Rue Mercière à Lyon lors du couvre-feu. (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Face à la hausse des prix de l’électricité, à Lyon des restaurateurs servent à la bougie

À l’appel de l’association des Toques Blanches Lyonnaises, ce mardi soir près de 50 restaurateurs lyonnais proposeront un service à la bougie à leurs clients pour alerter sur la hausse du coût de l’électricité. "Un cri d’alerte" alors que certains ont vu leur facture passer de 1 000 à 6 000 euros. 

"La situation est vraiment grave et on ne sait pas où l’on va", s’inquiète le chef Christophe Marguin, président de l’association des Toques Blanches Lyonnaises. À l’instar des boulangers, les professionnels de la restauration subissent de plein fouet la hausse du coût de l’électricité, dans une certaine indifférence de la part du gouvernement déplore-t-on du côté de l’association. 

"Certains restaurants on vu leur facture passer de 1 000 euros à 5 000 ou 6 000 euros, c’est énorme"

Jospeh Viola, chef de Daniel & Denise

Pour certains, la mise en place d’un bouclier tarifaire par l’État a tout de même limité la casse, mais pour d’autres, qui ont du renouveler leur contrat d’électricité ces deniers mois le précipice n’est pas loin. "Encore à midi un de mes amis cuisiniers m’expliquait qu’avant il payait entre 1 800 et 2 00 euro d’électricité par mois. Mais, le mois dernier, sa facture est passée à 4 000 euros et ce mois-ci à 7 000 euros. Il a de la chance que le bouclier fiscal ait été mis en place, autrement elle serait passée à 13 000 euros", explique le chef du restaurant Le Président. 

"Un cri d'alarme"

Une augmentation telle que les chefs n’essayent même pas de la reporter sur leurs cartes, comme ils ont pu le faire pour compenser l’évolution du prix des matières premières, tout en jouant sur les proportions pour certains. "Pour l’instant nous n’avons pas fait d’augmentation des prix sur la carte, on essaye de gérer en faisant attention aux lumières, on joue sur l’heure d’extinction des enseignes. Dans chaque restaurant on fait des réunions avec les chefs de service pour trouver comment diminuer les coûts électriques", confie Joseph Viola, le chef de Daniel & Denise. 

"C'est un cri d'alerte. On a un métier où les marges à la fin de l’année sur les bilans sont très faibles et si ca continue ca va être un carnage"

Christophe Marguin, président des Toques blanches lyonnaises

Réputé à Lyon, ce restaurateur qui possède trois établissements de bouche reconnaît ne pas avoir "oublié les aides du gouvernement pendant le covid. On en est conscient, mais aujourd’hui il faut revoir certaines copies. Il faut que le gouvernement ouvre bien ses yeux, car il ne faudrait pas que demain certains restaurants ferment parce qu’ils n’arrivent plus à payer leurs factures d’électricité".

Près de 50 participants

Au total, près d'une cinquantaine de restaurateurs affiliés aux Toques Blanches Lyonnaises ont donc décidé ce mardi d’éteindre les lumières de leur restaurant et de servir leurs clients à la bougie le temps d’une soirée.

"On voulait faire quelque chose de vraiment symbolique pour que nos clients se rendent compte que ce n’est pas du cinéma. Malgré tout, ils passeront un bon moment dans nos établissements parce que manger aux chandelles c’est tout de même agréable, ça crée une autre atmosphère", insiste Christophe Marguin. Et Joseph Viola d’abonder en déclarant "il ne faut pas oublier une chose, le restaurant est un lieu de loisir et de plaisir et il y a des choses que l’on ne pourra jamais enlever, pour offrir de la grande gourmandise".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut