Façade de la faculté de médecine de l’Université Lyon 1 @WilliamPham

Evaluation quinquennale : l'Université Lyon 1 passe sur le gril

Le rapport d'évaluation sur les points forts et les points faibles de l'Université Claude Bernard Lyon 1 est sorti.

Lundi 4 juillet, le Haut Conseil d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres) a remis son rapport concernant l'Université Claude Bernard Lyon 1. Cette mission a été conduite par un comité d'experts présidé par Jacques Bittoun, professeur émérite et ancien président de l'Université Paris-Sud. Ce type d'évaluation est programmée tous les cinq ans.

Le rapport pointe du doigt le fait que l'Université Lyon 1 est la seule université membre d'UDICE, une association regroupant dix grandes universités françaises de recherche, absente de la liste des Initiatives d'excellence (Idex). Les Idex sont des sites qui bénéficient de programmes d'investissement de l'Etat français. L'objectif est de créer des ensembles pluridisciplinaires d'enseignement et de recherche de rang mondial. Les auteurs du rapport notent que l'arrêt en 2020 de l'Idex a représenté un "véritable traumatisme" .

Les points positifs

Malgré cette déconvenue, l'Université Lyon 1 ne manque pas de qualités. Les experts soulignent notamment l'importance du secteur santé au sein de l'université ainsi que la qualité du partenariat avec les Hospices civils de Lyon. Les liens tissés entre université et hôpitaux se rapprochent de certains modèles avancés existant au niveau international. La qualité des instruments de pilotage de l'université est aussi reconnue. Selon le rapport de l'Hcéres, l'organisation administrative est "efficient pour conduire une politique et tenir des objectifs".

Par ailleurs, le comité note "l'excellent niveau" de la recherche de l'université, "en particulier dans les domaines de physique fondamentale, des sciences de l'univers, de la recherche médicale, de la biologie fondamentale, de la chimie et du management du tourisme". La qualité de la recherche se mesure à travers "un haut niveau de publications".

Autre point positif, la politique de l'université visant à favoriser la réussite des étudiants. "L'effort d'innovation pédagogique" est notamment remarqué, ainsi que "l'accompagnement des étudiants, de l'admission à l'insertion". Le rapport rappelle également les "bons taux d'insertion professionnelle" dont bénéficient les étudiants.

Le comité d'experts estime que l'Université Lyon 1 bénéficie d'un "atout maître" à travers ses relations avec le monde économique. Elle se classe 1ère université française pour les montants des contrats industriels. L'Université Lyon 1 est aussi "très active en matière de valorisation de la recherche". En 2020, elle occupait la 3ème place pour le dépôt de brevets conjointement avec des industriels.

Des éléments à améliorer

Le rapport du Hcéres exprime néanmoins quelques inquiétudes. En particulier, "l'instabilité partenariale" du site est critiquée. Depuis l'échec de l'Idex, l'Université Lyon 1 s'est engagé dans un projet différent de celui porté par l'ENS de Lyon. Les experts estiment que ce choix témoigne de "la difficulté particulière de l'Université Lyon 1 à jouer un rôle fédératif et à assumer le leadership que sa taille et son rayonnement scientifique devraient lui conférer".

En vrac, le rapport dénonce aussi : un manque de transparence dans la répartition des moyens alloués à la recherche, le faible nombre d'enseignements dispensés en anglais, la vétusté des bâtiments de recherche…

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut