À Lyon, une pancarte "un toit c'est un droit", créée par le collectif Jean Jaurès, dans le cadre de Jamais sans toit, qui dénonce l'absence de logement pour des enfants de la Métropole lyonnaise.
Collectif Jean Jaurès de Jamais sans Toit. (Photo DR)

Encore 281 enfants sans toit dans les rues de Lyon et Villeurbanne

Alors que près de 2 millions de visiteurs sont attendus à Lyon d'ici quelques jours pour la Fête des Lumières, l'association Jamais sans toit dénonce l'oubli "des enfants condamnés à dormir dehors".

À Lyon, du 8 au 11 décembre, la Fête des lumières va de nouveau attirer un nombre conséquent de touristes. Un événement attendu par beaucoup, mais pas au goût de tous. Le collectif Jamais sans toit, alerte ce lundi 5 décembre sur le fait que ce sont des "places en moins pour les enfants à la rue". Aujourd'hui, le collectif recense 281 enfants sans toit, dont 35 ont moins de trois ans. Début novembre, l'association recensait déjà 197 enfants à la rue.


"Il est urgent de montrer qu’au-delà de la féérie, des centaines d’enfants vivent dans des conditions indignes et dangereuses", Jamais sans Toit


Dans le détail, 136 enfants sont localisés à Lyon et 74 se trouvent sur la commune de Villeurbanne.  À l'heure actuelle, "4 enfants sans toit sur 10" des villes de Lyon et de Villeurbanne "trouvent heureusement refuge chaque nuit dans 18 établissements scolaires" fait valoir le collectif.  Les enfants peuvent alors dormir au chaud en toute sécurité en attendant de voir leur situation évoluer, mais "ce n'est pas assez" déplore Jamais Sans Toit.

À l'occasion de la Fête des lumières, les comités de soutien fédérés au sein du collectif Jamais sans toit ont donc imaginé"un itinéraire bis de déambulation à travers la ville". Celui-ci prend la forme d'un circuit avec des mots inscrits sur des banderoles faites à partir de vieux draps en coton, "évoquant la chaleur d'un lit". Il conduira les visiteurs dans plusieurs établissements scolaires occupés pour loger des familles, où seront proposés des ventes de lumignons ou encore des goûters solidaires pour aider les enfants sans toit et leurs familles. 

Des moyens jugés trop faibles

De manière générale, pour Jamais sans Toit, la promesse d'Olivier Klein, ministre délégué au Logement, qui s'est engagé devant la représentation nationale à ce "qu'aucun enfant ne dorme à la rue cet hiver", n'est pas tenue. Le 10 novembre dans un courrier adressé aux préfets, il affirmait encore que ce problème était "sa priorité".

Le collectif estime également que la Ville de Lyon déploie "des moyens trop faibles", alors qu’elle est dotée d’un "plan zéro enfants à la rue". Dernièrement, la mairie a ouvert en octobre un nouveau centre d’hébergement "La Favorite", où sont accueillis 25 demandeurs d’asile, dont des enfants. 

Lite aussi : Nouveau centre d'accueil temporaire à Lyon : "un soulagement"

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut