La crèche People & Baby du 3e arrondissement de Lyon a été fermée suite au décès d’une fillette de 11 mois le 22 juin 2022. Une autre crèche du groupe vient d’être fermée par un arrêté de la préfecture du 21 septembre, dans le 4e arrondissement. (Photo Hadrien Jame)

Deuxième crèche People & Baby fermée : le groupe conteste la décision

Après un début d'incendie dans une micro-crèche à Lyon, la préfecture a annoncé mercredi sa fermeture pour trois mois. Le groupe juge la décision “illégitime” et lance un recours.

L'attention lyonnaise est à nouveau braquée sur le groupe de crèches People & Baby. Au lendemain d'une intervention des pompiers dans une micro-crèche mardi 20 septembre, la préfecture a en effet décidé mercredi de fermer pour trois mois l'établissement « Lunes et étoile », situé dans le 4e arrondissement.

Mais le groupe ne l'entend pas de cette façon, dénonçant un arrêté “pas motivé juridiquement”, qui reflèterait un “acharnement du département contre les crèches privées”. People&Baby lance “un recours contre cette décision brutale, totalement injuste, et mettant en difficulté les 11 parents de la crèche, la veille pour le lendemain”.

Les faits surviennent trois mois après la mort d'un bébé, empoisonné par une employée dans un établissement du groupe situé dans le 3e arrondissement, dont la préfecture vient également d'annoncer mercredi la fermeture définitive.

Une histoire de “porte qui claque”

Que s'est-il donc passé mardi après-midi à la micro-crèche « Lunes et étoile » rue Richan ? Selon les éléments de langage transmis par le groupe People & Baby, trois fois rien. En fin d'après-midi, deux employées de la crèche se seraient retrouvées bloquées “quelques minutes” dans le jardin de l'établissement à la suite d'une porte claquée, “les cale-portes étant interdits des issues de secours dans les crèches”. Six enfants sont alors à l'intérieur et quatre à l'extérieur, selon l'entreprise.

Dans la pièce à laquelle les deux professionnelles ne peuvent pas accéder, un torchon laissé sur une plaque encore chaude commence à ce moment-là à fumer, provoquant chez elles “un court instant de stress”. Le groupe récuse pour autant les termes d'“incendie” ou de “départ de feu”, l'intervention des pompiers n'ayant été sollicitée selon lui que par la porte claquée. Une version qui diffère de celle des pompiers, qui de leur côté ont indiqué à l'AFP avoir été contactés pour un “début d'incendie”.

Les professionnelles, nous précise la communication du groupe, “n'avaient pas leurs portables avec elles en présence des enfants”, “ayant respecté les consignes”. C'est donc un voisin, “interpellé depuis le jardin”, qui a appelé les secours “pour venir ouvrir la porte de la baie vitrée qui s’était refermée”. Les pompiers une fois sur place ont évacué les enfants sans encombre.

“Encadrement conforme”

Le lendemain, poursuit le groupe, le département est venu effectuer dans l'après-midi un contrôle au cours duquel “la contrôleuse” n'a évoqué ni “fermeture, ni dysfonctionnement”.

Plaidant que la Protection maternelle et infantile (service départemental chargé d'assurer la protection sanitaire de la mère et de l'enfant) a constaté un “taux d'encadrement conforme” et que la police venue mardi soir “avait entendu les deux professionnelles sans aucune mise en cause”, People&Baby s'insurge de la fermeture temporaire de sa structure.

La métropole est chargée pendant les trois mois de fermeture de mener une enquête administrative sur l'établissement.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut