Lyon, née de la lumière – Le Temps des bâtisseurs

En images. Lyon Capitale a testé le spectacle son et lumière de la cathédrale Saint-Jean

C'est le spectacle qui fait parler de lui à Lyon. Une grande fresque son et lumière dans la cathédrale Saint-Jean qui célèbre la beauté des lieux et l'histoire de Lyon au temps des premiers martyrs.

On ne savait pas trop à quoi s'attendre. Où plutôt si, à un grand show son et lumière. En réalité, il s'agit d'un spectacle total célébrant à la fois la beauté et l'histoire de la cathédrale, mais aussi la ville de Lyon, ville lumière ancrée dans la tradition chrétienne.

Tout débute par des projections en 3D de la cathédrale. Plongée immersive au temps des bâtisseurs : début XIVe siècle, alors que la cathédrale est en construction. On se croirait dans "Les Piliers de la Terre" de Ken Follett.


On se laisse alors porter par la mise en scène (...) comme un grand livre d'histoire vivant en 3D et 360° dont les chapitres défilent."


 

On est en 1379. Un enfant examine la nouvelle horloge astronomique qui vient d’être installée dans  la cathédrale Saint-Jean à Lyon. Elle est monumentale : une tour carrée de 1,80m de côté, surmontée d’une tourelle octogonale présentant les automates puis d’un dôme supportant le coq qui culmine à 9 mètres. Elle indique, avec une précision encore jamais égalée la date, les positions de la Lune, du Soleil et de la Terre, ainsi que le lever des étoiles au-dessus de Lyon. Elle porte l'effigie de deux personnages : saint Pothin, 1er évêque de Lyon martyrisé en 177 dans l’amphithéâtre des Trois Gaules et saint Irénée : 2ème évêque de Lyon (130-208), disciple de Polycarpe en Asie Mineure, disciple de saint Jean.

Retour en 176 à Lugdunum, une période où "les martyrs de Lyon", représentant un groupe de chrétiens, ont été persécutés par les Romains. ce qui s'apparente à un peplum commence, avec pour fil rouge (l'histoire est sanglante) une histoire d’amour, celle de la jeune Agathe,  pour Lucius, fils du légat de l’empereur romain.


Le premier opus d'une longue série ? 


On se laisse alors porter par la mise en scène, le jeu simple et réaliste de la petite centaine de comédiens. C'est, en définitive, comme un grand livre d'histoire vivant en 3D et à 360° dont les chapitres défilent.

Pas de temps morts. Une conception scénographique très réussie et le regard d'un artiste bienveillant. " Mon objectif, explique Damien Fontaine à Lyon Capitale, n’est pas de donner un cours d’histoire ou de catéchisme ni même de raconter toute l’histoire de la construction de la cathédrale" mais bien de célébrer la grâce et l'histoire de la cathédrale mais aussi de la ville de Lyon, ancrée dans la tradition chrétienne.

Intitulée "Lyon, née de la Lumière - Le Temps des bâtisseurs", cette grande fresque historique est soutenue par le diocèse et la fondation Saint-Irénée  et produite par l'association Lyon Cathédrale, annonce probablement d'autres opus.

Ce premier volet se joue désormais à guichets fermés, les 40 dates prévues ayant été prises d'assaut. On parle de 20 000 places. 5 000 Lyonnais sont sur liste d'attente.

Pour plus d'infos, lire ici : Spectacle son et lumière à Lyon : la cathédrale Saint-Jean fait le show

Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs
Lyon, née de la lumière - Le Temps des bâtisseurs

 

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut