Michel Mercier © Tim Douet
L’accusation a demandé mercredi 1 an de prison ferme à l’égard de Michel Mercier. © Tim Douet

Emplois fictifs et déjeuners aux frais du contribuable : le procès de Michel Mercier s'ouvre ce lundi

L'ancien ministre de la Justice et sénateur du Rhône Michel Mercier a t-il octroyé des emplois fictifs à sa fille et à son épouse alors qu'il était sénateur ? L’ancien Garde des Sceaux (75 ans), va comparaître à partir de ce 31 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris. 

La justice va devoir trancher si Michel Mercier, ancien sénateur du Rhône et ex-ministre de la Justice s'est rendu coupable d'emplois fictifs, alors qu'il était sénateur du Rhône. Son procès débute ce lundi 31 octobre au tribunal correctionnel de Paris.

L'ancien président du conseil général du Rhône est soupçonné d’avoir octroyé trois emplois fictifs d’attachés parlementaires au Sénat, en employant son épouse Joëlle Mercier entre 2005 et 2009, sa fille Delphine de 2012 à 2014, puis un assistant fantôme à mi-temps, Hubert Devillers.

Michel Mercier est également poursuivi pour un autre détournement de fonds publics. La justice soupçonne en effet son épouse, qui n'était ni élue ni employée du conseil général, d'avoir organisé des repas gastronomiques aux frais des contribuables.

L’enquête est née d’un article du Canard enchaîné du 2 août 2017. Le parquet national financier (PNF) a ensuite ouvert une enquête, puis mené des perquisitions au conseil général du Rhône et au Sénat.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut