La centrale nucléaire du Bugey dans l’Ain, près de Lyon. ©FCaterini-3

Etat des centrales nucléaires en Auvergne-Rhône-Alpes : du bon et du moins bon

Quel est le bilan des inspections dans les centrales nucléaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes de l’ASN ? Lyon Capitale vous fait un compte rendu.

Au cours de l’année 2021 l’ASN a réalisé 328 inspections dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, dont 117 dans les centrales nucléaires du Bugey, de Saint-Alban, de Cruas-Meysse et du Tricastin, 92 dans les usines et les installations en démantèlement, 104 dans le nucléaire de proximité et 15 dans le domaine du transport de substances radioactives.

En 2021, 26 évènements significatifs classés au niveau 1 de l'échelle internationale des évènements nucléaires et radiologiques ont été déclarés a l’ASN, dont 21 survenus dans les installations nucléaires de base (INB) et 5 dans le nucléaire de proximité.

Echelle Ines internationale des événements nucléaires et radiologique
Echelle Ines internationale des événements nucléaires et radiologique

 

Centrale nucléaire du Bugey (réacteurs 2,3,4 et 5)

La centrale nucléaire du Bugey dans l’Ain, près de Lyon. ©FCaterini-3

En matière de sureté nucléaire, les performances de la centrale nucléaire de Bugey restent "contrastées". Les "fragilités" observées en 2020 ont persisté en 2021, notamment les difficultés de la mise en œuvre de pratiques qui renforcent la rigueur de la mise en configuration des circuits. De plus, des "insuffisances" ont été constatées concernant la déclinaison locale des règles d’essais de réacteurs, la gestion des situations d’urgence et la maitrise des risques liés a l’incendie. L’ASN a effectué une série d’inspections inopinées en salle de commande qui ont permis de relever des "améliorations" de la surveillance et du respect des spécifications techniques d’exploitation.

Sur le plan de la maintenance, l’ASN à relevé des "fragilités" liées a la planification et a la préparation des activités de maintenance des réacteurs.

En matière de radioprotection (mesures prises pour assurer la protection de l'homme), les performances de la centrale nucléaire sont "conformes aux normes". Même si quelques améliorations sont constatées, des "fragilités" sont observées concernant "la propreté radiologique des installations".

Concernant la protection de l’environnement, la gestion des déchets se maintient à un "niveau globalement satisfaisant".

En matière d’inspection du travail, les résultats d’accidentologie sont satisfaisants. Des "améliorations sont attendues" sur le plan de la maitrise des risques liés aux travaux réalisés en hauteur et aux risques chimiques.

Réacteur 1 en démantèlement

L’ASN considère que les opérations de démantèlement du réacteur Bugey 1 et de caractérisation du caisson se déroulent "dans les conditions de sureté satisfaisantes". En décembre 2021 l’ASN a annoncé qu’elle n’a "pas d’objection" a la poursuite du démantèlement de ce réacteur.

 


Installation d’entreposage de déchets activés (Iceda)

L’installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda) est conçue pour conditionner et l’entreposer diverses catégories de déchets radioactifs sur le site du Bugey.

Pendant les inspections réalisées en 2021 dans cette installation, l’ASN a détecté que les contrôles et essais périodiques ainsi que la surveillance des prestataires qui les réalisent "doivent être améliorés"


 

Centrale nucléaire de Saint-Alban

Centrale nucléaire de Saint-Alban
Centrale nucléaire de Saint-Alban

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Saint-Alban "se distinguent favorablement" par rapport a l’appréciation générale des performances portée sur les centrales nucléaires d’EDF.

En matière de sureté nucléaire, la centrale du Saint-Alban maintient en 2021 ses "bonnes performances". Les inspecteurs ont constaté des "progrès" sur les consignations et les mise en configuration des circuits. Néanmoins, l’ASN a détecté des phénomènes de "corrosion accélérée" de certains assemblages sur les deux réacteurs, qui ont poussé de mettre en place un suivi particulier.

Sur le plan de de maintenance, les deux réacteurs ont été arrêté en 2021 pour maintenance programmée et renouvellement partiel du combustible. Selon l'ASN, EDF a maîtrisé "le respect des exigences de sureté".

En matière de protection de l’environnement, la mise en situation d’évènement de pollution liquide sur le site, a montré que la préparation et la réactivité des interventions pouvaient "être améliorées".

 

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse
Centrale nucléaire de Cruas-Meysse

D’après les nombreuses inspections effectuées sur les différentes centrales nucléaires, l’ASN considère que les performances de la centrale de Cruas-Meysse en matière d’environnement et de radioprotection sont "légèrement en retrait".

Concernant la sureté nucléaire, une "amélioration" de la rigueur d’exploitation a été relevée. Par ailleurs, les performances en matière de gestion du risque d’incendie sont "en progrès".

En matière de maintenance des installations, plusieurs "anomalies" à la suite des opérations de maintenance ont été détectées.

En matière de radioprotection, "des insuffisances persistent au niveau de la propreté radiologique des installations" et la maitrise du risque de contamination en période d’arrêt de réacteur.

 

Centrale nucléaire du Tricastin

Tricastin
La centrale nucléaire du Tricastin.

Au niveau de la sûreté nucléaire, les performances de la centrale nucléaire sont "en progrès" depuis 2019. En 2021, quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin ont été arrêtés, pour maintenance et renouvellement partiel des combustibles. La maîtrise de ces arrêts est "rigoureuse". Des "fragilités" ont été détectés dans le domaine de la surveillance des activités en salle de commande et sur la mise en configuration des circuits.

Concernant la radioprotection, les performances sont "en amélioration" par rapport à 2020. La propreté radiologique des locaux, pendant les arrêts de réacteur, "pourrait être améliorée".

Les performances dans le domaine de la protection de l’environnement sont en revanche "en retrait" par rapport à 2020.


Les 32 réacteurs les plus anciens  du parc doivent effectuer leur "visite des 40 ans"

Centrales nucléaires au-delà de 40 ans.

Le quatrième réexamen périodique des réacteurs de 900 MWe se traduit par des améliorations importantes de la sureté, dont le déploiement mobilise toute la filière nucléaire. L’ASN considère que les quatrièmes visites décennales se déroulent "de manière plutôt satisfaisante jusqu’à présent".

Calendrier des visites des 40 ans des centrales nucléaires

 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut