations" qui le souhaitent à rallier son action. Trois jours plus tard, les Villes de Lyon, Bordeaux, Paris et Marseille ont répondu à cet appel en annonçant envisager de se joindre à Strasbourg pour poursuivre l'État pour sa "défaillance" à mettre à l'abri les personnes à la rue. 

Lire aussi : Sans-abrisme à Lyon : Grégory Doucet interpelle le ministre du Logement

"On envisage de reprendre l'action qui a été entamée à Strasbourg. La ville de Lyon a acté qu'elle s'engage dans cette procédure. L'État doit prendre ses responsabilités. Les communes n'ont plus les moyens de combler ses manquements", a déclaré Sandrine Runel, l’adjointe (PS) aux solidarités de la ville de Lyon, lors d'une conférence de presse conjointe avec ses consœurs de Paris et Bordeaux. 

Plus de 280 enfants sans toit

Une nouvelle réunion entre les adjointes est prévue mercredi prochain pour acter le nombre de villes prêtes à porter la procédure, selon l’AFP, alors que Olivier Klein, le ministre du Logement, avait annoncé un plan "zéro enfants à la rue" le 27 septembre. À Lyon, l’association Jamais sans Toit estimait à plus de 280 le nombre d’enfants sans toit en début de semaine. Certains, accompagnés de leur famille, ont pû être mis à l’abri temporairement dans des écoles occupées, mais d’autres sont toujours sans solution. 

Mercredi, le maire de Lyon, qui prône lui aussi une politique de "zéro enfants à la rue", avait chargé l’État au micro de nos confrères de BFM Lyon en déclarant "l'hébergement d'urgence est une compétence de l’Etat. […] On est très très loin de la mobilisation de l'ensemble des acteurs qui doivent agir sur la problématique". Il avait alors assuré avoir écrit au ministre du Logement pour lui dire "il faut réquisitionner des bâtiments".

Lire aussi : Encore 281 enfants sans toit dans les rues de Lyon et Villeurbanne

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut